| More

Yaniv Blumenfeld Y, a 25 ans, il habite dans la région de Tel Aviv et a fait son service militaire dans les parachutistes

” le jeudi 3 mai 2012, Mes amis et moi nous avons été appelés pour servir dans les territoires, nous ne sommes pas venus pour voir du sang, pour porter atteinte ou humilier les palestiniens.

La semaine dernière, je suis rentré d’une période de « milouim » (réserve) d’un mois en Judée-Samarie, la première fois que je retourne dans les territoires depuis la fin de mon service militaire obligatoire.

Cela ne fait aucun doute que tout est différent quand tu as fini ton service depuis quelques années. Les situations sont plus claires, des conclusions nouvelles surgissent. Oubliez tout ce qu’on vous a raconte : Les check-point, le contrôle, l’humiliation, l’apartheid ? Pas de ca chez nous.

J’ai rencontré une autre réalité, et elle, elle existe.

Chaque personne peut être choquée par quelque chose en fonction de sa perception des choses, de ses traditions, de son appréciation et de sa vision du monde. Il y en a qui voit un crime moral dans le fait qu’une patrouille militaire arrête un palestinien pour un contrôle de sécurité, et cela les choque au plus profond de leur âme. Moi je suis choqué par d’autres choses.

J’ai été choqué de comprendre que des israéliens mènent une vie normale à l’ombre d’une menace permanente sur leurs vies.

J’ai été choqué de comprendre qu’un village juif doit être entoure de barrières pour que ses habitants ne soient pas égorgés.

A ma grande surprise, j’ai été surpris de comprendre combien était choquant le fait que je sois couché dans la boue d’un pâturage a cote d’un village juif un soir de fête, juste pour éviter un meurtre de juifs par la population locale, et il est évident qu’un soir de fête est une date parfaite pour les organisations terroristes qui veulent se faire des juifs.

J’ai été choqué qu’il soit interdit aux juifs de se promener au bord de la rivière qui longe leur village, qu’il leur soit interdit de se promener dans les villages qui les entourent parce qu’ils n’en sortiraient pas vivant, que leurs mouvements soient limites, que certaines semaines il leur soit complètement interdit de sortir de leur village, qu’ils soient toujours menaces de lapidation, de lynch, ou de tir d’armes a feu.

Depuis des années on nous ment en nous disant que notre présence fait échouer la paix, on nous sort tout un tas d’excuses pour justifier le terrorisme meurtrier.

On ne nous raconte pas par exemple qu’en 1929, 30 ans avant la prise de contrôle de la Judée-Samarie, les terroristes palestiniens ont assassine plus de 300 juifs, tous des civils.

Personne ne nous raconte que l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) a été crée en 1964, trois ans avant que la Judée-Samarie soit prise sous le commandement du Chef-d’Etat-Major Yitzhak Rabin .

Chaque partie de terrain qui a été jusqu’alors cédé au palestiniens a servit a l’industrie du terrorisme, et le dernier exemple en date qui nous le rappelle clairement c’est l’évacuation du Goush-Katif et la restitution de la bande de Gaza aux palestiniens.

La haine des palestiniens ne vient pas des soldats qui se trouvent aux check-point. C’est mon point de vue bien évidemment.

Leur haine vient des programmes de télévision de l’Autorité Palestinienne et du Hamas, dans lesquels les juifs sont compares a des singes et des porcs, bons à tuer.

Leur haine leur vient de ce qu’on leur apprend à l’école et dans les mosquées, des photos de leurs martyrs qui sont accrochées dans toutes les rues et tous les ronds-points de leurs villes en Judée-Samarie.

Ils prennent leurs motivations des héros de la culture terroriste palestinienne comme Marouan Bargouti, ou Yasser Arafat. Ils sont inspires par les noms des terroristes qui ont été donnes a des rues, des carrefours, ou des stades de football. Des années d’incitation à la haine et de déshumanisation d’Israël ont porté leurs fruits..

A mon grand désarroi, j’ai compris que l’équation est claire et simple : Sans notre présence là-bas, nous serions les témoins d’un massacre de juifs par des arabes.

Il ne fait aucun doute que les soldats de Tsahal se trouvent confrontés à des situations complexes pendant leur service militaire dans les territoires.

Mes amis et moi, qui avons été appelés à servir dans les territoires, n’y sommes pas arrivés pour voir du sang, porter atteinte ou humilier les palestiniens. Le contraire serait même plutôt vrai.

Nous avons tous été éduqués aux valeurs du sionisme, à la patience, et au désir de paix, sans différence entre la droite et la gauche, parce que je sais que la vraie gauche ce n’est pas les lanceurs de pierres, les anarchistes violents qui jettent des pierres tous les vendredis sur les soldats.

Pour moi, la vraie gauche, c’est le sionisme, la construction et le progrès.
Et même si les cercles de « gauche » et ceux de « droite » chez nous en Israël ne sont pas toujours d’accord, on devrait continuer à lutter coude à coude, les uns à côté des autres….Mais laissons de côté un instant le débat politique.

Je me sens fier de servir en Judée-Samarie, fier que grâce à moi et mes amis réservistes les habitants des territoires aient pu fêter le Seder de Pessah en sécurité et sans être tués.

Je suis fier d’avoir empêché, a un check-point, un égorgeur ou une ceinture d’explosifs de passer au-delà de la ligne verte.

Je suis fier d’avoir empêché par ma présence des jets de pierres sur des voitures appartenant à des juifs.

Je suis fier d’avoir fait tout ça et d’avoir empêché un meurtre ou une atteinte a une vie humaine.”

Leave a Reply

*