| More

Posts Tagged “jordaniens”

Attaques terroristes contre Israël

Depuis le début de 1965 et jusqu’à la guerre des six jours, en juin 1967, le Fatah (branche armée de l’OLP) a poursuivi une politique offensive permanente contre les frontières d’Israël. Particulièrement le long des frontières Jordaniennes et Libanaises. La critique de ces activités par les gouvernements arabes et par l’opinion locale a poussé les dirigeants du Fatah à adopter une nouvelle approche dite « théorie de l’enchevêtrement ». Cela consistait à utiliser le sabotage pour forcer Israël à adopter une position de plus en plus défensive, ce qui en retour a conduit les pays arabes voisins à accroitre leurs effectifs militaires.

Cette escalade progressive des tensions frontalières a finalement conduit à la guerre des six jours. En 1965, 35 attaques terroristes ont été menées contre Israël. En 1966, ce nombre est passé à 41. Durant les quatre premiers mois de 1967, 37 attaques terroristes ont été lancées contre Israël. Le nombre des incidents dangereux le long de la frontière syrienne avec Israël a augmenté à la suite de l’activation de la société nationale israélienne de transport d’eau (National Water Carrier) depuis la mer de Galilée jusqu’au Néguev, en 1964.

La Syrie et les autres pays arabes ont essayé de détourner les affluents du Jourdain se trouvant sur leur territoire dans le but d’assécher Israël et d’empêcher les populations d’avoir accès à l’eau douce. Israël a du bombarder les travaux de diversions en réponse à ces tentatives d’assèchement.

Cette tension est survenue en toile de fond d’accrochages le long de la zone démilitarisée entre Israël et la Syrie. La Syrie refusait l’accroissement de la zone démilitarisée, empêchant ainsi à Israël d’accroitre l’utilisation de cette zone pour l’agriculture. La zone démilitarisée fut le résultat des conditions de l’armistice entre Israël et la Syrie, signé le 20 Juillet 1949.

La Syrie a lancé des attaques terroristes contre les fermiers Israéliens qui cultivaient dans la zone démilitarisée ainsi que sur des bateaux de pêche israéliens et d’autres embarcations qui naviguaient sur la mer de Galilée. La Syrie bombardait ainsi les israéliens depuis les hauteurs du plateau du Golan qui domine de manière spectaculaire à l’est de la zone frontalière.

Provocations militaires des pays arabes contre Israël et désinformation soviétique

Alors qu’Israël n’a jamais cessé d’exprimer son désir de négocier une paix durable avec ses voisins arabes, il n’y a jamais eu un sentiment similaire du coté arabe.

Dans une allocution à l’assemblée générale des Nations Unies le 10 Octobre 1960, Golda Meir, ministre des affaires étrangères a mis au défis les dirigeants arabes de ses réunir avec le Premier Ministre israélien David Ben-Gourion pour négocier un traité de paix. Le président Égyptien Nasser a répondu le 15 Octobre 1960, disant qu’Israël essayait de tromper l’opinion mondiale et a réaffirmé que son pays ne reconnaitrait jamais l’existence de l’État d’Israël. La rhétorique de Nasser est devenue de plus en plus belliqueuse, le 8 mars 1965, il a déclaré :

« Nous n’allons pas entrer en Palestine avec son sol couvert de sable.

Nous allons y entrer avec sa terre saturée de sang. »

Président Égyptien Nasser, 8 mai 1965

Quelques mois plus tard, le président Nasser a exprimé l’objectif arabe :

« … La pleine restauration des droits du peuple palestinien. En d’autres termes, nous visons à la destruction de l’État d’Israël. L’objectif immédiat : la perfection de la puissance militaire arabe. L’objectif national : l’éradication d’Israël. »

D’autres dirigeants arabes de Jordanie et d’Iraq se sont joints à la rhétorique et aux préparations de guerre, ce qui augmenta ainsi la pression sur le président Égyptien Gamal Nasser, le définissant comme étant le leader du monde arabe. Les attaques de la Syrie contre la zone démilitarisée avec Israël sont devenues beaucoup plus fréquents entre 1965 et 1966. Les attaques Syriennes lancées contre les Kibboutzim Israéliens (villages fermiers) depuis les hauteurs du Golan ont provoqué une frappe en représailles, le 7 Avril 1967, durant laquelle deux avions de chasse israéliens ont abattus six avions Syriens MIG d’origine soviétique.

