| More

Plus que jamais, le moment est à l’étranglement des islamistes responsables des attaques incessantes d’obus et de roquettes provenant de la bande de Gaza .Pendant ce temps la tranquillité avec laquelle les Israéliens réagissent à cette pluie des roquettes est admirable.

L’armée de l’air vient de bombarder un groupe de terroristes qui s’apprêtait à tirer des missiles longue portée sur Israël, depuis le nord de la bande de Gaza.

Tsahal vient d’effectuer, ce Lundi 12 mars en fin de soirée, un raid nocturne dans le nord de la bande de Gaza, contre deux terroristes qui s’apprêtaient à tirer des roquettes sur le territoire israélien. Parallèlement, tours selon le porte-parole de Tsahal, l’aviation a bombardé des tunnels terroristes dans le sud de la bande de Gaza. Toutes les cibles identifiées ont été atteintes, précise le communiqué de Tsahal.

Selon des sources palestiniennes, l’armée de l’air israélienne a effectué une deuxième frappe au sud de la bande de Gaza, à l’est de Khan Younès, tuant encore un terroriste de la branche armée du Djihad islamique et en blessant plusieurs autres. Un premier terroriste de cette organisation avait été tué un peu plus tôt dans un premier raid sur Abassan, dans la même région.

Tsahal a bombardé ce week end à plusieurs reprises des objectifs terroristes à Gaza : l’armée de l’air a visé un entrepôt d’armes au nord de la bande de Gaza, et 4 aires de lancement de roquettes, aussi au nord du territoire côtier, et une autre au sud. Selon des sources palestiniennes 17 personnes ont été blessées dans le bombardement d’un immeuble à l’est de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. Les Palestiniens ont signalé une autre frappe à Sadjaya, à l’est de Gaza-ville, dans laquelle 3 personnes ont été blessées.

Des responsables terroristes du Djihad islamique affirment que la frappe de l’armée de l’air cette nuit à Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, visait à éliminer l’un des gros poissons de la branche armée du mouvement, mais ce dernier a réchappé indemne à l’attaque.

Le porte-parole de Tsahal a confirmé que l’Armée de l’Air israélienne a bombardé des cibles au nord et au sud de la bande de Gaza.

L’objectif des lanceurs palestiniens était clair : faire des villes du dud d’Israel des villes fantômes. Si ce scénario semble peu réaliste en Israël, les tirs incessants de roquettes Qassam avaient entraîné un peu plus l’Etat hébreu vers une épreuve de force avec le Hamas, qui contrôle la Bande de Gaza.

La pensée immédiate aux habitants de Sdérot qui n’ont que le tiers du temps qui nous est imparti pour réagir : 15 secondes, c’est à peine le temps nécessaire pour émerger et se passer un short…

Située dans le Sud d’Israël, à moins d’un kilomètre de la bande de Gaza, la ville de Sderot est la cible des roquettes Kassam et des missiles Grad tirés quotidiennement à partir de la bande de Gaza par les terroristes du Hamas et du Djihad Islamique. Depuis 2000, plus de 12.000 Kassam et Grad se sont écrasés sur le territoire israélien. Pour les 22.000 habitants de la ville, le plus difficile à vivre, c’est la peur constante de ne jamais savoir quand tombera la prochaine roquette

Les bénévoles du Maguen David Adom en action pour sauver des vies

Pendant ce temps-là, la tension règne dans les locaux du MDA de Sderot. Sur le terrain, les services de secours s’activent afin d’assurer une sécurité maximale à la population. En première ligne, les bénévoles du Maguen David Adom sont déployés dans l’ensemble des stations de l’organisation. Chaque fois que la sirène retentit, c’est le même bal tragique qui recommence. Les secouristes qui rejoignent les ambulances et partent à la recherche d’éventuelles victimes.

Revêtus d’un simple gilet pare-balles et d’un casque, assurant un minimum de sécurité. Un équipement léger qui devrait leur permettre de limiter les dégâts si, par le plus grand des malheurs, un missile venait à tomber sur les lieux d’une intervention. Car ces interventions sont des pièges tendus par les terroristes qui attendent patiemment l’arrivée des secours pour attaquer de nouveau et blesser des civils, les ambulanciers du Maguen David Adom et les pompiers présents sur les lieux.

Depuis vendredi, les sonneries de téléphone ne cessent de retentir. Car aux victimes des missiles palestiniens, il faut rajouter les urgences habituelles, les accidents de la route, les accidents domestiques. Le MDA répond présent lors de chaque urgence.

Depuis dix ans, le Maguen David Adom s’est adapté à la situation. Adapté aux victimes également. Depuis plusieurs années, le MDA prend en charge aussi bien les victimes physiques que psychologiques. Ces milliers d’israéliens vivant dans la peur et l’angoisse, fuyant dans les abris chaque fois que la sirène vient interrompre leur vie, leur sommeil, leur repas, leur prière ou le temps partager avec leurs enfants.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*