| More

k2

M. Steven Harper fait un discours historique devant la Knesset : « Le Canada sera toujours à coté d’Israël »

Le Premier ministre canadien, M.Steven Harper a prononcé lundi, 20 janvier 2014, un discours historique devant les députés de la Knesset, le parlement israélien, réunie en séance extraordinaire. M. Harper est le seul premier ministre canadien à s’être adressé aux membres du parlement israélien.

M.Harper a exprimé le soutien indéfectible du Canada envers Israël. Selon lui, le principe d’un État Juif est « une vue absolue et non négociable ».

« Soutenir Israël est moralement et stratégiquement juste » a-t-il affirmé devant une salle pleine à craquer, aussi bien dans l’hémicycle que dans les tribunes qui comprenaient plus de 200 membres de la délégation canadienne officielle du premier ministre.

Sous M. Harper, le Canada est devenu l’un des pays les plus favorables à Israël au sein de la communauté internationale.

Le Premier ministre a rappelé que le Canada était « un allié naturel d’Israël » car ils partagent ensemble de nombreuses valeurs. Selon Harper, le Canada et Israël ont en commun des idéaux de démocratie et de liberté.

M. Harper a souligné que le Canada a une longue histoire de soutien à la démocratie, aux droits humains, à la liberté et la primauté du droit. Il a fait valoir que le Canada doit être aux côtés d’Israël, seul pays dans cette partie du monde qui partage les valeurs du Canada, selon lui.

«Ou nous défendons […] l’existence d’un État libre, démocratique et juif, ou alors nous allons faire un recul sur le plan de nos valeurs et de nos intérêts dans le monde», a-t-il dit.

Le Canada va se battre pour qu’Israël puisse notamment «jouir pleinement de sa souveraineté» à l’Organisation des Nations Unies, a-t-il mentionné.

«Après des générations de persécution, le peuple juif mérite sa propre patrie et mérite de vivre en sécurité et en paix», et « Le Canada appuie Israël parce que c’est juste de le faire».

Critiquant les tentatives d’isolement d’Israël au sein d’une partie de la communauté internationale, M. Harper a affirmé que « les forces qui menaçaient Israël depuis sa création étaient une menace « pour nous tous ».

Il a estimé que les critiques envers l’État hébreu équivalent à de l’antisémitisme.

Le Premier ministre a déclaré que son soutien à Israël signifie que le Canada refusera de critiquer ce pays sur la scène internationale. Surtout, il estime que les critiques envers l’État hébreu équivalent à de l’antisémitisme. Stephen Harper s’est d’ailleurs confié sur ce qu’il appelle «l’émergence d’une nouvelle souche d’antisémitisme».

Selon lui, ce «nouveau visage de l’antisémitisme» prend la forme d’un discours qui prétend être «sophistiqué» ou dans des «arguments intellectualisés contre la politique israélienne».

»Blâmer Israël pour les problèmes au Proche-Orient ou réclamer des boycotts à l’endroit de l’État hébreu représente ni plus ni moins une nouvelle forme d’antisémitisme », a soutenu M. Harper.

«Comment pouvons-nous appeler autrement cette critique qui condamne de manière sélective seulement l’État juif et nie son droit de se défendre tout en ignorant, ou en excusant, systématiquement la violence et l’oppression chez ses voisins ?», a souligné le Premier ministre.

M. Harper a aussi indiqué que le Canada réaffirme le droit absolu d’Israël à exister en tant qu’État juif «Notre point de vue sur le droit à l’existence d’Israël en tant qu’État juif est absolu et non négociable » a-t-il fait valoir.

M. Harper a également affirmé que les forces qui ont menacé Israël «chaque jour de son existence» menacent tous les pays, «comme nous l’ont démontré les événements du 11 septembre 2001».

Il a également souligné l’importance stratégique des accords qui unissent les deux pays au niveau économique, militaire, scientifique et technologique.

M. Harper a indiqué partager la fierté des Juifs canadiens à l’égard de ce qui a été réalisé par Israël en 65 ans. « Le peuple juif mérite de vivre dans un foyer national juif » a-t-il ajouté.

bkk

Le Premier ministre canadien s’est également exprimé sur le programme nucléaire iranien qui a connu un développement rapide à l’ère de Obama, en rappelant que le Canada maintiendrait ses sanctions, contrairement aux États-Unis et à l’Union européenne (UE), qui ont suspendu lundi certaines des leurs sanctions, envers l’Iran.

« Le Canada évaluera le succès de cette approche non pas sur les mots mais sur l’application et la vérification des actions promises », a-t-il dit au sujet des clauses de l’accord de Genève.

« Nous espérons vraiment qu’il soit possible d’obtenir que le gouvernement iranien renonce à s’engager sur la voie sans retour de la fabrication des armes nucléaires. Mais pour le moment, le Canada maintient intégralement en vigueur les sanctions que nous avons imposées », a-t-il ajouté, confirmant sa position courageuse annoncée juste après l’accord de Genève en novembre 2013.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, qui a introduit le discours de Harper, a affirmé que l’accord de Genève sur le nucléaire iranien, entré en vigueur lundi, n’empêcherait pas Téhéran d’accéder à l’arme atomique.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Souhail Ftouh pour Dreuz.info.

k1

Leave a Reply

*