| More

Ahmed Kahlaoui , auteur des menaces contre les personnalités «normalisationnistes»

Le chef terroriste responsable d’un comité tunisien contre la normalisation avec Israël, qui avait proféré ce dimanche 11 juillet des menaces de mort à l’encontre des partisans d’un dialogue avec l’Etat hébreu, a tenté d’atténuer lundi le sens de ses propos.

« Je n’ai jamais prôné une menace de liquidation physique contre les défenseurs d’une normalisation avec l’ennemi sioniste, mais j’ai appelé à la mort de l’idée de normalisation et toutes sortes de politiques conduisant à cette voie » a affirmé lundi Ahmed Kahlaoui dans un communiqué.

Lors d’un meeting au Palais des congrès de Tunis, M. Ahmed Kahlaoui, président du “comité national tunisien de soutien à la résistance et de lutte contre la normalisation et le sionisme” avait lancé : “la mort à tout Tunisien essayant de normaliser avec Israël” (1).
Ahmed Kahlaoui a annoncé même qu’il va fournir une liste des personnes qui feront l’objet d’une dénonciation publique.

“Nous allons les dénoncer, publier leurs noms”, avait-il menacé, appelant les autorités tunisiennes à “pénaliser toute forme de normalisation”.

Ahmed Kahlaoui est un Tunisien membre d’une organisation politique fantoche mais il fait surtout partie de ceux qui se sont réveillés après le 14/01 et qui veulent profiter de la liberté politique qui règne désormais en Tunisie, pour diffuser la haine contre Israel.
“Aucune personne libre et digne ne peut reconnaître l’Etat sioniste coupable de massacres parmi les Palestiniens”, avait estimé M. Kahlaoui, très applaudi par un public de 600 personnes tous acquis à la cause palestinienne.

Il est certain ici à Tunis que ces 600 personnes ne représentent pas les tunisiens qui même si ils beaucoup ne portent pas Israel dans leurs cœurs, ils ne crient pas au meurtre d’etres humains.

Ahmed Kahlaoui et son entourage ont certainement appris les méthodes d’intimidation auprès des leurs amis palestiniens. Perçue comme une cause révolutionnaire par tous les fanatiques, la cause palestinienne a toujours alimenté une idéologie qui emploie même le terrorisme intellectuel. Apparemment, de nombreux faiseurs d’opinions en Tunisie (enseignants, journalistes…) et des propagandistes (à gauche et à droite) ont d’ores et déjà fait ce choix.

Le gouvernement Tunisien doit réagir rapidement avant qu’il ne soit trop-tard contre cette ONG extrémiste qui traque les personnalités «normalisationnistes» de tous bords, tels qu’appartenant à des milieux juridiques, académiques, artistiques, culturels ou autres.

Les autorités tunisiennes ne peuvent pas accepter de jouer le rôle des nazis pendant la seconde guerre mondiale en lançant la «traque» des personnalités convaincues de l’importance d’entretenir des relations diplomatiques avec l’Etat d’Israél.

Malgré que la normalisation totale avec Israël ne semble pas au goût du jour, il est important de respecter l’opinion contraire après La révolution du jasmin si on voudrait hisser la Tunisie au rang des pays développés.

Ftouh Souhail

(1) Tunisians protest against Israel ties – Israel News, Ynetnews le 11 juillet 2011

Leave a Reply

*