| More

2026599294
Téléphone portable et tumeur au cerveau :enquêté surprenante de L’université de Tel-Aviv 

Il existe des liens « probables » entre l’utilisation des téléphones portables et les ondes qu’ils émettent, et le développement des tumeurs au cerveau.

Les chercheurs de l’université de Tel-Aviv ont étudié la salive de 20 personnes utilisant leur portable de 30 à 40 heures par mois. Ils l’ont ensuite comparée avec celle de gens sourds qui n’ont pas de portable ou l’utilisent uniquement pour envoyer des textos.

Selon les explications du docteur Hamzani, le directeur de recherche, une exposition très élevée aux ondes électromagnétiques du portable provoquerait un stress oxydatif sur les tissus et les glandes salivaires situés à proximité de l’endroit où on place l’appareil, c’est-à-dire près de l’oreille.

Or, si on se réfère à sa définition, le “stress oxydatif” n’a rien à voir avec le stress psychique. Il s’agit d’une agression chimique sur les constituants de notre organisme due à un excès de radicaux libres. Ces molécules particulièrement nocives, qui viennent de l’oxygène que nous respirons, provoquent une oxydation qui dénature nos membranes cellulaires ainsi que l’ADN. D’où des mutations génétiques susceptibles de se développer en tumeur. En portant très fréquemment le mobile à l’oreille, ce stress oxydatif toucherait les glandes salivaires. La salive se transformant alors en un terrain favorable à l’apparition et au développement de tumeurs.

Des conclusions définitives ? “À ce stade, notre étude n’établit pas une relation claire de cause à effet entre l’usage de la téléphonie mobile et le cancer. Mais elle contribue à mettre en évidence que cet usage peut avoir des effets néfastes sur la santé”, précise le docteur Hamzani. Pour affiner ses recherches, l’équipe annonce qu’elle va poursuivre son travail à une plus grande échelle et analyser, par exemple, la salive d’une personne avant et après l’utilisation, à l’oreille, de son téléphone.

L’Agence européenne de l’environnement, avait publie un rapport en janvier dernier sur le sujet en citant l’exemple un Italien qui a téléphoné six heures par jour, pendant 12 ans et qui est atteint d’une tumeur au cerveau.

En Israël même, une étude réalisée par l’Institut Weizmann a montré que les portables augmenteraient de 50 % le risque de tumeur des glandes salivaires. Le professeur Rony Seger estime que le risque encore plus grand si l’appareil est toujours placé à la même oreille. Également mis en évidence : un appel de plus de dix minutes pourrait provoquer des modifications chimiques dans les cellules du cerveau.

En revanche, le professeur Siegel Sadezky , Directeur de l’Unité d’épidémiologie du cancer et le rayonnement de l’Institut Gartner pour l’épidémiologie et les politiques de santé au Sheba Medical Center, a fait remarquer qu’il n’est pas possible de déterminer scientifiquement une position définitive sur la question. Cependant, dit-elle, les résultats indiquent un risque accru de développer des tumeurs du cerveau et de la glande salivaire. Surtout il s’agit des gros utilisateurs, de plus de 10 ans, tenant le téléphone du même côté de la tête. Ainsi, le professeur Sadezky propose de prendre principe de précaution.

Il faudra encore du temps et davantage d’études sur la question pour déterminer les effets des ondes des téléphones portables sur la possibilité de développer une tumeur du cerveau. Depuis 2008, nombreux sont les médecins qui préviennent des dangers du portable sur le cerveau, des enfants et adolescents surtout.

Des chercheurs israéliens signalent pour première fois , en mars 2013, une preuve d’un lien possible entre les radiations de téléphone cellulaire et le cancer de la thyroïde. Au cours des dernières années il a été rapporté dans les pays occidentaux et en Israël, que le cancer de la thyroïde a une relation avec l’utilisation des téléphones mobiles.

Une nouvelle étude israélienne faite en mars 2013 à l’hôpital Beilinson et l’Université de Tel Aviv a détecté la preuve d’un lien possible entre, l’augmentation du risque du cancer de la thyroïde et l’exposition aux rayonnements des téléphones cellulaires. l’ Institut de recherche Felsenstein spécialiste de la gorge, l’Hôpital Beilinson et l’Université de Tel Aviv, était une en étude en commun sur la projection des cellules thyroïdiennes humaines recueillies à partir de sujets sains, pour voire comment l’appareil simule l’intensité du rayonnement électromagnétique émis par les téléphones cellulaires. Le dispositif a été conçu spécialement pour cette étude.

cellrad
Israël le seul pays au monde dont la loi exige une mention d’avertissement sanitaire.

L’ancien ministre israélien de la Protection Environnementale, Guilad Erdan, avait souhaité que les Israéliens réduisent leurs communications téléphoniques. Le ministre avait averti que dans les zones de transit, les passagers qui n’utilisent pas leurs téléphones sont exposés non seulement au bruit, mais aussi aux radiations des téléphones.

Erdan avait demandé en avril 2011 à son homologue des Transport, Yisrael Katz, de mettre en place une équipe conjointe chargée de publier des recommandations pour réduire l’utilisation des téléphones portables dans les bus et les trains.

Israël est l’un des rares pays dans le monde dont la loi exige que tous les téléphones portables ,vendus dans le pays, portent une mention d’avertissement sanitaire. En février 2012 ce projet de loi, qui a été parrainé dans le Knesset par le député Dov Khenin (Parti Communiste) et Yulia Shamalov Berkovich (Kadima), avait remporté l’approbation générale du parlement.

La loi exige également que toutes les publicités de téléphones mobiles inscrivent également l’avertissement en gros caractères.

Bien que les députés ne sont pas des scientifiques, ils soupçonnent que l’utilisation régulière d’un téléphone portable pourrait causer des cancers, en particulier chez les enfants. De fait, plusieurs études israéliennes tendent à prouver qu’il y aurait un lien entre les portables et certains cancers comme l’ astrocytome au cerveau.

An nom du principe de la précaution une étiquette mentionne : « Attention – le ministère de la Santé met en garde contre l’utilisation importante de ce dispositif que pourrait augmenter le risque de cancer, surtout chez les enfants. »

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*