| More

Les triples attentats d’Eilat dans leur mode opératoire ont dû susciter des questions, voire des inquiétudes chez les Israéliens.

Tsahal a élevé, depuis lundi, son état d’alerte le long de la frontière israélo-égyptienne, par crainte de nouvelles attaques terroristes. Des renforts ont été déployés principalement près des zones poreuses de la frontière. Les services de sécurité ont en effet reçu des informations sur un attentat similaire à celui d’Eilat, en préparation par le Djihad islamique.

Le responsable des renseignements au ministère de la Défense, le général de réserve Amos Guilad, a indiqué mardi que l’état d’alerte maximal décrété hier dans la région d’Eilat était fondé sur des renseignements très précis faisant état de l’intention de terroristes de Gaza de perpétrer un attentat semblable à celui qui a été commis dans la région voilà 10 jours.

Le commandant du Front sud de Tsahal a décidé, le 29 aout 2011, d’user de ses prérogatives et de déclarer les routes 10 et 12 menant à Eilat, “zone militaire interdite à la circulation de véhicules civils”, en raison d’informations sur l’imminence d’attentats.

Tsahal a décidé de fermer les deux axes routiers pour ne pas répéter l’erreur d’il y a une dizaine de jours lors des derniers attentats. Seule la route 90, appelée aussi Kvish HaArava, est ouverte à la circulation civile. Tsahal a envoyé d’importants renforts, suite à des renseignements selon lesquels des commandos de terroristes du Jihad islamique auraient quitté Gaza et se trouveraient actuellement dans le Sinaï pour tenter de franchir la frontière et commettre de nouveaux attentats dans le sud d’Israël.

Selon le Maariv une circulaire officielle du ministère de la Défense interdit à tous les hauts-gradés de “circuler sur la route 10 et 12?, c’est à dire sur les routes frontières avec le Sinaï. Les dangers sont des attaques terroristes mais aussi et surtout des kidnappings.
L’interdiction s’applique aux officiers de Tsahal, au personnel du ministère de la Défense, ainsi qu’aux professionnels qui travaillent indirectement pour le ministère.

La marine de Tsahal a également envoyé deux navires supplémentaires pour faire face à une éventuelle attaque de missiles sur Eilat.

Le correspondant militaire de la radio Kol Israel, Carmela Menashe, a déclaré que des détails sur l’avertissement officiel sont encore inconnus mais que la zone frontière avec l’Égypte et Gaza est sous haute surveillance.

En revanche, des nouvelles informations ont justifié l’état d’alerte maximal au sud d’Israël, par crainte d’attaques similaires à celle d’Eilat il y a près de 2 semaines. Le ministre de la Défense passive, Matan Vilnaï, a indiqué ce mardi matin que les services de sécurité disposent de renseignements faisant état d’un attentat en préparation dans le Sinaï par une cellule comptant plus de 10 terroristes. ”Le Djihad islamique tente depuis longtemps déjà de perpétrer des attentats depuis le Sinaï et l’Aïd al-Fitr est une bonne opportunité”, a-t-il ajouté, soulignant que les forces israéliennes et égyptiennes coopéraient pleinement pour déjouer ces menaces.

Les responsables sécuritaires israéliens indiquent maintenant que les organisations terroristes gazaouies ont réussi à se procurer auprès des Libyens des missiles antiaériens SA-7 et des missiles antichars RPG. De plus, l’Egypte a saisi près de la frontière libyenne un important arsenal d’armes.

L’armée israélienne a dépêché deux navires de guerre supplémentaires à la frontière avec l’Egypte, dans la Mer Rouge. Une mesure qui intervient suite à plusieurs avertissements émis par les services des Renseignements et faisant état de menaces d’attentats imminents contre le sud d’Israël, via le sol égyptien.

Les services de sécurité égyptiens étaient en état d’alerte maximale ce mardi en vue des festivités du Aïd-el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan. Le journal égyptien Al Masri Al-Yom précisait à ce propos que les forces de sécurité continuaient à traquer « les nids » de terroristes du Djihad islamiques dans le Sinaï.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*