| More

fille_musulmane_drapeau_israël

Les femmes musulmanes en Israël sont plus heureuses que celles qui vivent dans les pays islamiques

Pour ceux qui cherchent systématiquement à délégitimer l’État d’Israël en dénonçant un soi-disant “apartheid” virtuel, les témoignages des responsables du culte musulman en visite en France, cette semaine, montrent bien qu’ils sont heureux dans un État à majorité juive. Cela mérite d’être diffusés ,car Israël n’est pas un pays religieux raciste à l’image de l’Arabie Saoudite.

Du 3 au 10 avril  2013 une délégation d’imams israéliens était en visite successivement à Paris, en Seine Saint-Denis, à Toulouse et enfin à Marseille. Une visite qualifiée d’historique, car c’était la première fois que venaient dans des représentants officiels de l’importante minorité arabe d’Israël, soit 20 % de la population. Ces citoyens israéliens venaient sous l’égide du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

Cette délégation est composée de cinq imams : Cheikh Slimane Saad Satel (mosquée Al Nuzha, Jaffa), Cheikh Rashad Abou Alhija (mosquée Jarini, Haïfa), Cheikh Djamal Al-Oubra (mosquée Al-Nour, Rahat), Cheikh Omar Kial (mosquée Bilal, Jdeida, nord d’Israël) et Cheik Mohamad Halil Kiwan (mosquée de Majd El Kouroum, nord d’Israël). 

Ils étaient invités à l’initiative de la “Conférence des imams de France” présidée par Hassen Chalghoumi, l’ imam de Drancy et plusieurs Musulmans français, membres de son association et d’origines les plus diverses – africains, mauricien, maghrébins et même afghan ! En novembre 2012, Chalghoumi était aussi en Israël à la tété d’une délégation similaire d’imams français à Tel-Aviv.

L’Ambassade d’Israël à Paris a décrit dans un communiqué : “Historique et symbolique, cette visite s’inscrit dans une volonté de rapprochement entre les communautés et cette délégation se veut être le témoin d’une coexistence qu’ils souhaitent pacifique.”  Ils ont été reçus par l’ambassadeur d’Israël en France, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) et le Quai d’Orsay.

Le site “Israël cool” a publié même un reportage inédit , où l’on voit des membres de la délégation du culte musulman en Israël faire une prière, dans une des pièces dans la résidence de l’Ambassadeur d’Israël à Paris

Porteurs d’un message de paix et de tolérance pour les communautés juives et musulmanes de France, les imams ont tenu à rappeler la pleine liberté de culte dont ils bénéficient en Israël en soulignant l’aide de l’État Juif dans l’organisation des cultes, en particulier pour le culte musulman, dont les imams sont rémunérés par Israël.

Mosque of Nabi Saeen in Nazareth
Mosquée du Nabi Saeen à Nazareth, Israël

Tous les membres de la délégation musulmane israélienne ont parlé de la localité dont ils étaient originaires, et de la parfaite liberté de culte dont bénéficient les citoyens musulmans dans l’État d’Israël.

Le Cheikh Mohamed Ali Kiwan a évoqué la dimension plurielle de son travail, puisqu’il est un conférencier, diplômé en dialogue inter religieux. Le Cheikh Al-Oubra a évoqué sa ville de Rahat – où vivent 60000 Bédouins -, et les 120 mosquées du sud du pays. Le Cheikh Kayal a évoqué son travail avec la direction des cultes au sein du gouvernement israélien, qui a permis d’améliorer la condition des imams.
 

Habitant des villes “mixtes” où vivent des Israéliens de différentes religions, Cheikh Slimane Saad Satel de Jaffa et Cheikh Rashad Abou Alhija de Haïfa, ont dit combien la coexistence entre communautés était une chose tout à fait naturelle chez eux. Ainsi, par exemple, à Haïfa où vivent 200.000 Juifs, 15.000 Chrétiens et 15.000 Musulmans, le Ramadan est l’occasion de recevoir Prêtres et Rabbins. À Jaffa vivent 20.000 Arabes (sont 5.000 chrétiens) et 40.000 Juifs : et il y a des écoles religieuses, privées, ou mixtes où se retrouvent tous les enfants. Un groupe dédié au dialogue a été créé, il organise des manifestations pour rapprocher les différentes communautés.

Deux fonctionnaires accompagnaient la délégation des responsables du culte musulman. 

Yaakob Salamee est le directeur des affaires cultuelles pour toutes les minorités du pays. Il a donc autorité sur 400 agents de l’État; dont 340 employés musulmans – des imams donc, payés par l’Etat d’Israël, alors que en France l’Etat ne reconnaît ni ne finance aucune religion. 55 employés s’occupent du culte druze. Mais la surprise fut justement de découvrir que ce haut fonctionnaire était… druze lui-même, comme 126.000 citoyens israéliens et habitants du Plateau du Golan.

Autre Druze, responsable lui au ministère des Affaires étrangères; Bahig Mansur. Il a prononcé des paroles très fortes, disant que les Druzes étaient le “ciment de l’État d’Israël”. Il a rendu hommage à Richard Prasquier, Président du CRIF. Un hommage a aussi été rendu aussi à l’American Jewish Committee et au Rabbin David Rosen,en Israël, pour le développement d’un dialogue inter religieux dans le pays.

Les Imams, citoyens israéliens, représentants quelques centaines de milliers de musulmans de tout le pays, ont passé une semaine pour tenter de bâtir un pont entre les musulmans de France et ceux d’Israël avec comme objectif commun, de rapprocher les deux communautés, toutes deux minoritaires dans leur pays.

Selon le Cheikh Slimane Saad Satel, avocat et Imam de la Mosquée Al Nuzha à Jaffa : “Nous venons exposer aux musulmans de France notre quotidien en Israël” avant d’ajouter : “Ils [les musulmans de France] ignorent que nous sommes des citoyens israéliens heureux de profiter d’une liberté totale”

Quelques paroles fortes entendues, dites par les différents membres de cette délégation des responsables du culte musulman :
“Nous disons aux extrémistes, vous ne gagnerez jamais” ; “chez nous, les femmes musulmanes s’habillent comme elles veulent” ; “il y a des Musulmans qui ont des positions importantes dans tous les ministères” ; “dans le Coran, il est dit que tous les hommes sont fils d’Adam”.

Il faut rappeler que cette visite est très critiquée de la part des plus milieux radicaux des arabes de France qui cherchent à importer le conflit du Proche -Orient en France malgré les innombrables agressions et attaques antisémites- dont ils sont responsables- qu’a connu le pays.

Ftouh Souhail

Peres-et-Chalgoumi
L’imam Hassen Chalghoumi,en novembre 2012, échangeait quelques paroles avec le Président israélien

Leave a Reply

*