| More

A Moscou, 20 000 soldats de l’armée russe ont participé ce lundi au défilé commémorant la victoire de l’Armée rouge sur l’Allemagne nazie il y a 66 ans. Malgré l’impressionnant déploiement d’hommes et de matériel militaire, le président russe Dimitri Medvedev a indiqué que son pays “est attaché depuis toujours à la paix et à la coopération internationale”.

L’Union soviétique a apporté une contribution décisive à la victoire sur le nazisme. Pendant près de 4 ans, du 22 juin 1941 au 9 mai 1945, le front germano-soviétique fut le front principal de la Seconde Guerre mondiale. Il s’étendait sur 6 200 Km. Sur ce front immense, l’Union soviétique, dirigée par le Parti communiste et Joseph Staline, y affronta seule à seule l’Allemagne hitlérienne, résista aux coups des hordes fascistes, stoppa leur avance et les refoula.


Tanks et artillerie soviétiques à Stalingrad, 1942

Au cours de l’hiver 1941-1942, jusqu’à 50 divisions allemandes furent anéanties sur le front germano-soviétique. Rien que dans la bataille de Moscou, les hitlériens perdirent plus de 500 000 soldats et officiers, une énorme quantité de matériel de guerre : chars, avions, pièces d’artillerie. Leurs pertes globales en effectifs sur le front Est constituaient alors plus d’un million d’hommes.

Au début de l’été 1942, les événements sur le front Est prirent une tournure défavorable pour les troupes soviétiques. La contre-offensive des troupes soviétiques, commencée le 19 novembre 1942, boucla 4 jours après l’anneau d’encerclement, prenant ainsi en étau 22 divisions fascistes allemandes, plus de 160 unités de la 6e armée et partiellement de la 4e armée blindée, totalisant 330 000 hommes. Les tentatives du commandement hitlérien de porter secours au groupement encerclé échouèrent. Le 2 février 1943, les dernières unités fascistes encerclées qui résistaient encore capitulèrent.

Au cours des 200 jours de combats pour Stalingrad, les nazis perdirent environ 1 500 000 hommes, dont 2 500 officiers et 24 généraux, tués, blessés, faits prisonniers ou disparus. La Wehrmacht avait perdu 32 divisions et 3 brigades complètes et 16 de ses divisions étaient saignées à blanc. Durant ces affrontements, les troupes soviétiques anéantirent cinq armées ennemies : deux armées allemandes, deux roumaines et une italienne.

La défaite écrasante des troupes nazies et fascistes, d’abord devant Moscou, puis devant Stalingrad, porta gravement atteinte à la puissance et au prestige politique du troisième Reich. La bataille devant Koursk en juillet-août 1943 est entrée dans l’histoire comme l’une des batailles les plus importantes et les plus décisives de toute la Seconde Guerre mondiale. Y participèrent des deux côtés plus de 4 millions d’hommes. Les forces soviétiques anéantirent sur le saillant de Koursk 30 divisions ennemies, dont 7 blindées. Les troupes fascistes allemandes perdirent 500 000 soldats et officiers, 3 000 pièces d’artilleries, 1 500 chars, plus de 3 700 avions. L’aviation soviétique conquit alors la suprématie aérienne et la conserva jusqu’à la fin du conflit.


Offensive soviétique appuyée par les fameux chars T-34

Pendant leur mission de libération, les troupes soviétiques libérèrent totalement ou partiellement le territoire de onze états d’une superficie de 1 million de Km2 et totalisant une population de 113 millions d’habitants. De juillet 1944 jusqu’à la fin de la guerre, environ 7 millions de combattants soviétiques participèrent aux opérations pour la libération des pays européens.

La victoire était imminente lorsque se déroula en Crimée, du 4 au 11 février 1945, la Conférence des chefs de gouvernement des trois puissances alliées. Y assistèrent Staline, Roosevelt, Churchill, les ministres des Affaires étrangères et les conseillers militaires. Les participants à la Conférence proclamèrent leur volonté catégorique d’anéantir le militarisme allemand et le nazisme, de créer des garanties enlevant dorénavant toute possibilité à l’Allemagne de rompre la paix.

Le 8 mai 1945, à minuit, dans la banlieue berlinoise de Karlshorst, dans le bâtiment de l’ancien collège d’ingénieurs, le feld-maréchal Wilhelm Keitel, le général Hans-Jürgen Stumpff et l’amiral Hans-Georg von Friedeburg signèrent l’acte de capitulation inconditionnelle de l’Allemagne hitlérienne. Pour la deuxième fois en 25 ans, les représentants de la réaction allemande apposaient leur signature sur un document consacrant la défaite militaire du Reich dans une guerre mondiale qu’elle avait elle-même déclenchée.

A Berlin, la fusillade s’était tue. Le 9 mai, elle se tût à Prague où le dernier groupement hitlérien déposa les armes. Pour le peuple soviétique et son armée, qui avaient contribué de façon décisive à la Victoire, c’était enfin le dernier jour, le 1 418e, ardemment désiré de la guerre contre l’agresseur hitlérien. La victoire des troupes soviétiques renforça les positions internationales de l’URSS, ouvrit des perspectives favorables à la montée du socialisme, des forces de libération nationale, de démocratie et de paix dans le monde.
Vingt millions de vies humaines sur les 50 millions emportées au total dans la dernière guerre, tel fut le tribut du peuple soviétique sur le nazisme.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*