| More

 

ShowImage

Des obstacles légaux  importants  empêchent de faire cesser les activités du bureau israélien du réseau d’informations du mouvement des Frères Musulmans,  un groupe islamiste sunnite que les nations du Golfe considèrent comme une menace.

Depuis des années les plus modérés dans les pays arabes réclament des mesures de restrictions contre cette chaîne satellitaire basée à Doha. Toutes les tentatives ont échoués jusqu’ici. A chaque rencontre avec des diplomates israéliens on nous fait savoir qu’Israël est un pays démocratique et qu’on ne pourrait pas fermer le bureau  situé à la capitale israélienne. C’est comme si la démocratie est devenue un prétexte pour laisser les ennemis de l’État Juif saboter l’image d’Israël dans le monde entier.

 

Alors que l’Égypte, l’Algérie, l’Arabie saoudite et la Jordanie ont déjà fait fermer les bureaux d’al-Jazeera sur leurs territoires respectifs, les israéliens persistent  à dire que chez nous c’est impensable de faire de même. La chaîne  créée et financée par l’Emir du Qatar, est protégée par la législation israélienne.

 

Les 34 employés d’al-Jazeera en Israël sont des ressortissants israéliens et leur droit au travail – s’il n’est pas illégal – dans le pays et dans quelque entreprise que ce soit est donc protégé sous les termes de la loi fondamentale. Un État d’apartheid ?!?

 

De plus, al-Jazeera ferait très probablement appel à la Cour Suprême israélienne à laquelle tout citoyen peut avoir recours (monopolisée par des juges gauchistes) contre toute initiative juridique de faire cesser ses activités en avançant la liberté de la presse.

 

Même si les tribunaux inférieurs approuvent finalement la fermeture du réseau, al-Jazeera qui est la vitrine médiatique du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, ainsi que des membres des Frères musulmans, pourrait engager une requête auprès de la Cour Suprême qui compte 12 juges permanents et que l’un d’eux est lui-même un arabe israélien.

 

 

Une réunion particulière en Israël sur le cas d’al-Jazeera

 

 

Ce Lundi, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a qualifié le réseau qatari d’organisme de propagande « du genre [qu’on trouvait dans] l’Allemagne nazie ».

 

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réuni lundi la première rencontre en ce sens en compagnie des autorités concernées, dont le ministère des Affaires étrangères, les services de sécurité du Shin Bet, le service de presse du gouvernement et le ministère de la Défense pour étudier la possibilité de faire clore le bureau, a fait savoir le quotidien Yedioth Ahronoth mardi. Des études préliminaires sur cette initiative ont d’ores et déjà été réalisées par les quatre agences.

 

Cette réunion intervient dans le contexte très particulier alors que les pays arabes sunnites tentent de  mettre la pression sur la Qatar, en raison de ses liens entretenus avec l’Iran et de son soutien à des groupes terroristes à Gaza, en Syrie et au Maghreb.

 

La crise diplomatique actuelle entre le Qatar et les états arabes sunnites résulte, entre autres, du rôle de propagande d’al-Jazeera qui ne cesse de  fustiger la politique anti-iranienne de l’Arabie saoudite et défend la position officielle  du Qatar qui considère le Hamas comme représentant légitime du peuple palestinien (et non l’Autorité palestinienne dirigée par le Fatah).

 

En plus de la proximité d’al-Jazeera avec les Frères musulmans, cette chaîne satellite flirte maintenant  avec l’ennemi juré de l’Arabie saoudite, l’Iran.  Depuis les années 2000, al Jazeera est devenu un outil pour mettre en œuvre le projet des Frères musulmans et du Hamas, aux dépens des gouvernements égyptiens, saoudiens et palestiniens.  Cette attitude a fait du Qatar l’un des pays des plus haï parmi les régimes arabes sunnites et en conflit avec la quasi-totalité du monde arabe sunnite.

 

 

Al Jazeera une arme de guerre du Qatar  contre Israël et les pays sunnites 

 

al Jazeera préfère consacrer son temps à appuyer les Palestiniens  et à inciter la population contre l’Etat d’Israël , en dépit que l’Etat Juif est démocratique. Les présentateurs des nouvelles passent leur temps à pousser les populations arabes à descendre dans la rue pour défendre Gaza. Des films, soi-disant, de la répression israélienne en Judée Samarie  sont diffusés en boucle. Al Jazeera » ne défend que ce qui arrange ses « parrains qataris » et finalement le plan des Frères Musulmans. Le but est pour elle d’attirer le maximum de téléspectateurs, d’asseoir sa crédibilité et de commencer ensuite à influer sur les esprits arabes perturbés par cet emballement contre Israel.

Avec le déclenchement de la révolte populaire en Tunisie,  Libye , en Égypte et en Syrie et sa façon de mettre en avant certains des insurgés au détriment des autres, ainsi que son insistance à transformer le cheikh Yossef Qardaoui en véritable inspirateur des révoltes arabes, a révélé son agenda politique. En Égypte et en Tunisie, al Jazeera  faisait une couverture « non stop » depuis 5 ans. En outre, le Qatar a servi de quartier général et a été une des principales bases du  plan des Frères Musulmans.

 

al- Jazeera, organe de propagande des Frères Musulmans et du Hamas, à travers le monde, révèle un fruitage d’e-mails démontrant les relations (stratégiques) entre les Émirats Arabes Unis et des Think-Tanks liés à Israël.
Ces fuites révèlent une forte relation entre les Émirats Arabes et des think-tanks montrant une alliance resserrée avec Israël, ainsi que les efforts produits par les Émirats visant à ternir l’image du Qatar et du Koweït ; l’implication émiratie dans le coup d’état manqué en Turquie ; et le combat des Émirats Arabes Unis contre les mouvements islamistes, en particulier le Hamas et les Frères Musulmans.

 

Au cœur de ce conflit interarabe,  al-Jazeera a accusé Israël d’être heureuse pour le faite que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Égypte et les Émirats arabes unis rompent leurs liens diplomatiques avec le Qatar.

 al-Jazeera  rapporte hier que des organisations caritatives palestiniennes ont organisé une marche de solidaire devant le consulat du l’Etat du Qatar à Gaza.

Le Qatar a beaucoup investi dans la bande de Gaza.Les dirigeants du Qatar ont des relations fortes avec le Hamas, le mouvement terroriste qui dirige la bande de Gaza, dont l’ancien chef politique du Hamas vit en exil.

Souhail Ftouh

 

 

 

Leave a Reply

*