Shimon Péres devant le sommet de l’OMD : « Un monde sans frontiers pour la science et les nouvelles technologies ».

Mr Shimon Péres a souligné cette semaine dans le discours devant le sommet sur les Objectifs Du Millénaire l’engagement ferme de L’Etat d’Israel pour l’adoption d’un partenariat mondiale, sans frontières, pour la science et les nouvelles technologies.

Mr Shimon Peres, le 20 septembre 2010 à l’ONU

Faisant allusion aux menaces de destruction d’Israël proférées par le président iranien, Shimon Pérès a déclaré ce lundi que l’Etat juif continuerait d’exister et chercher à vivre en paix avec ses voisins. “Il y a assez de place pour tout le monde au Moyen-Orient”, a-t-il ajouté.

Au cours de son discours à New York, le président israélien a déclaré que “l’histoire a été écrite dans le sang. La plupart des guerres ont été menées sur des territoires. Mais aujourd’hui la créativité et la connaissance ont remplacé la terre en tant que principale source de richesse”.

Voici des extraits du discours que Mr Shimon Péres, le Président de l’Etat d’Israel , a prononcé , le 20 sept 2010 devant le Sommet de l’ONU sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui s’est tenu du 20 au 22 septembreà New York.

Mr Shimon Peres a souligné qu’un engagement ferme de la part de tous les Etats en faveur la science, la créativité et les connaissances, ainsi qu’un partenariat mondial consistant, assorti d’un calendrier précis de mise en oeuvre, constituent le meilleur gage pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

« L’histoire s’est écrite dans le sang. La plupart des guerres ont été menées pour gagner du territoire. Aujourd’hui, la science, la créativité et les connaissances remplacent la terre comme source de richesse. La terre peut être conquise. Pas la science. La science est mondiale, sans frontières. Les armées ne peuvent la conquérir. »

Après avoir rappelé l’importance de la science pour changer le sort de millions de personnes qui ont droit de jouir désormais de leur droit à l’éducation, à la santé, à l’emploi et à une vie digne, le pésident israélien a la réalité triste et amère du terrorisme international.

« Pourtant, de nouveau, des terroristes sans foi ni loi sèment la violence causée par des différences idéologiques, des disparités sociales et le fanatisme pur. Le nouveau millénaire doit libérer le monde des effusions de sang, de la discrimination, de la faim, de l’ignorance, des maladies. La science moderne est capable d’apporter des réponses nouvelles. Dans les dix prochaines années il y aura une explosion de connaissances. Les capacités informatiques ont été multipliées par un million au cours des 25 dernières années. Les scientifiques s’y risquent dans leur cerveau. »

Le président a parlé de la manière dont Israël s’est développé « Je me suis exprimé au nom d’un petit peuple situé sur un tout petit territoire. Nous avons connu la renaissance en dépit du meurtre d’un tiers de notre peuple. La Shoah. Nous étions seuls. Notre territoire a été attaqué 7 fois en 62 ans. A nouveau, nous étions seuls » a déclaré Mr Peres.

« Sans jamais abandonner l’espoir, nous avons développé notre savoir. Nous avons découvert que l’avenir nous appartenait. Nous avons appris que le peuple peut enrichir la terre autant que la terre peut nourrir le peuple.Israël est le produit d’un état d’esprit pionnier, et non pas du capital financier » a ajouté Mr Peres.

« En dépit des guerres, nous avons fait la paix avec l’Egypte et la Jordanie. La dispute territoriale avec le Liban a pris fin, ce qui a été reconnu par l’ONU. Nous avons quitté Gaza sur notre propre initiative. Complètement. Nous négocions à présent avec les Palestiniens pour mettre en place une solution en deux Etats : un Etat Juif, Israël et un Etat arabe, la Palestine. Il n’existe aucune alternative pacifique. Alors, je suis convaincu que nous réussirons.Nous sommes prêts à entrer immédiatement en négociations directes avec la Syrie » a lancé le président Israélien.

