Une décision courageuse : Israël va expulser l’UNRWA de la capitale

 

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a déclaré qu’il ferait pression pour expulser l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens de la capitale, au milieu d’une campagne israélienne et américaine visant à marginaliser cette instance. Barkat n’a pas indiqué quand il comptait appliquer sa décision.

M. Barkat a accusé l’Office de secours et de travaux de l’ONU d’avoir négligé les personnes dont il s’occupait et d’avoir encouragé les activités terroristes.

Il a dit avoir chargé les responsables municipaux de préparer un projet de remplacement de toutes les fonctions de l’UNRWA par des services municipaux et qu’il présenterait le projet au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Son intervention est intervenue après que, vendredi, l’administration Trump a annoncé qu’elle réduisait de près de 300 millions de dollars le financement prévu pour l’UNRWA et a déclaré qu’elle ne financerait plus l’agence après des décennies de soutien. Au lieu de cela, les États-Unis ont indiqué qu’ils chercheraient d’autres moyens de venir en aide aux Palestiniens.

« Supprimer l’UNRWA réduira l’incitation à la haine et le terrorisme, améliorera les services aux résidents, augmentera l’israélisation de l’est de la ville et contribuera à la souveraineté et à l’unité de Jérusalem », a déclaré M. Barkat lors d’une conférence organisée par la chaîne d’information Hadashot TV.

« L’UNRWA est une entité étrangère et inutile qui a complètement échoué, et j’ai l’intention de la faire quitter Jérusalem », a-t-il ajouté. « Tout ce que fait l’UNRWA est mauvais et est un échec. »

Selon Barkat, les écoles gérées par l’UNRWA sont une source d’incitation à la haine contre Israël, « les conditions sanitaires sous leur responsabilité se détériorent, leurs services sociaux n’offrent aucun espoir aux résidents et les gens sont très peu satisfaits d’eux ».

Depuis 1965, l’UNRWA est responsable des résidents du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est, qui sont aujourd’hui au nombre de 30 000 environ.

« L’approche de l’UNRWA à l’égard des résidents en tant que réfugiés bloque leur développement et n’est plus pertinente », a ajouté M. Barkat, faisant allusion à la définition large et très critiquée des réfugiés par l’agence, qui s’étend aux descendants des Palestiniens qui ont fui ou ont été expulsés pendant la guerre d’indépendance de 1948.

« Il est temps de cesser de les considérer comme des réfugiés et de les traiter comme des résidents et les réinsérer », a-t-il souligné. « Nous allons fermer leurs écoles et leur redonner de l’espoir en scolarisant les élèves dans les écoles israéliennes de la ville, nous allons mettre fin à l’incitation à la haine, et nous remplacerons leurs services sociaux qui ont échoué par notre programme.

« Partout où la municipalité est impliquée, la population arabe est plus satisfaite et moins violente. »

Hanan Ashrawi, haut fonctionnaire de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), s’est élevée contre la promesse de Barkat de bannir l’UNRWA de Jérusalem.

« La promesse de Barkat d’expulser l’UNRWA de Jérusalem occupée et de fermer ses services et programmes est arrogante et scandaleuse », a déclaré Ashrawi dans un communiqué. « Israël est responsable de la création du problème des réfugiés palestiniens et n’a pas le droit de modifier le mandat, les devoirs et les responsabilités de l’UNRWA tels que définis par les Nations Unies ».

Souhail Ftouh