| More

r1

 

Considérée comme historique par Mr Benyamin Netanyahu, la tournée de quatre jours qui a débuté en Ouganda et s’est poursuivie  ce mercredi, 6 juillet 2016 au Rwanda et jeudi en Éthiopie est la première d’un chef de gouvernement israélien en Afrique subsaharienne depuis des décennies.

 

Mr Netanyahu  a reçu un accueil chaleureux du Président  de la République du Rwanda Paul Kagame. Les deux hommes  ont par la suite gagné la tribune d’honneur pour saluer les couleurs nationales au son des hymnes nationaux des deux pays, alors qu’une salve de 21 coups de canon retentissait en signe de bienvenue à Mr Benyamin Netanyahu.

 

 

Les  deux chefs d’État ont ensuite passé en revue un détachement de l’armée rwandaise  qui rendait les honneurs, avant que le Chef du gouvernement israélien ne soit salué par le président du Parlement  du Rwanda, les membres du gouvernement composé de Mme Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération,  M. Patrick Karuretwa, conseiller et secrétaire particulier du Président Paul Kagamé,  M. Uzziel Ndagijimana, ministre d’État en charge de la planification économique, le Général de brigade Joseph Nzabamwita, secrétaire général en charge du renseignement et de la sécurité, Mme Faith Rugema, directrice du protocole d’Etat, M. Serge Kamuhinda, vice-président des opérations de développement du Rwanda, M. Emmanuel Hategeka, secrétaire permanent du ministère du Commerce et de l’Industrie, et M. Benjamin Gasamagera, président de la Fédération rwandaise du secteur privé.

Mr Benyamin Netanyahu a aussi été salué par les membres du corps diplomatique accrédité et les chefs des missions diplomatiques africaines accrédités à Kigali et  les officiers supérieurs de l’État-Major général des Forces Armées rwandaises.

r2

Rwanda qualifié d’« Israël d’Afrique »

 

La visite du Premier ministre israélien revêt une dimension symbolique en raison de l’histoire des deux pays.

 

 

Benyamin Netanyahu s’est rendu au mémorial du génocide de Gisozi à Kigali. Ici reposent dans des sépultures communes quelque 250 000 des 800 000 victimes du génocide rwandais, commis d’avril à juillet 1994, essentiellement parmi la minorité Tutsi.

 

Au lendemain du génocide, « le gouvernement rwandais s’est senti une réelle affinité avec Israël pour des raisons historiques évidentes », explique à l’AFP Phil Clark, spécialiste du Rwanda à l’université londonienne SOAS.

 

« C’est un pays qui a connu également un génocide, un petit pays entouré de voisins hostiles, un pays avec très peu de ressources mais qui s’est relevé de son génocide très rapidement et d’une manière très impressionnante », poursuit-il.

 

Une certaine proximité existe donc  entre les deux pays, à cause du génocide. Il était évident pour le Rwanda de se tourner vers Israël pour s’en inspirer. La visite de Netanyahu va consolider d’autant plus les liens entre les deux pays.

r3r4

 

 

Pendant qu’ils se trouvaient au mémorial du génocide du Rwanda, Mr Netanyahu et son épouse Sarah ont laissé un message dans le livre d’or, disant que le meurtre de 800 000 Tutsis il y a 20 ans portait des ressemblances avec l’Holocauste du propre peuple juif.

 

« Nous sommes profondément émus par le mémorial des victimes de l’un des plus grands crimes de l’Histoire, et cela nous rappelle les similarités troublantes avec le génocide de notre propre peuple. Plus jamais », est-il écrit dans le livre, publié sur Twitter par le bureau du président rwandais.

 

Il y a aussi cette idée d’un petit pays très organisé qui se bat dans un environnement hostile. Le Rwanda est régulièrement qualifié d’« Israël d’Afrique ».

 

 

Au-delà des enjeux sécuritaires et économiques, Israël cherche à s’assurer sur le plan diplomatique le soutien des pays africains dans les institutions internationales, où l’État hébreu fait l’objet d’une attitude hostile des pays arabes.

 

Si le Rwanda est en faveur d’une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien, il s’était abstenu en 2014, lorsqu’il était membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, de voter une résolution anti-israélienne  – finalement rejetée.

 

D’un point de vue pragmatique, Israël est vu par le Rwanda comme un partenaire alternatif de choix aux pays arabes. Les liens entre Israël et le Rwanda se sont intensifiés ces dernières années, notamment depuis la visite à Jérusalem de Kagame, en 2013. Les deux pays ont signé un accord de coopération en 2014 et en 2015, et le Rwanda a ouvert une ambassade à Tel-Aviv.

 

Souhail Ftouh

 

 

 

 

 

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*