En raison d’attaques permanentes, d’une extrême insécurité et de l’approvisionnement en armes de dernière génération par les soviétiques aux pays arabes, Israël a du réintroduire des forces militaires dans la zone démilitarisée entre Israël et la Syrie.

En même temps et sans que les israéliens ne le sachent, l’Union Soviétique a monté une campagne de désinformation poussant l’Égypte à se joindre à la Syrie contre Israël. A cette époque, les soviétiques fournissaient une aide militaire et économique à la fois en Syrie et en Égypte.

Le 13 Mai 1967, une délégation soviétique parlementaire s’est rendue au Caire et a informé les dirigeants Égyptiens qu’Israël avait concentré de onze à treize brigades le long de la frontière Syrienne dans le cadre de préparatifs pour un assaut de quelque jours, avec l’intention de renverser le gouvernement révolutionnaire Syrien. C’était un mensonge fabriqué par les soviétiques pour déstabiliser le Moyen-Orient. De fausses informations similaires avaient déjà été transmises à l’Égypte par les Soviétique, le 2 Mai 1967. Israël a réfuté ces accusations. Le secrétaire des Nations Unies, U Thant, a indiqué que les observateurs de l’ONU à la frontière Syrienne :

«… Ont vérifié l’absence de concentration de troupes et l’absence de mouvements militaires notables des deux cotés de la frontière Syrienne. »

Nasser a interprété les renseignements soviétiques comme une indication qu’il était temps d’attaquer Israël et que les soviétiques allaient les appuyer. Avec les États-Unis profondément distraits par la guerre du Vietnam, les soviétiques avaient des raisons de penser qu’il n’y aurait pas d’intervention américaine. Nasser a abandonné son ancienne prudence politique et a pris les devants pour une nouvelle agression contre Israël. La Syrie et l’Irak se sont joints avec enthousiasme aux préparatifs de guerre égyptiens, ce qui encouragea un élan de ferveur en faveur de la guerre dans tous les pays arabes.

Le 15 Mai 1967, jours du 19e anniversaire de l’indépendance d’Israël, les troupes égyptiennes commencèrent à se rassembler dans le désert du Sinaï, près de la frontière israélienne. Le 18 Mai 1967, les troupes syriennes étaient, elles aussi, prêtes pour la bataille le long des hauteurs du Golan. Le 16 Mai 1967, Nasser a demandé le retrait de la force d’urgence des Nations Unies stationnées dans le Sinaï depuis 1956. Les forces égyptiennes se sont déplacées jusqu’aux lignes de l’UNEF et ont commencé à harasser les positions de l’ONU. Sans porter la question à l’attention de l’assemblée générale, comme l’avait promis son prédécesseur, le secrétaire général U Thant s’est conformé à la demande de Nasser. Il s’agissait là d’une violation directe des conditions sous lesquelles Israël avait rendu le control du Sinaï à l’Égypte après la campagne du Sinaï. La force de l’ONU était censée protéger Israël de l’Égypte en cas de fermeture du détroit de Tiran ou en cas de lancement d’attaques terroristes depuis ce territoire.

Blocus du détroit de Tiran

En 1956, les États-Unis ont donné des assurances à Israël qu’ils reconnaissaient à l’État juif le droit d’accès au détroit de Tiran. En 1957, à l’ONU, 17 puissances maritimes ont déclaré qu’Israël avait le droit de transiter par le détroit. En outre, tout blocus violerait la convention sur les eaux territoriales et les zones contigües, adopté lors de la conférence des Nations Unies sur le droit de la mer du 27 Avril 1958. Néanmoins, lors de la nuit de 22 au 23 mai 1967, l’Égypte a fermé le détroit de Tiran à toute la navigation israélienne et à tous les navires à destination de Eilat. Ce blocus a coupé Israël de son unique voie d’approvisionnement avec l’Asie et a stoppé le ravitaillement de pétrole de son fournisseur principal, l’Iran. Nasser était pleinement conscient de la pression qu’il exerçait pour forcer la main à Israël dans le but de déclencher un conflit. Le lendemain de l’instauration du blocus sur le détroit de Tiran, il annonça sur un ton de défit :

