| More

 

Minouna htht

 

L’heure est la fête au sein de la communauté juive marocaine.

 

Après la Pessah qui prend fin ce samedi soir, le 30 avril 2016, les juifs marocains vont immédiatement entamer la célébration de la Mimouna, moment pendant lequel ils ouvrent leurs portes à leurs voisins et amis.

 

Au Maroc et dans les autres pays de l’Afrique du nord, les Juifs avaient l’habitude de sortir de leur maison, habillés en costumes traditionnels, de dresser de grandes tablées dans les jardins et les lieux publics, d’inviter les amis (y compris musulmans ou chrétiens) et de danser. C’était l’occasion aussi de se réconcilier avec ses ennemis et de se faire pardonner en offrant un présent. La Mimouna se caractérise par l’abondance des plats : des produits laitiers, des sucreries, des gâteaux, de nombreux fruits et surtout par les traditionnelles crêpes avec du miel et du beurre (Moufletot).

Les juifs marocains dans le monde ont exporté partout la Mimouna. Cette fête est connue désormais à travers le monde et les juifs d’autres pays s’y prêtent volontiers. Le cas le plus significatif est sans doute celui de l’Etat d’Israël où elle est carrément devenue une fête nationale, le jour de sa célébration étant décrété jour férié.

Les festivités à Jérusalem et ailleurs dans le pays réunissent même la classe politique du pays, y compris le président  Reuven Rivlin, et le premier ministre Benyamin Netanyahu, comme ce fût le cas chaque année. La Mimouna est aujourd’hui  le témoignage de la renaissance de la fierté séfarade. Récemment en Israël, les politiciens  organisent des rassemblements de masse pour cette festivité : ils traversent le pays de part en part, sautant en hélicoptère de Mimouna en Mimouna, livrant des discours .Elle est un événement obligatoire pour toutes les figures publiques israéliennes.  

La tradition de la Mimouna fut reprise pour la première fois en Israël en 1966 lors d’un rassemblement de 300 juifs de Fez. En 1968, ils furent 5000 à la célébrer. Aujourd’hui, près de deux millions de personnes fêtent la Mimouna dans toutes les villes d’Israël. Elle est devenue une célébration populaire aussi bien chez les juifs religieux que chez les non pratiquants. Les enfants ne vont pas à l’école. Les hommes politiques ont pris l’habitude de se rendre dans des familles ou des communautés de Juifs du Maroc.

Après avoir fait la tournée chez les membres de la famille et des amis toute la nuit, le lendemain, on va pique-niquer en famille. Des pique-niques sont alors organisés en Israël et le menu est souvent composé de grillades. Certaines familles se déplacent avec des musiciens et des déguisements. Bref,  la joie et le partage sont au centre des rencontres.C’est ainsi que se célèbre la Mimouna, cette fête initiée par les juifs marocains il y a à présent trois siècles.

mimounaA Marrakech, Casablanca, Rabat, Agadir, Tanger et dans toutes les autres villes du royaume les familles  préparent le nécessaire pour les crêpes, galettes, petit pain et surtout la Moufletot, cette célèbre crêpe consommée à l’occasion.
Rappelons qu’après les départs massifs de 1948, 1961, 1967, le Maroc est passé de 320 000 juifs en 1948 à environ 5 000 en 2016. Toutefois, ceux qui sont encore dans le royaume, surtout à Marrakech célèbrent toujours la Mimouna avec beaucoup d’enthousiasme.

Souhail Ftouh

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

*