Un téléphérique de 1,4 km reliant Jérusalem-Ouest à la Vieille ville sainte, pour 2021

Le ministre israélien du Tourisme, Yariv Levin, a donné son feu vert à un investissement de 56 millions de dollars (43 millions d’euros) pour un projet de téléphérique reliant Jérusalem-Ouest à la Vieille ville, située à Jérusalem-Est.

Ce projet de téléphérique « va changer la face de Jérusalem en offrant aux touristes et visiteurs un accès confortable au Mur des Lamentations », dans la vieille ville, a affirmé M. Levin.

Longue de 1,4 km, cette ligne partira de la partie ouest de Jérusalem pour rejoindre le Mont des Oliviers, à Jérusalem-est, puis la porte des Immondices, à l’entrée de la Vieille ville, porte la plus proche du mur des Lamentations. « La plus grande partie de son itinéraire passera par des terres domaniales », a ajouté le ministre sans donner d’autres détails.

Le téléphérique disposera d’une station dans le quartier arabe de Silwan, dans la partie Est de la capitale, a annoncé le maire de Jérusalem Nir Barkat.

Selon les plans publiés par la municipalité, le téléphérique desservira cinq arrêts: tout d’abord le sud de Jérusalem puis le “Centre Kedem”, qui appartient à l’organisation de droite Elad, l’hôtel des 7 Arches sur le mont des Oliviers, les églises de Gethsémani, près de la porte des Lions, à l’entrée de la Vieille ville et la piscine de Siloé, en plein cœur du quartier de Silwan, à 500 mètres du centre Kedem.

 

Cette initiative de la municipalité de Jérusalem vise à connecter les différentes parties de la ville et améliorer l’accès aux lieux saints pour tous, Juifs, Musulmans, Chrétiens, résidents, touristes ou pèlerins…

Le téléphérique aura aussi un impact en termes de décongestion du trafic automobile aux abords de la Vieille ville.

L’actuel maire de Jérusalem travaille depuis plusieurs années sur le projet de téléphérique, qu’il considère comme une solution idéale pour améliorer l’accès aux nombreux sites touristiques de la ville. Selon lui et les initiateurs du projet, le téléphérique doit permettre de réduire considérablement l’utilisation des voitures et des autobus, et donc les embouteillages et la pollution.

Le gouvernement avait approuvé l’an dernier la première phase du projet. Cette ligne comprendra quatre stations et pourra transporter 3.000 personnes par heure dans chaque sens, à une vitesse de 21 km/h, selon une estimation du ministère du Tourisme. Elle devrait être opérationnelle en 2021.

Le téléphérique circulera presque entièrement dans la partie Est de la ville, près du Mont du Temple et de divers lieux saints chrétiens. Il y a environ 18 mois, la société française Safege s’était retirée du projet, apparemment suite à une demande de l’Autorité palestinienne formulée auprès du gouvernement français

Selon le site de Meyer Habib (député) : « Sous la pression de Bercy et du Quai d’Orsay, les entreprises françaises, en particulier Suez Environnement, qui étaient pourtant favorites pour l’obtention du marché, ont été contraintes de se désengager du projet de téléphérique à Jérusalem.»

Le téléphérique sera un atout économique et touristique mais servira également des objectifs idéologiques.

“Je veux permettre aux Juifs et aux non-Juifs de vivre cette expérience. Toute personne qui veut plonger [dans la piscine de de Siloam], et ensuite visiter le Mont du Temple, toute personne qui fera ça, saura exactement à qui appartient cette ville”, a déclaré le maire de la capitale.

Souhail Ftouh