« Les juifs menacent de faire la guerre. Je réponds : Bienvenue ! Nous sommes prêts pour la guerre. »

Le coup final qui a déclenché la guerre

Il est aujourd’hui prouvé que l’Égypte a été mise en garde par les États-Unis et l’Union Soviétique à la fin de mai 1967, que la guerre devait être évitée, malheureusement, l’élan de guerre présent chez les arabes était irréversible. Le Roi Hussein de Jordanie a signé un pacte de défense avec l’Égypte le 30 Mai 1967, en vertu duquel la Jordanie se joint à l’alliance militaire Égypto-Syrien de 1966. Le Roi Hussein a placé l’armée Jordanienne des deux cotés du Jourdain sous le commandement Égyptien. Il n’avait guère de choix puisque la Jordanie abrite 700.000 arabes palestiniens dont les émeutes en Novembre 1966 ont pratiquement anéanti le gouvernement du Roi Hussein. Le 4 Juin 1967, l’Iraq à aussi adhéré à l’alliance militaire Égypto-Jordano-Syrienne. Le président Irakien Abdur Rahman Aref a ajouté ces mots à la montagne de provocations :

« L’existence d’Israël est une erreur qui doit être corrigée. Voila notre occasion d’effacer l’ignominie qui a été avec nous depuis 1948. Notre objectif est clair – rayer Israël de la carte. »

Les forces armées dans les pays arabes ont été mobilisées. Israël est maintenant confronté à une force militaire arabe de quelque 465.000 soldats, plus de 2880 chars et 810 avions de dernière génération. Les armées du Koweït, d’Algérie, d’Arabie Saoudite et d’Irak ont contribué avec des troupes et de l’armement en faveur des Égyptiens, des Syriens et des Jordaniens.

Les forces israéliennes furent en état d’alerte pendant 3 semaines de tensions qui ont commencé le 15 Mai 1967, lorsque les israéliens ont su que l’Égypte avait concentré des forces militaires à grande échelle dans la péninsule de Sinaï, un état d’alerte qu’Israël ne pouvait pas maintenir indéfiniment. Le pays ne pouvait pas non plus accepter l’interdiction de la voie maritime dans le golfe d’Aqaba. Israël n’avait plus d’autre choix que d’agir. En situation de grande infériorité numérique et un armement militaire vieillissant, Israël se devait d’agir très vite et d’utiliser autant que possible l’effet de surprise. Israël ne pouvait attendre l’invasion arabe imminente, une situation potentiellement catastrophique. Le 4 Juin 1967, le conseil des ministres a autorisé le Premier Ministre et le Ministre de la Défense à se prononcer sur les mesures appropriées pour défendre l’État d’Israël.

 ______________________________

Voir aussi nos autres articles sur la guerre des 6 jours:

Qui a commencé les hostilités de la guerre des six jours ?

La guerre des six jours (1967) – Les pays arabes ne créent pas un état arabe palestinien

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Qu’est ce qui a conduit à la guerre des six jours en 1967 ?

[ad]

La question des « réfugiés arabes » a longtemps et largement été discutée en Israël, avec des partis politiques de tout bords et même de gauche déclarant qu’autoriser plus d’arabes à entrer en Israël mettrait en péril l’existence même de l’état juif. Un rapport affirme que le Premier Ministre Ehoud Olmert a accepté d’autoriser 50,000 arabes qui ont quitté Israël en 1948 – ou sont des descendants de ceux qui sont parti – de revenir s’installer et vivre en Israël.

Pour un rappel historique sur les raisons du départ des arabes d’Israël en 1948, visitez la page : la guerre d’indépendance de 1948.

