| More

 

Des centaines de civils sud-coréens ont manifesté ce mardi 8 juin avec des drapeaux israéliens le long de la route empruntée par le Président Shimon Pérès en route pour l’hôtel où il est descendu à Séoul. Les autorités l’ont préalablement accueilli en grande pompe à l’aéroport avec une cérémonie militaire.

Le président israélien Shimon Pères, Prix Nobel de la Paix est parti pour une visite historique de trois jours de la République de Corée  du Sud. Le Président est accompagné par le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Travail, de la Communication, et 60 chefs d’entreprise des meilleures sociétés israéliennes. Le but de cette visite est de renforcer la coopération politique, militaire et économique entre les deux pays.

Le Président  a commencé sa visite par une rencontre avec les dirigeants du gouvernement coréen, y compris le président Lee Myung-bak et d’autres ministres importants. Au cours de ces réunions, le président  a discuté des relations politiques entre les deux pays. Il a  souhaité également accroître la coopération économique et technologique entre les deux pays.

Israël et la Corée du Sud sont connus pour héberger une large population technophile. C’est pour cela que le Président israélien  visitera plusieurs projets de recherche coréen et centres de développement,  il parlera avec des personnalités publiques, et rencontrera des PDG d’industries de pointe. Pères continuera sa visite avec la découverte de KAIST (Korea Advanced Institute of Science and Technology), un institut de recherche qui abrite l’industrie spatiale coréenne, plusieurs centres de biotechnologie, de nanotechnologie et un nouveau centre pour l’énergie alternative. (KAIST)  est  classé parmi les meilleures universités en Asie et dans le monde.

Selon un communiqué de la présidence de l’Etat à Jérusalem, le but de la visite est de « renforcer la coopération politique, militaire et économique, entre les deux pays ». Le volet économique sera abordé par les 60 patrons qui accompagnent la délégation israélienne à Séoul. Parmi les entreprises israéliennes qui ont fait le déplacement, on trouve: ECI Telecom, Elbit, Elisra, IAI, Elta, Radcom, Rafael, etc. Deux ministres se sont joints à la délégation israélienne: Benyamin Ben Eliezer (Industrie et Commerce) et Moché Kahlon (Communications).

En mai 2010  l’entreprise sud-coréenne Daewoo (1) a remporté un appel d’offre visant à construire une centrale électrique en Israël. Le contrat est estimé à 470 millions de dollars.

En 2009, la Corée du Sud a représenté un débouché de 840 millions de dollars pour les marchandises israéliennes. En sens inverse, Israël a acheté aux entreprises coréennes pour 870 millions de dollars de marchandises. Sur les quatre premiers mois de 2010, le commerce bilatéral connaît une forte progression: les exportations israéliennes vers la Corée ont fait un bond de 39% alors que les fournitures coréennes à Israël ont progressé de 31%.

Les observateurs estiment que les pays de l’Asie du Sud-est, et la Corée du Sud en particulier, pourraient prendre le relais du commerce défaillant avec la Turquie. En 2009 déjà, la Corée était un des principaux partenaires économiques d’Israël en Asie, après la Chine, l’Inde et Hong Kong.

Les deux pays entretiennent  aussi des relations militaires.  En août 2009 une délégation de trois officiers de haut rang de la “Heyl Ha’avir”  étaient à Séoul afin d’examiner la possible acquisition du T-50 Golden Eagle, un avion de combat sud-coréen susceptible de remplacer les Skyhawks vieillissants de l’aviation de Tsahal. C’est la première fois depuis la “guerre des Six Jours” en 1967 qu’Israël s’intéresse à des appareils qui ne soient pas de fabrication américaine. (2).

De sa part la Corée  du sud a  choisit  d’acheter  les radars made in Israël. En  septembre 2009, l’Administration du programme d’acquisition de défense sud-coréenne (DAPA) a décidé d’acheter à Israël son système de radar avancé permettant de détecter et de chasser les missiles balistiques nord-coréens qui menacent son territoire. La société israélienne ELTA Systems, filiale d’Israël Aerospace Industry,  est  un leader mondial en matière de systèmes de radar. (3)


Ftouh Souhail, Tunis


(1) Daewoo est un groupe fondé par Kim Woo-choong, présent dans de nombreux domaines, dont la construction navale, les armes, l’électroménager, les appareils électroniques, et même l’automobile. La division automobile, rebaptisée GM-Daewoo, est, depuis 2002, contrôlée par le deuxième constructeur automobile mondial, General Motors. GM est actionnaire de GM-Daewoo à 42 % alors que Suzuki l’est à 27 %. Le conglomérat Daewoo est fondé en 1967 par Kim Woo-choong. Son fondateur l’a appelé Daewoo, ce qui signifie “Univers Immense” en coréen. Profitant des orientations économiques voulues par le président Park Chung-hee, il s’agrandit et se diversifie rapidement.

(2) L’armée israélienne souhaiterait négocier l’achat de 20 à 30 avions T-50 dont les performances se rapprochent du F-16. Ces chasseurs sud-coréens serviraient essentiellement à la formation de ses pilotes de chasse. Considéré aussi bien comme un avion d’entraînement que d’attaque, Le T-50 se veut représentatif des chasseurs de nouvelle génération. Supersonique et léger, il a été conçu par les industries aéronautiqes coréennes (KAI), avec l’appui de Lockeed Martin. Le T-50 Golden Eagle peut atteindre une vitesse maximale de Mach 1,4 et reproduit la zone de vitesse dans laquelle les avions de combat modernes volent en super croisière.



Leave a Reply

*