L’innovation, la création et la jeunesse au coeur de la Saison France-Israël 2018

 

En Israël, pays des nouvelles technologies, de la recherche et de l’innovation, savez vous qu’il y a une communauté francophone ? Grâce à son dynamisme économique, Israël attire de plus en plus d’expatriés français.

Puissance majeure du Moyen-Orient, le pays mise beaucoup sur les nouvelles technologies et favorise la liberté d’entreprendre.  Avec plus de 350.000 personnes recensées, la communauté française est très importante en Israël. Elle se concentre dans les principales villes du pays que sont Jérusalem, Tel Aviv et Haïfa. Beaucoup d’expatriés ont moins de 35 ans et sont spécialisés dans les nouvelles technologies et l’informatique, deux domaines dans lesquels Israël est aujourd’hui en pointe au niveau international.

La Saison France-Israël 2018 se déroulera de manière simultanée dans les deux pays entre les mois de juin et de novembre 2018. Elle sera centrée sur l’innovation, la création et la jeunesse.

La Saison France-Israël, qui coïncide avec l’anniversaire des 70 ans de l’indépendance d’Israël est un jalon important des relations entre l’État d’Israël et la République française.

La Saison France-Israël 2018 a pour ambition de montrer la vitalité de la relation bilatérale dans les domaines culturels et scientifiques, de marquer une nouvelle étape dans les relations économiques et de renouveler le regard que portent les Français sur Israël et les Israéliens sur la France.

Mobilisée autour d’institutions, de savants, d’intellectuels et d’artistes engagés dans le dialogue franco-israélien depuis plusieurs années, la Saison France-Israël 2018 encourage aussi de nouvelles coopérations et promeut la rencontre entre la « Start-up nation » et la « French-Tech ».

Paris espère donc tirer profit de cette Saison France-Israël et « nouer et renforcer des relations bilatérales entre professionnels, étudiants, universitaires et entrepreneurs ».

A travers plus de 400 événements dans les deux pays, la Saison France-Israël 2018 résonnera dans une cinquantaine de villes en France et une vingtaine de villes en Israël autour de thèmes variés tels que l’innovation , les sciences, l’économie, le théâtre, la danse, l’art contemporain, la musique, l’éducation, le cinéma, le design, le livre et le débat d’idées.

La Saison France-Israël 2018 s’est ouverte mardi au Grand Palais à Paris à l’occasion de l’exposition Israël@lights, qui a été inaugurée par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et par le président français Emmanuel Macron.

La Saison croisée France Israël 2018 est l’occasion de valoriser les coopérations scientifiques existantes entre les deux pays, en particulier dans le domaine spatial. Le satellite francoisraélien Ven?s, satellite de recherche environnementale développé en coopération entre l’Agence Spatiale Israélienne (ISA) et l’Agence Spatiale Française (CNES) lancé en août 2017, est l’un des projets emblématiques qui témoigne du dynamisme et de la réussite des collaborations bilatérales franco-israéliennes dans le domaine scientifique.

Le Ministère israélien de la Science, de la Technologie et de l’Espace (MOST), en coopération avec le CNES, proposera dans le cadre de la Saison France-Israël un ensemble de rencontres et activités autour de Ven?s afin de mieux faire connaître les résultats de cet ambitieux projet destiné à accompagner des décisions majeures pour le futur de la planète.

Depuis son lancement dans l’espace, le satellite a enregistré des données dans environ 110 zones naturelles et agricoles du monde entier. Dans le cadre de la Mission Ven?s, l’accent est volontairement portés sur les résultats obtenus en matière d’agriculture, de compréhension et de gestion des phénomènes d’inondations et de risques forestiers.

Israël, une économie dynamique et innovante

Taux de chômage faible et croissance solide… Les arguments économiques d’Israël, la Startup nation, font mouche auprès des candidats à l’expatriation.

Israël est l’un des pays de l’OCDE qui connaît l’une des plus fortes croissances ces dernières années, avec une situation de plein-emploi et une inflation très faible.

C’est en Israël que l’on trouve le plus grand nombre de startups créées et de brevets déposés par habitant. La moitié d’entre eux concernent le secteur des sciences de la vie, et surtout de l’e-santé.

Autre secteur amené à se développer : celui des infrastructures, notamment en matière de transport, le pays étant largement sous-équipé. Les pouvoirs publics ont également annoncé la construction de logements et le lancement de nouveaux grands projets dans le secteur des technologies de pointe.

Les secteurs porteurs en Israe?l sont plus globalement ceux des te?le?communications, de la technologie, de l’industrie (aéronautique, automobile, équipements médicaux, pharmacie…) de l’informatique, du traitement de l’eau, et des e?nergies renouvelables. Le tourisme, l’agriculture et la restauration sont des secteurs qui embauchent aussi beaucoup d’e?trangers. Sans oublier le secteur de la protection, de la surveillance et de l’anti-terrorisme.

Plus généralement, les statistiques du gouvernement font état de difficultés pour les employeurs à recruter des salariés dans le secteur du commerce, de la restauration, de l’industrie, du gardiennage et des aides à domicile. Les jeunes Français sont aussi appréciés dans les secteurs juridiques, le médical, et la communication…

Les entreprises françaises implantées

Toutes les grandes entreprises françaises sont implantées en Israël, de Veolia à L’Oréal, en passant par Alstom ou Sanofi. Au total, elles sont une centaine, implantées dans des secteurs aussi divers que les transports, la banque, l’alimentaire, l’e?nergie, le tourisme, les cosme?tiques, l’informatique, la publicite?, la restauration, le luxe, la pharmacie… Plus généralement, les investissements étrangers sont importants en Israël, et reflètent la bonne santé économique du pays. D’ailleurs, les Chinois ne s’y trompent pas, ils ont massivement investi dans des secteurs aussi divers que l’assurance, l’industrie spatiale, la désalinisation de l’eau, les jeux en ligne, la construction résidentielle…

Bons plans : se rapprocher des entreprises installées dans des villes à forte concentration de population francophone (Nétanya, Ashdod, Jérusalem) et leur demander si elles recrutent du personnel maîtrisant le français.

Les profils recherchés chez les expatriés sont ceux qui ont un haut niveau de diplôme et une expérience professionnelle. Mais les vives tensions régionales ont conduit nombre de travailleurs palestiniens à quitter leurs emplois, en particulier dans le secteur du BTP (serruriers, carreleurs ou encore soudeurs…) ; il y a donc des opportunités pour les remplacer.

Souhail Ftouh