La chaine TV 10 israélienne a indiqué jeudi soir, que dans une réunion privée entre Olmert et le président de l’Autorité Palestinienne Abou Mazen, les deux ont convenu que dans l’accord sur le statut final de l’État palestinien, Israël se retirerai de 92% de la Judée-Samarie, incluant Jérusalem-est. Il a également été convenu que 50,000 "réfugiés" de 1948 devraient entrer vivre dans l’état d’Israël.

Des employés travaillants dans les bureaux d’Olmert n’ont pas nié le rapport et ont même laissé entendre qu’il était au moins partiellement exact. Olmert est allé plus loin que Bush. Le président américain Bush a résumé sa visite de trois jours en Israël, ce vendredi, en disant qu’un nouvel État palestinien et une compensation financière serait la solution au problème des réfugiés. L’implication serait que les réfugiés n’ont pas besoin d’entrer en Israël. « Il faut mettre fin à l’occupation israélienne qui a commencé en 1967 » a déclaré Bush. « La Palestine doit servir de foyer national pour les palestiniens et Israël pour les juifs. »

Israël a libéré la Judée-Samarie pendant la guerre des 6 jours, ne la capturant de personne ! Aucun pays au monde excepté la Grande Bretagne et le Pakistan ne reconnaissait le contrôle de la Jordanie sur la Judée-Samarie entre 1948 et 1967.

Liban : l’argent de suffit pas ! Le premier ministre libanais Fouad Seniora n’accepte pas la position de Bush sur les réfugiés arabes. Seniora a dit que l’argent seul ne suffit pas, et que son pays va continuer à refuser d’accorder la citoyenneté aux 400,000 "réfugiés palestiniens" vivant à l’intérieur de ses frontières. Le nombre d’arabes qui ont quitté Israël en 1948 a été estimé à environ un demi million, mais plusieurs millions aujourd’hui réclament le "droit au retour" (expression juive désignant le droit au retour en terre d’Israël, reprise par les arabes palestiniens pour leur propre compte). Le Hamas, lui aussi, se refuse à accepter toute solution autre que le "retour massif" à Israël des millions d’arabes qui disent qu’ils ont été, ou que leurs ancêtres ont été, forcés de quitter Israël en 1948.

Le Premier Ministre terroriste du Hamas à Gaza, Ismail Haniyeh, dit que Bush va bientôt quitter la scène politique alors que les exigences du Hamas perdureront à jamais : « Un État palestinien dans les frontières d’avant 1967 avec Jérusalem comme capitale, la destruction de toutes les colonies juives, la libération de tous les prisonniers palestiniens, le "droit au retour" de tous les "réfugiés" palestiniens et la poursuite de la stratégie de ne pas renoncer à un seul centimètre du territoire de Palestine. »

Les arabes nient le problème des réfugiés. On oubli souvent que le problème des réfugiés ne fut pas causé par Israël mais par les États arabes eux-mêmes. « Les Etats arabes encouragèrent les Arabes de Palestine à quitter temporairement leurs demeures afin de ne pas gêner l’avancée des armées arabes » (dont le but était de massacrer les juifs), selon le journal Jordanien Filastin (19 février 1949).

Joan Peters, dans son ouvrage classique, "From Time Immemorial", décrit page 13 que l’institut (arabe) des études palestiniennes à découvert que « la majorité des réfugiés arabes de 1948 n’ont pas été expulsés par Israël et que 68% sont partis sans jamais voir un seul soldat israélien ». Le 27 avril 1950, le comité national arabe de Haifa a informé les États arabes : « la levée des habitants arabes … était volontaire et fut réalisée à notre demande… La délégation arabe a fièrement demandé l’évacuation des arabes et leur expulsion des pays arabes voisins » en vu de laisser la place aux armées arabes pour massacrer les juifs. Zuheir Muhsein, le chef du département militaire de l’OLP de Yasser Arafat et membre de son conseil exécutif a déclaré au quotidien néerlandais "Trouw" en mars 1977, « le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen pour poursuivre notre lutte contre l’état d’Israël pour notre unité arabe… seulement pour des raisons politiques et tactiques, nous devons parler aujourd’hui d’un "peuple" palestinien… pour s’opposer au sionisme. »

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Selon un rapport : Olmert accepte que 50,000 arabes “réfugiés” viennent s’installer en Israël

[ad]

Pour un respect de l’Histoire. Par Ftouh Souhail de Tunis

Le monde arabe est invité aujourd’hui à faire preuve d’un courage envers l’histoire, tous simplement parce que les liens qui unissent le peuple juif à la ville de Jérusalem sont parmi les faits historiques les mieux documentés.

