| More

Les Etats-Unis et Israël ont reporté au second semestre de l’année des manoeuvres militaires conjointes qui étaient prévues au printemps, a annoncé le Pentagone. Des sources au sein de ces deux pays ont démenti que la décision ait été prise pour éviter toute escalade de la tension avec l’Iran.

Selon des hauts responsables israéliens qui se sont exprimés , le report des manœuvres militaires communes avec les Etats-Unis, prévues pour le mois de mai, serait dû à la tension qui règne avec l’Iran.

« Vu la période sensible que nous vivons, il ne convient pas maintenant d’attiser les esprits », ont-ils déclaré. Selon les dernières informations, cet exercice de grande envergure se déroulera dans la seconde moitié de l’année 2012.

La décision de reporter d’importantes manœuvres conjointes entre Israël et les Etats-Unis prévues au printemps a été prise en raison des “tensions et de l’instabilité” dans la région, a affirmé lundi le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman.

“Tout le monde comprend qu’il fallait reporter ces manœuvres en raison des incertitudes politiques et régionales, ainsi que des tensions et de l’instabilité qui règnent dans toute la région”, a affirmé M. Lieberman, actuellement en visite à Varsovie, à la radio publique Kol Israël. “Il ne s’agit que d’un report, cet exercice aura lieu à la fin de l’année”, a-t-il rappelé.

L’ambassadeur israélien à Washington, Michael Oren, a évoqué le report des vastes manoeuvres aériennes israélo-américaines, affirmant qu’il était ”uniquement motivé par des raisons techniques”.

”Ce genre d’annulation est courant, il ne reflète pas d’inquiétudes politiques ou stratégiques. Les Etats-Unis et Israël sont engagés à réaliser cet exercice, qui sera le plus important de l’histoire de leur coopération”, a-t-il ajouté.

Israël a annoncé ce dimanche le report de ces manœuvres qui devaient permettre de tester les différents systèmes israéliens et américains d’interception de roquettes et de missiles, alors qu’elles devaient servir d’avertissement à l’Iran.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*