| More

Encore une fois l’Université Montréalaise de Concordia se déshonore par son alignement sur les positions radicales des fondamentalistes qui s’identifient à la « cause palestinienne ».

Nous voici dix ans après l’émeute à l’Université Concordia de Montréal en 2002  qui avait obligé Benjamin Netanyahu, le Premier Ministre actuel d’Israël, invité à l’époque par des étudiants juifs de l’université pour prononcer une conférence, de renoncer à prendre la parole( 1). L’université de Concordia récidive cette fois en accueillant en son sein , et dans le même amphithéâtre, une soirée radicalement anti-israélienne organisée , ce samedi 6 octobre 2012, par un collectif islamiste.( article Héléne Keller-Lind)


L’université Concordia de Montréal : un fief des protestations anti-israéliennes

Deuxième « évènement-bénéfice bilingue » du genre à l’université Concordia de Montréal, avec la participation d’étudiants d’autres universités, « Sous les Yeux de Palestine » avait pour but affiché de « faire connaitre la déplorable situation humanitaire à laquelle la Palestine fait face… » et de récolter des fonds -quelques 5.000 $ canadiens en l’occurrence – « pour…l’organisme « Islamic Relief Canada ». De fait le film présenté et les interventions politiques résolument anti-israéliennes d’une féministe de « Québec Solidaire » ayant participé à une « Flottille » et d’un député du « Bloc Québecois » assénaient une vision manichéenne, voire diffamatoire, diabolisant Israël et désinformant un public jeune fortement islamisé.

Des bénévoles et étudiants manipulés

Tenant une pancarte « Sous les Yeux de Palestine », un badge en forme de drapeau palestinien épinglé sur la poitrine, quelques jeunes gens aimables alertent les voyageurs à une entrée du métro montréalais en ce samedi 6 octobre : à deux pas de là, dans un amphithéâtre de l’université Concordia se déroule une soirée avec projection de film, intervention de politiques et artistes… Une soirée qui semble quelque peu anachronique quand on sait ce qui se passe quotidiennement en Syrie depuis d’interminables mois…Mais l’obsession anti-israélienne continue à faire recette car l’amphithéâtre de cette université est presque rempli…Des étudiants d’autres universités ont participé au succès de la soirée, notamment ceux de l’Université de Montréal – où des billets étaient vendus dans le Pavillon Garaudy…-

Il faut dire que l’organisation de la soirée par des étudiants, la deuxième du genre, a été impeccable. Grâce à un grand nombre de bénévoles, sans doute armés des meilleurs intentions du monde et convaincus de la justesse de leur engagement, mais apparemment sourds et aveugles à ce qui se déroule en Syrie…

Un « documentaire » manichéen qui date et réunit tous les anti-israéliens obsessionnels

Certes le film date beaucoup, mais qui le verra dans l’assistance…Ariel Sharon y est présenté comme le mal incarné..Des séquences de « témoignages » de Palestiniens de Judée Samarie et de la Bande de Gaza – veuves voilées éplorées, enfants récitant des textes émouvants bien appris, photos d’enfants blessés ou morts, sans que les circonstances soient prouvées en rien – alternent avec des commentaires de personnages connus pour leurs positions anti-israéliennes radicales comme Richard Falk, appartenant au Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies – personnage dont les outrances ont été dénoncées sans relâche par UN Watch -, Noam Chomsky – qui, entre autres, conteste le caractère juif d’Israël – Yael Stein de B’Tselem, – ONG épinglée pour son parti-pris anti-israélien et la publication de données peu fiables . Sans oublier les Ilan Pappé – universitaire israélien qui accuse Israël de « nettoyage ethnique »- , Amira Hass – journaliste anti-sioniste du quotidien israélien Haaretz – ou quelques Neturei Karta – pour qui le conflit entre les Palestiniens et Israël est le produit su sionisme -…On a encore l’inévitable comparaison entre la situation palestinienne et l’apartheid sud-africain, ce système étant présenté comme moins répressif que sa version supposée hébreue..Ce qui donne une idée très précise du contenu du film.