Dans les ouvrages juifs traditionnels, le mot « Jérusalem » apparaît plus de 600 fois, alors que le Nouveau Testament y fait allusion plus de 140 fois. Mais dans le Coran, il n’est jamais mentionné.

Il existe une référence coranique (17 :7) sur la destruction des premier et second Temples qui se trouvaient à Jérusalem. Un autre verset du Coran (34 :13) se rapporte au roi David et à son fils, le roi Salomon, qui construisit le premier Temple à Jérusalem. Cependant, le mot « Jérusalem » ne figure explicitement nulle part dans le Coran, qui date du 7ème siècle.

Cette observation est pertinente, étant donné que le mot « Jérusalem » existait déjà 2000 ans avant la naissance de l’Islam.

Réclamer que Jérusalem soit une ville musulmane est un moyen non seulement de bafouer l’histoire mais aussi une façon de chercher à harceler Israël, dans ce qui est le plus cher à tous les israélites. La ville de Jérusalem fut fondée par le roi David sur le site jébuséen de Jebus, il y a environ 3300 ans, après qu’il l’eut renommée en lui conférant un caractère juif. Pour le peuple juif, Jérusalem a été à la fois sa capitale politique et spirituelle, cette dernière caractéristique s’étant poursuivie sans interruption jusqu’à nos jours, en dépit des vicissitudes de l’histoire. Au cours des 3300 années écoulées, Jérusalem n’a jamais été la capitale d’un autre peuple, y compris Arabes et Musulmans. Cela est d’autant plus remarquable que la ville a été conquise par une multitude de peuples différents, depuis l’antiquité.

1- Récits de quelques personnages illustres sur les liens qui unissent le peuple juif à Jérusalem :

A. « Pour un Musulman », observait l’écrivain britannique Christopher Sykes, « il y a une profonde différence entre Jérusalem, d’une part, et La Mecque ou Médine, d’autre part. Ces dernières sont des villes saintes renfermant des sites sacrés. » En dehors de la Mosquée d’Omar, disait-il, Jérusalem n’a aucune signification particulière pour l’Islam. (La Mosquée d’Omar fut construite sur les ruines du premier et second Temple juif.)

B. Winston Churchill, ancien Premier Ministre Britannique, s’adressant au diplomate Evelyn Shuckburgh en 1955 : « Vous devriez laisser Jérusalem aux Juifs : ce sont eux qui l’ont rendue célèbre. »

C. Sari Nusseibah, ancien représentant de l’Autorité Palestinienne à Jérusalem : « Ce serait nier l’évidence que de contester les liens qui unissent les Juifs à Jérusalem. » (Extraits de : Bard, Mitchell G. : Mythes et Réalités : Guide du Conflit israélo-arabe, American Israeli Cooperative Enterprise Inc., 2002)

2- Quelques attestations de la présence juive à Jérusalem, de 705 à 1967.

705 – « A partir du règne du Calife Abdel-Malik (décédé en 705), les Juifs participaient à la surveillance de l’enceinte de la Mosquée d’Omar. En contrepartie, ils étaient exempts de la capitation qui frappait tous les non Musulmans. Des ouvriers juifs étaient chargés du nettoyage de l’Esplanade. » Mujir al-din, dans son Histoire de Jérusalem et de Hébron.

863 – « Date présumée du transfert de la Yeshiva Eretz Israel, de Tibériade à Jérusalem, pour devenir le centre religieux de toute la région. Le dernier Gaon (sage) de Jérusalem fut Evyatar Ben Eliyahu Hacohen (1112)." Nathan Schur, Histoire de Jérusalem.

