| More

Beilinson hospital of Petah Tikva

Hôpital Peta Tikvah au nord-est de Tel-Aviv 

Les Juifs sont-ils différents des autres peuples ? Oui, bien évidemment comme chaque peuple mais en quoi, là est la question : la compassion envers autrui reste un élément central dans la conscience juive.

Noam Naor, un jeune enfant juif âgé seulement de 3 ans, est tombé du quatrième étage de sa maison et est cérébralement il y a 12 jours. Il avait été transféré a l’hôpital Shiba, et la-bas les médecins israéliens avaient lutté pour lui sauver la vie. La blessure à la tête de Noam était tellement grave qu’elle a entraîné des lésions irréversibles et sa mort cérébrale.

Ses parents, qui font partie du  monde religieux, ont consulté des rabbins et ont accepté de donner un de ses reins à un enfant arabe palestinien, âgé de 10 ans, et ont ainsi sauvé sa vie.

“Cela a été une décision difficile, mais je suis contente de ce que nous avons fait”, a déclare la mère de Noam.

Étant donné qu’il s’agissait d’un rein d’un enfant très jeune, il ne convenait pas à un homme d’un poids supérieur a 30 kg, et donc la seule possibilité était de le greffer à un autre enfant. En vérifiant dans la liste nationale des attentes de greffes, il n’y avait qu’un enfant qui était compatible.

Ce enfant palestinien était en soins depuis déjà 7 ans à l’hôpital ‘Shaarei tsedek’, et aucun de ses proches n’était compatible pour lui donner un rein. Le centre de greffes s’est adressé aux parents de Noam, et leur a demandé l’autorisation de greffer le rein de Noam sur un enfant non israélien.

Le centre de transplantation du ministère de la Santé a contacté les parents de Noam, et leur a demandé s’ils étaient prêts à faire don d’un rein de leur fils à un enfant palestinien. Les parents de Noam ont immédiatement accepté.

Les parents ont décidé que l’origine de l’enfant n’avait pas d’importance, et qu’ils donnaient leur accord pour réaliser cette greffe.
“J”ai pense au efforts de Shimon Peres pour amener la paix entre nous et nos voisins”, raconte la mère, “et j’ai compris que je prenais la bonne décision, au milieu de la douleur et du malheur”.

Sarit, la mère de Noam, a demandé à parler au président de l’État Shimon Peres et recevoir de sa part un encouragement par rapport à sa décision. Le centre national de greffes a fait le lien entre les deux et lors d’une conversation pleine d’émotion le président de l’État a soutenu la famille et à réconforté la mère face à sa décision courageuse.

“C’est terrible de perdre un enfant de 3 ans”, a déclaré le président.

“Mon cœur est avec toi. Tu fais face à ça avec courage. Faire un geste tellement humain, généreux et si difficile – donner la vie à un autre être humain, c’est exceptionnel.” écrit le Président.

”Selon la tradition juive chaque homme est à l’image de D.ieu, et celui qui sauve une vie sert l’essence même du judaïsme. Tu as fait face à deux épreuves et tu t’es comportée avec un courage incomparable après une catastrophe tellement injuste. Tu as rempli le cœur de nous tous de fierté grâce à ton courage, de ton sens de la maternité, ton judaïsme. Je te le dis avec le cœur ému et en peine, et je suis si fier de toi ” a conclu le Président.

L’opération effectuée, dimanche 2 juin 2013, dans un service spécialisé de l’hôpital Beilinson de Petah Tikva, est considérée comme un succès. L’enfant palestinien est encore hospitalisé mais sont état de santé est bon, et il rentrera chez lui dans les prochains jours.

Samir Ibhisd, le père de l’enfant arabe qui a reçu le rein de Noam, a déclaré avec émotion :

je n’ai pas assez de mots pour remercier la famille juive qui a sauvé la vie de mon fils“.

“Nous avons traversé de longues années de souffrances, quand mon fils était dialysé et que sa vie était en danger. Nous disons merci pour le don, et nous espérons qu’avec l’aide de D.ieu et grâce au nom de leur fils, qu’il soit de mémoire bénie, ces gens-là soient bénis et qu’ils aient la chance de mettre un autre enfant au monde” a ajouté Samir.

Pour la ministre de la Santé,Yael German, la décision “des parents de Noam est un geste noble, un exemple pour nous tous, un exemple d’Humanité”.

”A mes yeux les parents de Noam sont des gens bien et qui devraient tous nous inspirer” a ajouté la ministre de la Santé, quand elle a entendu parler de ce don.

“C’est justement au moment le plus dur de leur vie qu’ils ont transcendé tous leurs sentiments et ont pris une décision pas facile, confier la vie de Noam à un enfant palestinien. Leur don est une source de fierté et un exemple pour l’Humanité, et ça fait du bien au cœur” a conclut la ministre Yael German.

Voilà une nouvelle vie dans l’ombre d’une terrible tragédie. En mourant, Noam Naor, 3 ans, a sauvé une vie palestinienne grâce à la générosité de ses parents qui sont pourtant en plein deuil de leur enfant. La greffe sur l’enfant arabe, qui n’est pas la première ni la dernière dans l’État Juif ne sera pas rapportée dans les médias arabes pour ne pas déranger les idées reçues sur les « méchants  sionistes » ! Seules les médias arabophones israéliens ont rapporté cette nouvelle émouvante.

Souhail Ftouh

Source : http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4387106,00.html


L’enfant palestinien qui a reçu une greffe d’un enfant juif, à coté de son père

en fant palo

Noam Naor,le jeune enfant juif décédé
enfant juif décédé

One Response to “Un enfant palestinien reçoit une greffe d’un enfant juif, avec l’encouragement personnel du Président israélien”
  1. gilberty says:

    Esperant que vous n avez pas greffé un futur terroriste , qui demain vous fera sauter un bus avec des enfants israeliens a l interieur .

  2.  
Leave a Reply

*