| More

L’ancien président du Pakistan , Pervez Musharraf, sera arrêté s’il revient au pays ce mois-ci comme il en a l’intention, a annoncé ce mercredi le ministre de l’Intérieur Rehman Malik.

“J’affirme devant cette assemblée que s’il atterrit au Pakistan, il sera arrêté” car il y est recherché par la police, a déclaré M. Malik au Sénat à propos de M. Musharraf, au pouvoir entre 1999 et 2007.

Cette déclaration intervient apres que l’ancien président du Pakistan, qui a démissionné en 2008, a exprimé son intention de se présenter aux légisaltives de 2013, après plus de trois ans d’exil volontaire.

Il a déclaré en outre que son pays devrait établir des liens avec Israël. Dans un entretien à Haaretz le 9 janvier 2012. Il a indiqué : “il n’y a rien à perdre à être du bon côté avec Israël”.

“Le Pakistan envisage très sérieusement d’établir des relations diplomatiques avec Israël,” a expliqué l’ancien président pakistanais.

“Je pense qu’il est nécessaire de comprendre l’évolution de l’environnement, de l’analyser – et de réagir. Beaucoup de choses se sont passées depuis 1948 et on doit s’adapter. Les politiques sont faites, mais quand l’environnement change, les politiques doivent changer. Les politiques ne devraient pas rester constante. “ at-il ajouté .

“Israël est un fait accompli” (ndlr : en français dans le texte), ajoute Musharraf. “Une grande partie du monde musulman l’a bien compris et je sais que beaucoup de pays musulmans ont des relations avec Israël, que ce soit officiel ou secret. Donc, c’est le changement dans la réalité dont je parle. Pakistan doit garder ses exigences concernant la résolution du différend palestinien… [mais] le Pakistan a aussi besoin de réajuster son statut diplomatique envers Israël.”

Il n’y a rien à perdre à essayer d’être en bons termes avec Israël”, estime le général Musharraf dans une interview publiée samedi sur le site internet du quotidien israélien. “Le Pakistan a également besoin de continuer à réajuster son positionnement diplomatique à l’égard d’Israël étant donné que cet Etat existe et ne va pas disparaitre”, a ajouté cet ancien chef d’état-major des forces armées porté au pouvoir par un coup d’Etat en 1999.

Pervez Musharraf avat déjà noué des relations étroites avec l’Etat Juif. Selon un câble diplomatique confidentiel publié par WikiLeaks, le chef de l’agence d’espionnage du Pakistan aurait avoué aux américains avoir contacté les responsables israéliens pour parer à d’éventuelles attaques terroristes sur des cibles israéliennes en Inde. L’information aurait été transmise de l’ambassade US au Pakistan à Washington en octobre 2009.

Le lieutenant-général Ahmad Shuja Pasha, chef du Pakistan Inter-Services Intelligence Agency, avait prévenu le Mossad que des groupes terroristes vont probablement tenter d’enlever des israéliens en Inde rapporte le câble en date du 7 octobre 2009.

En Septembre 2005, alors ministre des Affaires étrangères, Silvan Shalom a organisé une réunion publique avec son homologue pakistanais. On estime que les contacts entre les deux pays sont peu nombreux mais cordiaux.

M. Musharraf, au pouvoir entre le coup d’Etat fomenté en 1999 et 2008, vit depuis à Londres. Il est notamment visé au Pakistan par un mandat d’arrêt émis en février 2011 dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’ex-Premier ministre Benazir Bhutto, à la fin 2007.

Un autre mandat d’arrêt émis contre lui concerne la mort d’Akbar Bugti, un leader indépendantiste de la province instable du Baloutchistan (sud-ouest) tué lors d’un raid de l’armée en août 2006.

“Je suis prêt à me battre devant les tribunaux et je prouverai que toutes les plaintes contre moi sont sans fondement”, a-t-il alors déclaré.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*