1167 – « Parmi eux, deux cent Juifs habitent dans un coin de la Cité, sous la Tour de David. » Benjamin de Tudela, dans ses célèbres Voyages.

1395 – « Les Juifs de la Ville Sainte habitent leur propre quartier résidentiel. » Voyageur Ogier d’Anglure, dans "Le Saint Voyage de Jérusalem".

1499 – « Parmi les très nombreux Juifs de Jérusalem, j’en ai trouvé plusieurs qui étaient originaires de Lombardie, trois d’Allemagne et deux moines qui s’étaient convertis au Judaïsme. » Arnold von Harff : carnets de voyage Die Pilgerfarht 1.

1546-47 – « De nombreux Juifs habitent Jérusalem, où il y a une rue spéciale des Juifs. » Ulrich Prefat de Slovénie, dans ses Chroniques.

1611 – « Et dans cette Terre, ils [les Juifs] vivent en étrangers … exposés à toutes sortes d’oppression et de privations qu’ils supportent avec une patience à peine croyable, alors qu’ils sont méprisés et battus. Malgré tout cela, je n’ai jamais vu un Juif en colère. » George Sandys, fils de l’Archevêque de York, dans Labeurs.

1751 – « 4 000 personnes arrivent tous les ans et autant de Juifs viennent des quatre coins du monde. » Voyageur suédois Frederick Hasselquist, dans Voyages et Périples dans le Levant.

1860 – Premier quartier juif construit à Jérusalem extra-muros.

1899 – « Sur une population de 40 000 à Jérusalem, trente mille sont des Juifs. … A présent, les Juifs y arrivent par centaines. » The Pittsburgh Dispatch, 15 juillet, 1899.

1925 – L’Université Hébraïque, inaugurée au Mont Scopus à Jérusalem.

1967 – Les Arabes sont battus dans leur nouvelle agression contre Israël – la Guerre des Six Jours. Jérusalem est enfin réunifiée. Le Mur Occidental et le Mont du Temple sont libérés. (D’après Eliyahu Tal, A qui est Jérusalem ? Forum International pour une Jérusalem Unifiée, Tel- Aviv, 1994.)

3- Israël œuvre pour le respect continuel des lieux de culte de toutes les religions

Hormis la période 1948-1967, Jérusalem n’a jamais été une ville divisée physiquement. En 1948, la Légion Arabe de Jordanie, sous le commandement de Glubb Pasha (de son vrai nom, John Bagot Glubb, un Anglais) conquit et occupa, jusqu’en 1967, ce qui est communément appelé de nos jours la partie est de Jérusalem, y compris les remparts de la vieille ville. Les Jordaniens expulsèrent ensuite tous les Juifs de l’ancienne ville de Jérusalem. Sous l’occupation jordanienne, les évènements suivants ont eu lieu.

1- Cinquante-huit synagogues de l’ancien Quartier Juif – dont certaines centenaires – ont été démolies et profanées. Les Jordaniens transformèrent certaines d’entre elles en écuries et en poulaillers.

2- La Légion Arabe jordanienne profana l’ancien cimetière juif situé près du Mont des Oliviers et dont les origines remontent à 2500 ans. Une chaussée a été construite à travers le cimetière, pour relier l’Hôtel Intercontinental à une artère routière. La Légion Arabe s’est servie des pierres tombales de rabbins vénérés pour faire des trottoirs et des urinoirs.

3- Contrevenant à une clause de l’Accord d’Armistice de 1949 entre Israël et la Jordanie, qui permettait aux Juifs de visiter leurs lieux saints, les Jordaniens leur interdirent tout accès au Mur Occidental dans la Vieille Ville, ainsi qu’au cimetière juif du Mont des Oliviers.

