| More

 

Avec 5 500 entreprises en technologie  qui génèrent 10 G$ de revenus chaque année, Israel est sans conteste un pôle mondial dans la technologie et l’innovation. La Silicon Wadi est devenue un couloir de l’innovation qui va de Haifa à Jérusalem. Elle est aujourd’hui considérée comme l’équivalent israélien du pôle high-tech situé au sud de la baie de San Francisco.

L’Etat Juif jouit aujourd’hui d’une réputation mondiale pour son expertise dans les domaines d’innovation.

L’Etat hébreu est l’un des leaders mondiaux des dépenses en R&D par rapport à son PIB (4,25% en 2015, contre 4,23% pour la Corée, environ 3,4% pour la Suisse et 2,78% pour les Etats-Unis). Le pays est numéro un mondial du nombre de doctorants en sciences par habitant, ainsi que de brevets déposés et d’investissement de capital-risque par citoyen.

«Israël dénombre pour l’heure plus de 5500 start-up – dont la moitié rien qu’à Tel-Aviv –, une centaine de venture capitalists, 90 accélérateurs et deux bonnes dizaines d’incubateurs soutenus par le gouvernement», énumère Jeremie Kletzkine, serial entrepreneur et vice-président de Start-Up Nation Central, une entité qui s’est donné pour mission de cartographier l’innovation en Israël.

Les jeunes pousses israéliennes actives dans le secteur high-tech ont levé l’an passé plus de 4,6 milliards de dollars. Soit une hausse record de 11% par rapport à 2015. Près de 90% des investisseurs sont aujourd’hui étrangers – l’argent est principalement américain ou chinois – contre 60% dix ans plus tôt.

Le nombre de pépites israéliennes qui ont été vendues pour plus de 10 milliards de francs a augmenté de 12% comparé à l’an dernier. Rien qu’au premier semestre de cette année, le marché a cumulé 57 accords de vente – contre 115 sur l’ensemble de l’exercice 2016 – dont l’acquisition par Intel de Mobiley, pour près de 15 milliards de dollars.

Rien qu’à Tel-Aviv, une personne sur dix travaille dans le secteur technologique. Raison pour laquelle la capitale économique de l’Etat hébreu accueille le Festival DLD de l’innovation. Une grand-messe internationale qui se déroule chaque année au mois de septembre et réunit une bonne dizaine de milliers de jeunes pousses, leurs bailleurs de fonds et des multinationales. Au programme: rencontres, présentations, challenges pilotés par des multinationales et «speed-dating».

Situation géographique, coûts d’opération réduits, écosystème riche, mesures gouvernementales incitatives, bassin de main-d‘œuvre qualifiée : les atouts d’Israel sont nombreux.

Pour beaucoup de jeunes entreprises Israel est la porte d’entrée dans les domaines d’innovation.

Des sources de financement diverses sont également accessibles tant par des organismes publics ou parapublics que par des fonds d’investissement, de capitaux de risque, etc. Le gouvernement a mis en place des crédits pour les entreprises dans les domaines technologiques et de l’innovation afin de leur permettre de réaliser leurs ambitions d’affaires. Ces incitatifs  contribuent à diminuer les coûts d’exploitation globaux.  Les entreprises qui s’installent en Israel peuvent donc compter sur du soutien financier si elles veulent s’étendre dans l’internationale.

En Israel les acteurs de l’innovation et des technologies sont très actifs. L’écosystème en place permet une synergie, qui attire les grandes entreprises comme Intel, Google et Microsoft, par exemple. Les entreprises technologiques veulent être proches de leurs concurrents, de leurs fournisseurs et des organismes de recherche.

Les universités israéliennes  sont aussi  une source importante de matière grise et d’électrons libres créatifs et les étudiants viennent du monde entier. Grâce aux universités, qui forment 3 600 diplômés par an dans les divers programmes  de l’industrie High-Tech, les entreprises savent qu’un bassin de main-d’œuvre locale qualifiée existe. Toutefois, la demande des entreprises dépasse l’offre de main-d’œuvre.

Des chercheurs de renommée mondiale qui attirent les grandes entreprises afin de nouer avec eux des collaborations scientifiques et établirent des centres de recherche et développement. Parmi tous les atouts d’Israël, cet esprit de collaboration est peut-être, finalement, l’ingrédient qui explique le mieux le succès international du pays dans le domaine des nouvelles technologies.

Souhail Ftouh

 

Leave a Reply

*