| More

Les médias israéliens ont marqué cette semaine l’emprisonnement de Moshe Katzav.Ce dernier a commencé à purger, depuis mercredi, la peine de 7 ans, qui lui a été infligé par le tribunal de district de Jérusalem pour viols, harcèlement, abus de confiance et entrave à la bonne marche de la Justice, une sentence qui a été confirmée par la Cour suprême. L’ancien président de l’Etat occupe la cellule n° 2, dans l’aile réservé aux religieux de la prison. L’ex-citoyen numéro 1 est devenu le prisonnier numéro 418989

L’ex-président israélien Moshé Katsav purgera sa peine de 7 ans de réclusion au pénitencier Maassiyahou de Lod. Ses proches sont venus lui faire leurs adieux. La police a déjà déployé ses forces devant son domicile à Kiryat Malakhi.

La famille de Moshé Katsav pourra rendre visite au nouveau détenu de la prison .Le règlement de l’administration pénitentiaire autorise une visite de 30 minutes toutes les deux semaines. L’ancien président pourra donc rencontrer 3 adultes et 3 mineurs de sa famille. Katsav devra revêtir pendant tout le temps de la visite la tenue orange des prisonniers.

L’ex-président Moshé Katsav est sorti de son domicile à Kiryat Malakhi, sous les vivats de ses proches qui scandaient ”il est innocent”. Il avait prononcé quelques mots avant de prendre la route pour le pénitencier de Maassiyahou.

Prenant la parole avant son incarcération, l’ex-président Moshé Katsav a affirmé : ”Aujourd’hui prend fin une lutte sanglante emplie de frustration et de colère, qui a duré 5 ans et demi”. ”Toutes mes connaissances savent que les accusations sont fausses. En Israël on exécute quelqu’un aujourd’hui. (…) Un jour la vérité éclatera, je ne sais pas quand, avec ou sans moi. (..) Un jour vous verrez que vous avez enterré un homme vivant”, a-t-il ajouté.

Dans une interview accordée au New York Times, l’ancien président Moshé Katsav a une nouvelle fois clamé son innocence, à la veille de son incarcération. « Je suis sur le point de payer le prix pour un acte que je n’ai pas commis », affirme Katsav au Times.

Katsav a clamé une fois de plus son innocence. ”Quand j’étais président j’ai reçu quelque 10.000 demandes de grâce. Tous affirmaient être victimes d’une injustice. Je regrette de les avoir rejetées d’office. Aujourd’hui, je crois que certains d’entre eux étaient innocents”, a-t-il affirmé. Il a par ailleurs exclu catégoriquement l’option du suicide en prison, affirmant qu’il ne ”laisserait pas les fomenteurs de complot le vaincre”.

Un gardien supplémentaire a été posté dans le département de la prison Maassiyahou où est incarcéré à partir de ce mercredi, l’ex-président Moshé Katsav. Les services pénitentiaires craignent en effet une tentative de suicide de M. Katsav ou des attaques d’autres prisonniers contre lui.

Dans son interview au New York Times, l’ex-président Moshé Katsav a déclaré : ”J’ai serré et embrassé des femmes mais pas de façon inconvenante. Nous sommes devenus l’Arabie, où donner l’accolade est un délit sexuel”.

A la suite de la condamnation de l’ancien président de l’Etat Moshé Katsav à sept ans de prison ferme, pour viol et harcèlement sexuel, la commission interministérielle chargée des cérémonies officielles se réunira la semaine prochaine pour déterminer quel sera le statut des hauts responsables de l’Etat qui ont été condamnés à des peines de prison et si leur souvenir sera perpétué ou non.

Les défenseurs de l’ex-président Moshé Katsav, condamné à 7 ans de prison ferme pour viols et harcèlements sexuels, ont tenté d’interjeter un nouvel appel auprès de la Cour suprême afin d’échapper à son incarcération qui a débuté le 7 décembre.

La député Likoud Tsipi Hotovely a demandé le 17 novembre dernier au président israélien Shimon Pérès de ne pas accorder la grâce à l’ex-chef de l’Etat, Moshe Katsav, condamné à sept ans de prison pour viol sur plusieurs de ses subordonnées au cours de son mandat. Une dizaine de députés féminines ont signé la lettre de Tsipi Hotovely, soutenant cette démarche.

Un groupe de femmes députées à la Knesset ont signé le 18 novembre une pétition demandant au président Shimon Pérès de ne pas gracier, Moshe Katsav.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*