L’Université Hébraïque du Mont Scopus et l’Hôpital Hadassah ont été pratiquement isolés et les bâtiments laissés à l’abandon. Malgré le comportement exécrable de la Jordanie dans sa violation des lieux saints juifs, l’ONU n’a pas passé la moindre résolution condamnant ces agissements : un point à retenir, à la lumière de toute la série de résolutions votées par l’ONU à l’encontre d’Israël jusqu’à nos jours. Par contre, depuis 1967, l’attitude d’Israël à l’égard des lieux saints de Jérusalem et de ses environs a été exemplaire. Même l’ancien président américain Jimmy Carter a dit « qu’il ne faisait aucun doute » qu’Israël s’était bien mieux conduit que la Jordanie pour assurer l’accès des lieux saints de la ville.

4- Aperçu sur la population de Jérusalem

La revendication de Jérusalem en tant que Ville Éternelle du peuple juif repose donc sur des arguments incontestables. Il n’est pas d’autre peuple qui puisse justifier une telle revendication sur des bases aussi solides ni sur une période aussi longue qu’ininterrompue.

Jérusalem représente le seul et unique centre spirituel du Judaïsme. Au cours de sa longue histoire, Jérusalem a été la capitale d’un seul peuple, le peuple juif. Depuis 160 ans la population de Jérusalem est constituée d’une majorité juive. Et ce qui est particulièrement important à nos yeux est qu’Israël a su, mieux que quiconque, protéger les lieux saints de toutes les croyances et leur accorder le respect qui leur est dû, notamment à Jérusalem.

En toute logique donc, Jérusalem est la capitale de l’État d’Israël, ce que devraient reconnaitre, de bonne foi, tous ceux qui respectent la vérité.

Par Ftouh Souhail, Tunis

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments 1 Comment »

[ad]

Azzmi, 8 ans, boite le long des couloirs de la clinique Hussein, au cœur d’Amman, en attendant de faire une radio. Ce petit palestinien raconte aux médecins qu’il est tombé du toit de sa maison. « Qu’en est-il du bleu sur ton dos ? » demande une infirmière, qui reconnait l’enfant. « Quand je suis tombé sur le sol, une pièce de métal a heurté mon dos » a répondu Azzmi. C’est la cinquième fois cette année que ce garçon visite l’infirmerie pour recevoir des soins médicaux, a dit l’infirmière, qui parle à la presse sous couvert d’anonymat. La clinique est gérée par l’Office de Secours et de Travaux pour les Réfugiés Palestiniens au Proche Orient (UNRWA), un organe de l’ONU. Les patients qui viennent dans cette petite clinique sont soit des résidents du camp Squalid Al Hussein soit ils proviennent des quartiers surpeuplés voisins dans la partie orientale d’Amman.

Les palestiniens manquent des services municipaux de base et l’infrastructure est usée ; ils offrent une toile de fond incongrue pour les quartiers snobs de Amman. « Je sais qu’il ne dit pas la vérité parce que ses blessures portent la marque de sévices physiques mais en informer la police ou référer l’enfant aux services sociaux ne ferait qu’aggraver le problème » a dit l’infirmière. « Le garçon ne nous dit pas la vérité sur l’origine de ses blessures car il pense que le dire à la police ne ferait qu’amplifier son problème avec sa famille. » Le personnel de santé travaillant dans les hôpitaux gérés par le gouvernement Jordanien et l’UNRWA reçoivent une formation poussée de l’ONU pour l’enfance (UNICEF) sur la manière d’identifier les blessures liées à la violence.

Idéalement, les enfants maltraités sont inscrits à l’hôpital le plus proche pour plus d’investigations. Dans les cas graves, les policiers sont informés et les enfants sont envoyés à des centres de soins mis en place par le gouvernement Jordanien ou des ONG. Les médecins et le personnel des cliniques préfèrent traiter les cas de violence discrètement. Les parents sont convoqués dans des centres de santé pour être éduqué sur les façons "d’éviter la violence lorsqu’il s’agit d’enfants". « Les parents ont tendance à être plus réceptifs lorsqu’on leur parle directement. Impliquer le gouvernement ou la police pourrait se retourner contre l’enfant», dit un médecin du centre de santé pour les palestiniens de Baquaa, il a également refusé d’être nommé.