Lavage de cerveau systématique

Même si une, voire deux séquences montrent de réelles et déplorables bavures, très anciennes, d’ailleurs, et des dégâts inévitablement causés dans le cadre de toute guerre, ce film est une charge grossière entièrement manichéenne contre le seul Israël, les attentats suicide étant même justifiés au motif que les bombes humaines auraient agi suit à des traumatismes dus à « l’occupation » et à ses méfaits. Il n’y a là aucune volonté d’ouvrir le débat, de présenter une réalité véritable. Le film a été fait pour diaboliser Israël, le délégitimer, inciter à la révulsion et la haine. On imagine ce que peut ressentir un public qui n’a jamais rien entendu de différent et était déjà acquis à la cause anti-israélienne avant même de voir ce « documentaire » à charge…

D’autant que la partie « spectacle » de la soirée enfoncera le clou. Avec, par exemple « The sound of Reason » – dont un clip est éloquent quant à ses positions : veuves, enfants morts, vrais ou faux, soldatesque et chars israéliens…maisons démolies, oliviers en feu, enfants arrêtés… ou Moez Battikh, chanteur engagé expert en récitation du Coran mémorisé dès l’âge de 14 ans Il faut dire que parmi les participants on notait une forte proportion de jeunes femmes voilées – cela allant du voile seyant, artifice de séduction, au voile enveloppant et terne à l’iranienne -. De jeunes hommes arborant la barbe taillée à l’islamiste…Et ce sont quelque 300 jeunes musulmans et quelques non-musulmans qui auront été ainsi renforcés dans leur haire d’Israël ce soir-là…Parmi eux nombre de Libanais. Des restaurants libanais ayant d’ailleurs été les sponsors principaux et ayant fourni une « nourriture traditionnelle » servie à l’entracte.

Engagement islamique et Frères musulmans

Un engagement islamique était d’ailleurs revendiqué par un jeune Britannique, représentant de « l’Islamic Relief Fund » qui collecte des fonds pour Gaza, entre autres. Mais qui, selon Le Point de Bascule, a une coloration islamiste, est une émanation des Frères musulmans et lié au Hamas, ce qui est démontré dans une étude très fouillée.

L’ islamic Relief :La branche indonésienne de l’organisation est placée sur la liste officielle des organisations considérées par l’ONU comme proches d’al-Qaida.La branche philippine est aussi classée comme organisation terroriste par les États-Unis en août 2006.

Deux partis politiques québecois désinforment au-delà du ridicule et annoncent des projets

La dernière partie de la soirée a été consacrée à deux personnages politiques québecois. D’abord la féministe Manon Massé, de Québec Solidaire, parti d’extrême gauche québecois d’Amir Khadir – voir l ’excellent livre de Pierre K.Malouf sur les « faces cachées » du personnage – , militante « proche des frères et sœurs autochtones » canadiens, militante « anticolonialiste » et anti-israélienne qui a participé à la « Flottille II » sur un bateau canadien. Réécrivant la réalité elle accusait sans vergogne Israël d’avoir assassiné des militants de la première Flottille , déplorait que « le plus beau port de Méditerranée » de Gaza ne puisse être utilisé par les pêcheurs gazaouis sur qui, affirmait-elle, les Israéliens tirent s’ils dépassent les 3 miles nautiques, d’ailleurs sans poissons, auxquels ils sont confinés. Etc. Elle évoquait aussi Rachel Corrie, sanctifiée et soi-disant assassinée par Israël, – ce que vient de démentir un tribunal israélien -….

Manon Massé du Québec solidaire : trotskiste farouchement anti-israélienne

Autre affirmation : selon elle, les Israéliens essaient « d’effacer le passé palestinien », des « intrus » pénètrent « dans les domiciles palestiniens » et « ce n’est pas pour rien que des pierres sont lancées contre Goliath »…
Cette militante gauchiste concluait qu’il ne faut cesser de faire entendre la voix des Palestiniens et annonçait deux projets : l’un pour « lever des fonds pour construire un bateau à Gaza et y relancer l’industrie navale en panne depuis 43 ans », l’autre étant un Forum Social « Free Palestine » – « libérez la Palestine » – qui se tiendra à Montréal du 28 novembre au 1er décembre.

