| More

Selon l’édition Internet du journal Haaretz, le Premier ministre Binyamin Netanyahu serait d’accord pour geler de façon restreinte la construction dans les localités juives de Judée-Samarie.

Ce moratoire concernerait la “construction de bâtiments publics” et sur “les terres domaniales”, toujours selon le quotidien de gauche. Binyamin Netanyahu, en revanche, ne serait pas disposé à arrêter la construction “par des promoteurs privés sur des terres appartenant à des particuliers” où se trouvent la plupart des implantations, ajoute Haaretz, citant un haut responsable israélien anonyme. Cette initiative vise à permettre la reprise des pourparlers de paix avec les Palestiniens bloqués depuis plus d’un an, selon Haaretz.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat a confirmé hier qu’Israël avait proposé de geler partiellement ses constructions en Judée Samarie afin de favoriser la reprise des négociations avec les Palestiniens.

Le comité central du Fatah s’est réuni jeudi sous la direction de Mahmoud Abbas à Ramallah. Ses membres ont conclu que les Palestiniens se déclareront prêts à une réunion avec le Quartette international pour la paix pour débattre de la relance du dialogue avec Israël, à condition que la construction soit gelée en Judée-Samarie et à Jérusalem-est. Nabil Abou Roudeina, porte-parole de l’AP a souligné que les Palestiniens ne pourraient reprendre les négociations avec Israël tant que la construction ne sera pas gelée.

Le changement de position du Premier ministre Binyamin Netanyahu , qui serait disposer actuellement pour geler de façon restreinte la construction dans les localités juives de Judée-Samarie , est en contradiction avec sa position déclaré le mois dernier.

Dans une interview au Jerusalem Post du 28 septembre 2011, le Premier ministre Binyamin Netanyahu laisse entendre qu’il n’a pas l’intention de décréter un nouveau gel de la construction en Judée-Samarie et à Jérusalem-est pour tenter de convaincre les Palestiniens de relancer des négociations. “Nous avons déjà donné”, a-t-il affirmé. “C’est un prétexte qu’ils (les Palestiniens) utilisent encore et encore, mais je pense que nombreux sont ceux qui y voient une ruse pour éviter des négociations directes”, a-t-il ajouté.

Comme à chaque fois Israël se voit obliger de faire des concessions pour les palestiniens en contre parti de rien. L’Organisation de Libération de la Palestine a rejeté le mois dernier à Ramallah la proposition du Quartette pour le Proche-Orient pour la reprise des pourparlers de paix, jugeant que les israéliens devaient geler les constructions en territoires palestiniens avant tout retour à la table des négociations.

Une fois de plus, les dirigeants palestiniens font semblant de vouloir négocier. Et une fois de plus, les dirigeants israéliens reculent pour satisfaire les caprices des palestiniens.

Mais les Israéliens dans leur grande majorité, en revanche, ne sont pas dupes. 79% des citoyens juifs israéliens n’ont aucune confiance dans la capacité des Palestiniens de respecter d’éventuels futurs accords de paix, selon l’indice mensuel de septembre 2011 de l’Institut israélien pour la démocratie.

Les concessions israéliennes ne se limitent pas aux questions du gel de la construction. Plusieurs terroristes Palestiniens viennent d’être libérés. Israël a déjà libéré 477 prisonniers palestiniens cette semaine et devrait en libérer 550 autres dans la deuxième phase de l’accord Shalit, en décembre.

Mais le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, fait valoir une autre revendication -”un nombre plus important de détenus”. Dans une interview à l’hebdomadaire Time, il prétend qu’Ehoud Olmert s’était engagé lors des négociations sous son mandat à “libérer autant de détenus que ceux de l’accord Shalit et de ‘meilleure qualité’, lorsque tout sera fini (l’échange contre Guilad Shalit) et que tout sera rentré dans l’ordre”. Selon M. Abbas, Olmert lui avait demandé de garder cette clause secrète pour que cela n’ait pas de répercussion sur l’accord Shalit… Il appelle M. Netanyahu à respecter les engagements de son prédécesseur, qui seraient lui seraient consignés par écrit quelque part, par les autorités israéliennes.

On ignore si Netanyahu serait prêt accepter d’avantage de concessions et relâcher d’avantage de tueurs au-delà de l’accord Shalit approuvé par le gouvernement.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*