| More

Un groupe de députés de la Knesset a réussi à bloquer ce week-end une résolution à Belgrade, qui aurait permis à l’Autorité palestinienne et au gouvernement libanais appuyé par le Hezbollah, d’adhérer à l’OSCE (l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe). L’OSCE est la plus grande organisation sécuritaire régionale au monde. Elle compte 56 Etats membres d’Europe, d’Asie centrale et d’Amérique du Nord, et 6 partenaires méditerranéens, y compris Israël.

Londres et Paris soutenaient la proposition belge d’ouvrir la porte à l’Autorité palestinienne et au Liban, mais la délégation israélienne conduite par le député Kadima, Shaï Hermesh, a fait barrage, à 22 voix contre 18, avec l’aide du Canada, des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la Russie et de la République tchèque. Lors de son allocution, M. Hermesh a indiqué que l’adhésion de l’Autorité palestinienne serait prématurée et pourrait nuire au processus de paix, tandis qu’accepter l’entrée du Liban signifierait accueillir un Etat soutenant le terrorisme.

La décision d’Israel de bloquer l’adhésion de l’Autorité palestinienne à l’OSCE est judicieuse. Des responsables de l’Autorité palestinienne œuvrent sur la scène internationale pour demander à l’ONU de reconnaître officiellement un État palestinien lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies, en Septembre 2011.

L’AP n’a jamais pourtant transigé sur son objectif d’éliminer Israël, comme le montre de toute évidence la documentation rassemblée par le Palestinian Media Watch. Les palestiniens ne veulent absolument pas d’un Etat qui n’absorberait pas Israël.

Les initiatives unilatérales palestiniennes sur le projet de création de facto d’un Etat ne feront que compromettre la confiance des parties. Israël mène actuellement une vaste campagne contre la démarche des palestiniens qui veulent demander l’adhésion de leur État à l’ONU.

Dans une interview accordée à Kol Israël, le 23 juin 2011, le nouvel ambassadeur d’Israël à l’ONU Ron Prossor a affirmé qu’il “fallait agir pour mobiliser une minorité morale” au sein de l’ONU, contre une reconnaissance unilatérale d’un État palestinien. “Nous nous adressons aux pays pour leur expliquer que toute décision unilatérale ne peut que déboucher sur la violence”, a affirmé le diplomate. “On nous écoute plus attentivement”, a ajouté M. Prossor.

Quant à la décison de bloquee du Liban à l’OSCE elle est justifié par le fait que le Liban soit partie de la Grande république islamique dirigée par le Guide d´Iran. Le nouveau gouvernement libanais à majorité Hezbollah, dirigé par le Premier ministre Najib Mikati, est complètement controlé par Nassrallah.

Depuis son coup d’Etat réussi en 2008, le Hezbollah (bras militaire de l’expansionnisme de la Révolution iranienne) a détenu le pouvoir de veto contre toutes les décisions du gouvernement.

Naturellement, il n’était pas admissible de laisser le gouvernement libanais appuyé par le Hezbollah, d’adhérer à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Israël ne pourra pas tolérer que ces valeureux combattants siègent dans la plus grande organisation sécuritaire régionale au monde. C’est très grave non seulement pour Israël mais aussi pour le monde entier qui observe la descente aux enfers du Liban.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*