Autre personnage politique annoncé comme étant « la cerise sur le gâteau », Richard Nadeau, ancien député de Gatineau pour le Bloc Québecois, parti souverainiste social-démocrate québecois. Fort d’une visite à Gaza, en « Samarie-Judée, comme ils disent », ou en Jordanie en 2009, cet ancien député s’est livré à un discours à la limite du ridicule de par ses exagérations systématiques.


Richard Nadeau ancien député fédéral du bloc québécois : honoré récemment par une association dans la mouvance du Hezbollah

Selon lui les Israéliens exproprient sans cesse les Palestiniens – dont on s’étonne, à l’entendre, qu’un seul vive encore chez lui – enfermés derrière un énorme mur ou des barbelés et malheur au fermier qui ne pourrait rentrer du côté palestinien la nuit et serait bloqué dans son champ, côté israélien car, affirmait cet ancien élu, « il pourrait être tué ». Malheur aussi à qui s’approcherait des barbelés car des bombes lacrymogènes très dangereuses seraient tirées sur lui, etc.

Quant à Hébron, les « 400 colons qui y font la loi et l’ordre » y vivant seraient des éléments perturbateurs dont Israël se serait débarrassé….Israël qui aurait transformé pour moitié « la mosquée Abraham, Ibrahim en synagogue ». Bien évidemment l’ancien député évoque Baruch Goldstein qui y tua des Palestiniens….Projection de photos. Commentaire « ici on voit la croix juive – étoile de David- avec un poing, logo des extrémistes », etc.

Concernant la Bande de Gaza, seuls 36 produits peuvent y entrer affirmait ce personnage, en retard de plusieurs trains, qui donnera aussi une série de chiffres invérifiables destinés à démontrer la vilénie israélienne. 98 % de l’économie locale a été détruite, disait-il et un chiffre retenait aussi l’attention : face au nombre de soldats israéliens on trouvait : « soldats palestiniens 0 ». Chaque mort palestinien dans des combats étant donc un soi-disant civil innocent et pas un mot, bien sûr, sur l’arsenal amassé dans la Bande de Gaza ni les tirs de roquettes, obus de mortiers ou missiles Grad venus du lieu…

Par ailleurs, la station d’épuration ayant été détruite, disait-il également, les poissons sont contaminés et provoqueraient des maladies de rein chez ceux qui les consomment. Sans doute ignore-t-il que la France, par le biais de son Agence pour le Développement, en cofinancement avec la Banque mondiale, l’Union européenne, la coopération Belge et la Suède construit une station d’épuration dans le nord de la Bande de Gaza, un ambitieux projet coûtant des dizaines de millions d’€

Bien évidemment l’ancien député s’en prenait au gouvernement fédéral canadien, accusé d’être pro-israélien…il énonçait d’ailleurs là une vérité rare dans sa bouche…

Ni débat ni questions

Il n’y aura ni débat, ni questions à l’issue de cette soirée. Cela allant de soi. Ce sont quelque 5.000 $ canadiens qui ont été récoltés, l’entrée de cette soirée anti-israélienne ayant été fixée à 10 $ pour les pré-inscriptions et à 15 $ à la porte d’entrée. Des fonds supplémentaires ayant été collectés également « pour les orphelins de Gaza » pendant la soirée. Somme non négligeable, la quasi totalité des participants étant jeunes.

———————————————————————–
(1) L’association étudiante de Concordia, la CSU, avait joué un rôle important dans l’organisation des ces protestations ( voir ce lien) : http://lys-dor.com/2011/06/01/lemeute-de-luniversite-concordia-de-2002-delegitimation-disrael-au-canada/

Leave a Reply

*