| More

Les Palestiniens s’apprêtent à demander la reconnaissance unilatérale d’un État Palestinien le 20 Septembre à l’ONU. Compte tenu de l’automaticité des décisions liée à l’omniprésence de pays arabes et du tiers-monde (ayant tous des dirigeants dictatoriaux), il semble impossible d’empêcher le vote d’une résolution à l’assemblée générale de l’ONU.

Les pays de l’Union européenne restent divisés sur la proclamation éventuelle d’un Etat palestinien lors de l’Assemblée générale des Nations unies, où la France a dit ne pas être optimiste quant aux chances de parvenir à une résolution négociée.

Le président Shimon Peres a rencontré dimanche dernier le Premier ministre belge Yves Leterme à la résidence présidentielle, à Jérusalem. Ils ont évoqué la prochaine demande d’adhésion palestinienne aux Nations unies. “Ce serait une honte d’aboutir à une déclaration unilatérale qui pourrait conduire à une impasse, au lieu de promouvoir un accord de paix via des négociations directes”, a déclaré M. Peres.

D’après un diplomate, la Belgique, Chypre, la Grèce, l’Irlande, Malte, la Norvège, le Portugal, l’Espagne et la Suède devraient soutenir la résolution.

L’Egypte a fait pression sur les plus de 100 membres du Mouvement des non-alignés afin qu’ils apportent leur soutien à la candidature à un Etat palestinien à l’ONU.

Le ministre des Finances Youval Steinitz estime impossible d’arrêter l’initiative palestinienne de reconnaissance unilatérale à l’Onu. Selon lui, cette mesure, fruit du président de l’AP Mahmoud Abbas, est plus grave que la menace du Hamas à Gaza.

”C’est une tentative des Palestiniens pour obtenir un Etat sans verser aucune contrepartie à Israël, sans paix, sans sécurité, sans fin du conflit, et sans renoncer au droit au retour des réfugiés palestiniens”, a-t-il indiqué sur les ondes de Kol Israël.

Selon le journal Haaretz, l’ambassadeur israélien aux Nations Unies, Ron Prosor, a envoyé un câble classifié au ministère des Affaires étrangères. Il y estime qu’Israël n’a aucune chance de rallier assez de pays contre une résolution reconnaissant l’Etat palestinien, lors de l’Assemblée générale de l’ONU le 20 septembre. Des sources du cabinet du Premier ministre ont annoncé parallèlement que Benyamin Netanyahu envisage de ne pas participer cette année à cette Assemblée générale. A la place, le président Shimon Pérès devrait probablement représenter Israël.

Selon M. Prosor, « le maximum que nous pouvons espérer gagner [au vote de l’ONU] est un groupe d’Etats qui s’abstiennent ou absents lors du vote ». Ses dires sont basés sur plus de 60 rencontres qu’il a eu au cours de ces dernières semaines avec ses confrères à l’ONU. « Seuls quelques pays vont voter contre l’initiative palestinienne », écrit-il.

Noam Shalit, le père du soldat captif Guilad Shalit, s’est rendu cete semaine à New York où il compte prendre la parole lors de la réunion du G8. Il tentera de convaincre les représentants des 8 pays les plus développés de ne pas donner leur feu vert à la création de l’Etat palestinien. Il redoute qu’après la demande d’adhésion des Palestiniens à l’Onu en septembre, le sort de son fils Guilad ne soit négligé, et qu’il ne fasse plus partie de l’équation entre Israël et les Palestiniens. L’information nous provient de la dixième chaîne de télévision israélienne.

L’administration Obama a fait une nouvelle proposition à Israël et aux Palestiniens pour relancer le dialogue direct, afin de tenter de convaincre l’Autorité palestinienne de renoncer à saisir l’Assemblée générale de l’Onu pour reconnaître unilatéralement l’indépendance de la Palestine, indique le New York Times. Les responsables américains redoutent que des violentes émeutes n’éclatent en Judée-Samarie, après le vote à la fin du mois à l’Onu.

Selon le New York Times, les États-Unis tentent in extremis de trouver un compromis permettant la relance des négociations de paix avec Israël pour éviter la démarche palestinienne à l’ONU qu’ils menacent de bloquer par un veto.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*