| More

Les habitants des localités du Néguev occidental se trouvent plongés dans un véritable état de guerre. Roquettes et obus de mortier (depuis la bande anciennement égyptienne devenue palestinienne, bande dite de Gaza, contrôlée par les putschistes du mouvement terroriste Hamas) n’ont pas cesé de tombés sur des zones civiles dans le sud d’Israël. Ces derniers jours, nous avons été témoins d’une dégradation de la situation dans le sud du pays, On ne peut qu’qu’imaginer l’horreur quotidienne vécu en Israël.

Aujourd’hui il y a plus de 950.000 israéliens qui vivent à portée de roquettes, de missiles d’obus de mortiers, d’explosifs – La plus grande agglomération étant la ville de Beer-Shéva (531.000 civils) et qui ont 60 secondes pour trouver un abri lors d’un tir

Population

Ashkelon – 108,900
Ashdod – 207,000
Yavne – 32,200
Gadera – 17,700
Kiryat Malachi – 19,600
Kiryat Gat – 7,800
Sderot – 19,300
Be’er Sheva – 531, 000
Ofakim – 24,700
Netivot – 25,600

Ceux qui vivent à 10 kms de la bande, depuis le retentissement de l’alerte ont 15 secondes, ceux qui vivent à 20 kms – 30 secondes et ceux qui vivent à 40 kms – 40 secondes. Chaque projectile peut atteindre une large zone que ce soit des obus de mortiers, des kassams, ou missiles.

Cette carte vous donne le détail des zones atteintes par des projectiles tirés depuis la Bande de Gaza


Zone grise –Obus de mortier
Zone jaune-Roquettes Kassam
Zone orange-Kassam améliorés et missiles Grad
Zone rose – Missiles Grad

Beaucoup de jeunes enfants sont malheureusement les victimes du climat de guerre dans le sud du pays. De nombreux abris d’immeuble n’offrent plus le minimum de confort pour y séjourner parfois des heures et des nuits. L’eau, les commodités ainsi que des aérateurs et airs conditionnés doivent y être installés.

Pendant ce temps, les islamistes du Hamas continuent leurs tirs contre les civils israéliens. Le monde, voit rarement dans les coins perdus de cette tragédie israélienne méprisée par les médias.

Dans le “quartier américain” de Beersheva, cible principale ces dernières heures de salves des roquettes lancées de Gaza, les habitants vivent dans l’angoisse permanente depuis la mort d’un automobiliste dans le voisinage

A l’hôpital Soroka de Béersheva, 55 personnes blessées ou sous le choc ont été soignées ce week-end après les tirs de roquettes. Six blessés sont encore hospitalisés : l’un d’entre eux, une femme, est dans un état critique, un autre dans un état très grave, un troisième est sérieusement atteint et les 3 derniers plus légèrement. Certains blessés et commotionnés se sont rendus aux hôpitaux Kaplan de Rehovot, et Beilinson de Petah Tikva.

Depuis cinq jours, plus de 180 Qassams et mortiers sont tirés en direction des habitaions civils. Ce qui n’était que des évènements isolés est devenu un quotidien invivable et nous ne voyons personne réagir pour sauver ces familles.. Les missiles tirés ce week-end mettent les populations israélienne face à une intolérable réalité et les autorités devont mettre fin dès maintenant à cette retenue. Le gouvernement se doit de réagir.

Le ministre du Développement de la Galilée et du Néguev, Sylvan Shalom, a indiqué qu’Israël n’exclut pas une offensive terrestre à Gaza pour mettre un terme aux tirs de Qassam, à l’instar de l’opération Plomb durci qui s’était avérée dissuasive.

Les députés du parti de l’opposition, Kadima, ont exhorté dimanche le cabinet, à lancer une campagne militaire dans la bande de Gaza, en représailles à la pluie de roquettes qui s’est abattue sur Israël tout le week-end et à l’attentat terroriste meurtrier qui a endeuillé jeudi Eilat. Dans le sillage de Shaul Mofaz (Kadima), la leader de l’opposition Tzipi Livni a appelé Mr Netanyahu à lancer une vaste opération militaire dans l’enclave côtière contrôlée par les terroristes du Hamas.

En lançant des roquettes Quassam, plusieurs fois par jours sur le Sud d’Israël, les organisations terroristes palestiniennes sèment la terreur sur les populations juives. La vie sous les missiles est devenue intolérable. Enfants traumatisés, parents sous calmants.

L’objectif des lanceurs palestiniens est clair : faire de Sderot, d’Ofakim, d’Ashdod où d’Ashkelon des villes fantômes. Nos frères en Israel ont besoin de nous, aujourd’hui plus que toujours. La terreur a un nouveau visage. Après les bombes humaines, lees terroristes de Gaza emploient une méthode implacable : l’envoi de Quassam sur les populations civiles du Sud d’Israël. Cette situation, que nous entendons depuis des années sans toujours y prêter attention, cache une réalité terrifiante.

Rares sont les médias étrangers qui constatent toute cette machine à tuer les Juifs. Les médias ne sont pas honnêtes quand il s’agit de rapporter le quotidien israélien dans cette zone sous le feu des missiles et des roquettes qui ne cessent de tomber sur Israël depuis la bande de Gaza. C’est hélas, cette triste réalité qu’Israël et les Juifs subissent avec une aggravation quotidienne de cette situation organisée par les médias arabes et de tous les désinformateurs professionnels qui ont commencé leurs sales besognes depuis cette escalade.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*