| More

Les Égyptiens veulent préserver des relations pacifiques avec Israël, mais seulement ”une paix froide”, selon une nouvelle enquête publiée la veille de l’election du nouveau président après les changements suivant la “révolution populaire”.

Une étude du Centre pour l’héritage de Menachem Begin à Jérusalem révèle que 75% des Egyptiens sondés préfèrent la paix à la guerre (18%) avec Israël. Les chiffres rapportés lundi soir par la deuxième chaîne de télévision israélienne, montrent également que pour 93% des personnes interrogées la paix entre les deux pays est ”uniquement froide”, et que pour 80% elle restera telle quelle.

Israel craint que des éléments extrémistes n’arrivent au pouvoir en Egypte et remettent en cause le traité de paix signé en 1979.

Le chef du département politico-sécuritaire au ministère de la Défense, le général Amos Guilad, a affirmé qu’Israël n’est pas très rassuré par le niveau d’engagement des Frères musulmans égyptiens à préserver l’accord de paix avec l’Etat juif. Une déclaration qui survient alors que la confrérie islamiste se prépare à pendre le pouvoir dans le plus important des pays arabes.

La puissante armée égyptienne gère le pays depuis la révolution de Gamal Abdel Nasser en 1952, mais les élections du 23 mai 2012 devraient aboutir à un changement drastique au pouvoir : après 6 décennies, des civils devraient reprendre les rênes même si on ne sait pas encore clairement à quel point les militaires au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak l’an dernier, vont céder au nouveau dirigeant élu.

Le Conseil militaire au pouvoir en Egypte a appelé lundi la population à accepter les résultats de la première élection présidentielle depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en février 2011, dont le premier tour commence aujourd’hui . Dans un communiqué publié sur sa page officielle sur Facebook, le Conseil suprême des forces armées a souligné “l’importance d’accepter les résultats de l’élection qui reflètera le choix du peuple égyptien libre”.

La campagne pour la présidentielle égyptienne s’est officiellement achevée il y’ a deux jours . Aujourd’hui les 50 millions d’égyptiens vont au scrutin au cours duquel les électeurs sont appelés à choisir un successeur à Hosni Moubarak. Un second tour est prévu les 16 et 17 juin.

Les principaux candidats sont l’ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa, le dernier Premier ministre de M. Moubarak Ahmad Chafiq, l’islamiste indépendant Abdel Moneim Aboul Foutouh et le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi.

Seuls quelques douzaines d’Egyptiens parmi les 5000 vivant en Israël ont le droit de vote dans leur pays d’origine. Selon le journal al-Youm al-Saba, la quasi-totalité d’entre eux ont accordé leurs suffrages au candidat Ahmed Chafik, lors du scrutin organisé à l’ambassade à Tel-Aviv.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*