Les services d’immigration israéliens vont expulser le fondateur palestinien du BDS

 

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a annoncé  qu’il avait demandé aux services d’immigration de préparer un avis juridique dans le cadre d’une procédure d’expulsion du fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions, Omar Barghouti.

Ce dernier dispose en effet du statut de résident permanent israélien, qu’il a obtenu après avoir épousé une Arabe israélienne avec laquelle il vit à Akko, au nord du pays.

« J’ai l’intention d’agir rapidement pour priver Omar Barghouti du statut de résident en Israël », a déclaré Deri dans un communiqué annonçant la procédure. « C’est un homme qui fait tout pour nuire au pays et ne doit donc pas jouir du droit d’être un résident d’Israël. ».

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que l’opportunité a été rendue possible après que la procureure générale adjointe, Dina Zilber, a notifié son bureau qu’il disposait de l’autorité nécessaire pour révoquer le statut de résident du fondateur du BDS.

Il s’agit là d’une conséquence d’un amendement des lois régissant la résidence israélienne adopté en 2018, lequel fait de l’abus de confiance un crime justifiant le retrait du statut de résident à un individu par le ministère de l’Intérieur. D’après une certaine interprétation de la loi, le boycott d’Israël pourrait constituer un crime de ce type.

Israël a interdit à Barghouti de quitter le territoire à plusieurs reprises ces dernières années en refusant de renouveler les documents de voyage accordés aux résidents palestiniens d’Israël qui ne disposent pas entièrement de la citoyenneté.

Le mouvement BDS défend les boycotts, les désinvestissements et les sanctions contre les entreprises, universités et artistes israéliens. Ses partisans estiment qu’il s’agit d’un mouvement non violent en faveur de l’indépendance palestinienne, mais Israël affirme de son côté que cette campagne a pour but de délégitimer l’État juif, et plusieurs la jugent antisémite.

Le cofondateur du mouvement BDS est incapable de voyager au Royaume-Uni, le gouvernement britannique ne lui ayant pas accordé de visa. Omar Barghouti devait participer le mois dernier à un événement lors de la conférence du parti travailliste aux côtés de hauts responsables du parti et de syndicalistes.

Il est interdit de enter notamment en Allemagne, en France et en Autriche. L’Australie a également interdit la visite de Barghouti.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.