| More

Après la fusillade qui a fait cette semaine quatre morts juifs à Toulouse, Paris et Jérusalem ont a exprimé leurs volontés communes à renforcer la lutte contre le terrorisme.

Israël veut renforcer la coopération avec la France notamment sur le domaine du renseignement et la menace posée par les déplacements de certains terroristes musulmans potentiels titulaires de passeports français.

Le ministre de la Science et de la Technologie, Daniel Hershkowitz, a rencontré en France le ministre de l’Economie et des Finances François Baroin. Il lui a affirmé que ”la guerre contre le terrorisme islamiste est conjointe à Israël et à la France. La réponse au terrorisme doit être sans compromis, et le renforcement de la coopération entre Israël et la France en fait partie”.

Il a également rencontré les dirigeants des communautés juives de France et affirmé que ”le peuple juif tout entier est en deuil avec vous. En tant que juifs, nous nous battons pour notre survie, que ce doit en Israël ou en diaspora. A chaque génération, des ennemis se dressent pour nous exterminer”, a-t-il affirmé, rappelant le message véhiculé par la fête de Pessah (Pâque juive), ”mais nous les vaincrons”.

De sa part, le ministre de la Défense Ehoud Barak a rendu hommage hier, jeudi, à l’action de la police et des services de sécurité français, qui ont cerné pendant plus de 30 heures le domicile du tueur présumé de sept personnes, dont trois enfants et un enseignant d’une école juive de Toulouse.

“Les Français agissent avec force et intelligence. Toutes les institutions, du président aux services de sécurité, se sont mobilisées pour arrêter et traduire en justice le tueur”, a-t-il affirmé à la radio Kol Israël.

Interrogé sur la manière dont les autorités françaises gèrent cette épreuve de force, Ehoud Barak a estimé qu’il faut “leur accorder du crédit. Les autorités françaises font les choses comme il faut et nous n’avons pas à les juger de loin sans connaître tous les détails”.

François Hollande a élevé jeudi au rang de priorités la lutte contre le terrorisme, la sécurité et la défense de la laïcité, estimant que ces domaines ne sauraient être l’apanage de la droite. Lors de son premier meeting de campagne après la trêve liée aux tueries de Toulouse et Montauban et la mort de leur auteur, le candidat socialiste à l’élection présidentielle a dit vouloir faire de la République la meilleure arme contre le terrorisme.

Les services de renseignement français ont été critiqués pour ne pas avoir mis hors d’état de nuire avant ses tueries Mohamed Merah, pourtant connu et fiché pour ses penchants radicaux et ses voyages au Pakistan et en Afghanistan.

Mohamed Merah, l’assassin de sept personnes à Montauban et Toulouse dont trois enfants juifs d’une école confessionnelle, figurait sur une liste des services de sécurité américains, indiquent deux responsables à Washington, jeudi. Ces responsables n’ont pas précisé à quelle date le jeune homme de 23 ans originaire d’Algérie avait été repéré mais son nom se trouvait sur une “no-fly list”, une liste de personnes ayant interdiction d’emprunter les avions en provenance et à destination des Etats-Unis.

Selon le journal français Le Monde citant un officier supérieur américain, en poste à Kandahar, le tueur de Toulouse avait effectué des voyages en Israël, en Syrie, en Irak et en Jordanie.

“Aucune précision n’a pu être obtenue sur l’objet de son voyage en Israël mais la même source évoque, au regard des réponses fournies lors de son audition à Kandahar, que Mohamed Merah “aurait pu ou tenté” de se rendre dans les territoires palestiniens. Des repérages pour commettre d’éventuelles attaques n’ont pas été non plus exclus”, selon le journal.

”Un autre élément troublant sur les déplacements de Mohamed Merah reste à éclaircir : sa présence en Iran “à deux reprises” d’après une source militaire française en Afghanistan. Interrogée par Le Monde, mercredi, la DCRI, chargée du contre-espionnage et de la lutte antiterroriste, a démenti ce séjour”, ajoute le quotidien.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*