| More

 

Il y’a quelques jours des dizaines de personnes sont décédées et d’autres blessées dans une distribution d’aide alimentaire à Essaouira, au Maroc. Ce tragique incident avait contredit l’image flamboyante d’un Maroc prospère que tentent de renvoyer les lobbyistes  marocains.

Aujourd’hui Mohammed VI, qui contrôle tous les rouages de l’économie marocaine avec les bénéfices qui en découlent, tente de jouer à fond la question de Jérusalem en sa qualité de président du sois-disant Comité Al Qods.

Mohammed VI, qui fait main basse sur le pays alors que plus de la moitié de la population vit misérablement, avait adressé cette semaine un message de mise en garde au Président américain, M. Donald Trump sur Jérusalem.

Alors que les Rifains ne décolèrent après la répression policière contraignant des hordes de campagnards à l’exode, Mohamed VI tente de dissimuler la frustration de sa population et continue sa surenchère habituelle autour de la « question palestinienne .

Le chef du gouvernement marocain, Saad Eddine El Othmani, a déploré, jeudi à Rabat, la décision de l’Administration américaine de reconnaître la ville sainte d’Al Qods comme capitale d’Israël.

El Othmani, qui présidait la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, a affirmé que le Maroc “a été et restera toujours un défenseur des droits du peuple palestinien dans sa lutte pour établir son État indépendant avec comme capitale Al Qods Al Charif”, soulignant que la ville sainte est “une ligne rouge qui ne peut être transgressée.”

Le Chef du gouvernement a rappelé, à ce sujet, le message que le Roi Mohammed VI a adressé au chef de l’exécutif américain Donald Trump, en Sa qualité de Président du Comité Al Qods, relevant que le Souverain a exprimé la préoccupation du Royaume du Maroc, l’inquiétude des Etats et peuples arabes et musulmans et le refus de cette étape et ses graves répercussions sur la région.

Dans son message au président américain, M. Donald Trump,  Mohammed VI rappelle que  « Conformément aux résolutions internationales y afférent, y compris particulièrement les résolutions du Conseil de sécurité, Al-Qods se trouve au cœur des questions du statut définitif, ce qui exige de préserver sa place juridique et d’éviter tout ce qui de nature à porter atteinte à son statut politique actuel », écrit le souverain au président américain.

Il a jouté que “Le Proche Orient vit au rythme de crises profondes, de tensions continues et de périls en nombre qui nécessitent d’éviter tout ce qui est de nature à exacerber les sentiments de frustration et de déception qui font le lit de l’extrémisme et du terrorisme, à porter atteinte à la stabilité précaire dans la région et à amenuiser l’espoir de voir éclore des pourparlers fructueux à même de concrétiser la vision de la communauté internationale sur une solution à deux Etats”.

Alors que le conseiller juif du Roi fait aussi  l’apologie de « la tragédie palestinienne » sans oser parler de la tragédie marocaine,les citoyens marocains ignorent tout des richesses qui leur reviennent de droit et qui sont spoliées par la famille alaouite.

Aujourd’hui la majorité des Marocains sont pris dans l’engrenage infernal de s’en sortir, de se saigner pour éduquer leurs enfants, ou pour se soigner, ou pour éviter de tomber dans les mailles arbitraires de la police et de la justice corrompue.  Cette réalité est dissimulée derrière le soutien  outrancier aux Palestiniens.

Le Makhzen a d’autres priorités que de s’occuper de citoyens misérables et paumés.

Souhail Ftouh 

Leave a Reply

*