Des experts pour enfants en bas âge ont admis que dans un pays tribal comme la Jordanie, il est difficile de mettre en œuvre des programmes de protection de l’enfance en suivant les règles normales. Les responsables de l’UNICEF sont au milieu d’une campagne de sensibilisation visant les "camps de réfugiés" pour faire la lumière sur les droits des enfants. Maha Hemsi, le responsable du projet de protection de l’enfance et de la petite enfance à l’UNICEF, dit que la campagne porte ses fruits et que plus de citoyens semblent se manifester, par rapport à la précédente campagne. La campagne est financée par l’Union Européenne (UE) avec un coût est de 200.000$, elle a pris fin mi-2007, mais Hemsi espère que des efforts similaires se reproduiront. « Nous faisons de notre mieux pour briser le mur du silence qui entoure la violence envers les enfants et leur maltraitance parmi les réfugiés.

Ce n’est pas facile, mais nous faisons des progrès » affirme Hemsi, qui insiste sur le fait que malgré le fait que le nombre de cas signalés a encore augmenté, cela n’est pas nécessairement le signe d’une augmentation des cas d’abus. Des experts dans le domaine ont exprimés leur préoccupation face à la hausse du nombre de cas signalés, en effet, ils ont plus que doublé passant de 661 en 2001 à 1423 en 2004. Selon Zina Khoury, directeur du développement au centre pour la sécurité des enfants "Dar Al-Aman", « le chiffre est probablement plus élevé, car de nombreux cas ne sont pas signalés ». Dar Al-Aman, qui est opérationnel depuis 2002, propose des services psychologiques, médicaux, sociaux et des services éducatifs aux enfants maltraités et à leurs familles.

« Les familles et les enfants sont de plus en plus conscients de leurs droits et de la nécessité d’arrêter les abus, par conséquent, plus de cas émergent » a dit Hemri. Des fonctionnaires de l’UNRWA disent qu’ils œuvrent sans relâche à promouvoir les droits des enfants palestiniens, en ciblant les communautés locales et les étudiants ainsi que les enseignants des écoles publiques.

Nous essayons d’apprendre aux enfants le concept de résolution des conflits et de la tolérance, à travers les programmes scolaires, explique Mattar Saqer, un porte parole de l’UNRWA à Amman. Il admet que l’organe de l’ONU manque de chiffres précis sur la maltraitance des enfants en raison de l’absence d’enquêtes au porte à porte. Il a déclaré que les administrations des écoles sont encouragées à établir des contacts directs avec la population locale par le biais de conseils d’élèves pour aider les familles ainsi que la société en général à comprendre la gravité de la maltraitance des enfants.

Il n’y a pas de document officiel sur l’ampleur du problème de la maltraitance des enfants chez les palestiniens, mais les spécialistes jugent que le taux de mauvais traitements infligés chez les palestiniens est plus élevé que partout ailleurs dans le royaume de Jordanie. « Les enfants palestiniens souffrent le plus en raison de la détérioration des conditions de vie. Ces endroits sont très encombrés avec un pourcentage élevé de chômage. » admet Hemsi.

L’année prochaine, l’UNICEF, en coopération avec le Ministère Jordanien de l’Enseignement Supérieur, le Ministère de la Santé ainsi que d’autres ministères, lanceront une campagne nationale pour documenter la maltraitance des enfants avec comme but de s’attaquer aux racines du problème. « Une fois que nous aurons une idée claire de l’ampleur du phénomène, pourquoi cela se passe t il et quelles sont les circonstances qui l’entoure, il sera plus facile d’élaborer des programmes pour s’attaquer au problème de la violence » explqie Hemsi. Les leaders palestiniens dans les camps croient que le remède à la violence et à la maltraitance des enfants palestiniens est simple, améliorer leurs conditions de vies et leur fournir des emplois. « Nous avons besoin de meilleurs services.

Le taux de chômage est élevé et la pauvreté est en augmentation. Il devient donc tout naturel que les gens soient frustrés et aient tendance à recourir à la violence pour résoudre leurs problèmes », dit Walid Abou Salem, un chef tribal palestinien de Baqaa.

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Jordanie: La maltraitance des enfants sévit chez les palestiniens