| More

L’éditorial du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans le quotidien New York Times du 17 mai 2011, a provoqué la colère du Premier ministre Binyamin Netanyahu. Le raïs palestinien prétend que “les forces sionistes ont expulsé les Palestiniens en 1948 lors de la Guerre d’Indépendance”.

M.Abbas a affirmé que la tentative des Nations-Unies pour créer un Etat palestinien avait échoué, puisque la dernière fois que cette question avait été soulevée en 1947 cela avait aboutit au partage de la Palestine.

Il a ajouté : “Peu de temps après, les forces sionistes expulsaient les Arabes palestiniens ce qui laissait une forte majorité juive en faveur de l’établissement d’un Etat hébreu”.

En réponse, Netanyahou a affirmé que c’étaient les Palestiniens qui avaient rejeté le plan de séparation tandis que les juifs l’avaient accepté.
Le chef du gouvernement a rappelé que ce sont les pays arabes aidés par les habitants arabes (palestiniens…) qui ont agressé Israël.

Il a renchérit : “Dans cet article il ne fait pas mention de l’attaque de l’armée arabe assistée des forces palestiniennes contre l’Etat juif dans le but de le détruire”.
Le Premier Ministre israélien a insisté: “N’importe qui peut se rendre compte que le leader palestinien voit en l’établissement d’un Etat palestinien une raison de continuer le conflit plutôt que d’y mettre fin.”

Mahmoud Abbas déforme l’histoire. Le président de l’Autorité palestinienne a donné 2 versions pour expliquer le départ de sa famille de Tsfat (Safed) en 1948. Dans la tribune publiée dans le New York Times il y a 4 jours, il affirme que sa famille a été ”obligée” de quitter son domicile, alors qu’en 2007 il avait déclaré que sa famille avait de son propre gré quitté Safed, dans la ”crainte générale” que les juifs ne cherchent à se venger contre les Arabes du soulèvement de 1929 (soulèvement dans lequel les habitants juifs d’Hébron avaient été décimés). Ces différences de version ont été mises en exergue le 17 mai 2011 par un correspondant de l’Atlantic Post, Jefferey Goldberg.

Né en 1935, Mahmoud Abbas avait rédigé, en 1982, à Moscou, une thèse d’histoire sur « L’envers du décor : les relations secrètes entre le nazisme et le sionisme », dont il fera, en 1984, un livre très controversé. Depuis des années, nous assistons ici et là à des falsifications. L’Autorité Palestinienne prend beaucoup de soin à réécrire toute l’histoire. Les palestiniens sont en fait des menteurs congénitaux.

L’histoire d’Abou Mazen à l’OLP – homme acclamé par l’administration américaine comme un chef pacifique, nous montre qu’il vaut son prédécesseur Yasser ARAFAT : Deux menteurs, l’un, le premier, peut-être moins voleur que le second. En un mot, nous n’avons rien à attendre de ces dirigeants palestiniens ! Tous à jeter aux lions, sans pouvoir en extraire un seul du lot ! C’est triste à dire, mais c’est comme ça !

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*