Mr Péres a également annoncé l’intention d’Israël d’aider le monde « Nous sommes engagés dans les objectifs de Développement du Millénaire. Nous partageons la lourde tâche de sauver le monde de la guerre et de la faim. Sans la paix, la pauvreté demeure. Sans nourriture, la paix ne peut l’emporter. »

Il a ajouté que « Des hommes d’Etat ont mobilisé leur puissance politique pour parvenir à la paix. Des scientifiques peuvent permettre à la terre de produire davantage de nourriture. Nous avons développé une agriculture basée sur la science. »

Parlant de son pays cette fois il a dit que « Nos agriculteurs produisent 8 fois plus que les anciennes nations. Le besoin en eau a été réduit de moitié. Nous utilisons la désalinisation, le recyclage, l’irrigation par le goutte-à-goutte et par l’électronique, la bio-diversité nous permet de créer de nouvelles semences et d’enrichir les récoltes. »

Shimon Péres a rappelé le succés de son pays qu’ « Il y a cinquante ans, un fermier israélien produisait de la nourriture pour 15 personnes. Aujourd’hui, il en produit pour 120. La contribution du fermier au PNB équivaut à celle d’un ingénieur en haute technologie. Pour cultiver la terre, vous devez cultiver l’éducation et améliorer la santé. C’est ainsi que nous avons imposé l’éducation obligatoire pour tous, de 5 à 18 ans. Cela a mis fin à l’illettrisme et nous a permis d’atteindre le taux le plus élevé au monde de scientifiques au m2. Notre système de santé public fournit des traitements mondialement reconnus pour chacun de nos concitoyens. »

Mr Péres à également rapellé « Nous sommes également l’un des seuls pays au monde à être entré dans le 21ème siècle avec davantage d’arbres que nous n’en possédions au début du 20ème siècle. »

« Je suis convaincu que notre parcours est accessible à chacun. Notre expérience est reproductible. Nous sommes prêts à partager notre expérience comme nous l’avons déjà fait auprès de nombreux pays – à travers les agences de l’ONU et bilatéralement. Notre appel comprend également les pays avec lesquels nous n’avons pas établi de liens diplomatiques » a-t-il dit.

Shimon Peres a en outere évoqué du danger iranien « L’autre jour, le chef en titre de l’Iran a déclaré qu’il n’y avait aucun futur pour Israël au Proche-Orient. Je crois qu’il y a de la place pour chaque personne, chaque nation, chaque religion au Proche-Orient.

Nous croyons que chaque personne a été créée à l’image de Dieu, qu’il n’existe seulement qu’un Dieu et qu’il n’appelle ni à la haine, ni à la menace, ni à la recherche de la supériorité, ni au meurtre. Il y a assez de place pour l’amitié au Proche-Orient » a t-il dit.

En conclusion Péres a parlé de son expérience « Dans ma jeunesse, j’étais membre d’un kibboutz, cultivant une terre aride. Je possédais, comme tous les autres membres, deux chemises et deux pantalons. Le troisième pantalon était réservé uniquement aux fiancés. J’ai eu la chance de porter ce pantalon de flanelle durant mes deux jours de noces. On servait des aubergines en plat principal dans ce kibboutz. La viande était proposée une fois par semaine, mais pas chaque semaine. Il n’existait pas d’argent de poche, pas de fonds propres et peu d’argent collectif. »

Avec modestie le President se souvient « Nous étions pauvres et heureux. Le genre de bonheur ressenti par celui qui fleurit le désert. Aujourd’hui le kibboutz dispose d’une agriculture prospère et d’une maison d’hôtes rentable. La nourriture y est abondante. C’est au kibboutz, dans l’austérité, que j’ai appris à respecter les pionniers. Et j’y ai développé une affinité avec les esprits novateurs et les mains des travailleurs. En réalité, mon tout premier rêve représentait le monde comme un grand kibboutz. Libre, pacifique, productif » a-t-il espéré.

Mr Peres a enfin parlé de deux “défis brûlants « J’appelle cette assemblée à répondre à deux défis brûlants : le premier, d’atteler science et technologie en vue d’augmenter la production alimentaire. Et le second, de s’élever ensemble contre le terrorisme. Un monde qui a faim ne sera jamais pacifique.Un monde terrorisé ne sera jamais gouvernable. Nous devrions nous unir autour d’un espoir commun. Le berceau de nos enfants sera celui de notre vision. »

Shimon Péres, 20 septembre 2010
Sommet des Nations Unies sur les Objectifs du millénaire pour le développement