Mardi 12 novembre 2019, les philanthropes milliardaires Joan et Sandy Weill, de la Weill Family Foundation, ont annoncé dans un communiqué qu’ils allaient verser 106 millions de dollars en faveur d’un programme de recherche, le Weill Neurohub.

Celui-ci sera mené par trois universités américaines : l’UC Berkeley, l’UC San Francisco, et l’Université de Washington.

L’initiative des milliardaires Joan et Sandy Weill vise à financer la recherche sur des maladies neurologiques comme l’épilepsie et Alzheimer.

Le projet aura pour but de trouver des traitements pour des troubles du cerveau, comme l’épilepsie et la maladie d’Alzheimer.

Le Weill Neurohub rassemblera et liera ainsi les travaux de recherche et de collecte des données des trois institutions, a rapporté le San Francisco Chronicle.

« Comment étudie-t-on 110 milliards de cellules, chacune connectée à
50 000 autres ? Et modifiées par l’environnement, modifiées par la génétique et influencées par notre microbiome
? », s’interroge Stephen Hauser, neurologue qui va co-diriger le nouveau Weill Neurohub, et qui entend répondre à ces questions.

« Si nous pouvons associer nos efforts, de grandes choses pourraient se produire, beaucoup plus que ce que nous pourrions faire séparément », a-t-il ajouté.

La neurologie est un domaine encore peu connu. Encore aujourd’hui, certaines maladies, comme Alzheimer, ne bénéficient d’aucun traitement, malgré des années de recherche.

Ehud Isacoff, neuroscientifique de l’université de Berkeley, qui co-dirigera le Weill Neurohub avec Hauser, estime que la recherche a besoin d’ingénieurs qui inventeront de nouvelles techniques visant à scanner le cerveau en haute définition, d’informaticiens pour collecter et analyser le volume considérable de données qui peuvent être collectés du système nerveux central et des experts en génétique afin de développer des techniques de réparation des gènes endommagés.

« Nous avons besoin de visualiser les choses comme nous ne l’avons jamais fait auparavant, d’analyser des niveaux de détail et de faire des comparaisons mathématiques qui n’étaient pas possibles auparavant », explique Isacoff.

Le don de la Fondation de la famille Weill fait suite à celui de 185 millions des Weill à l’université de San Francisco il y a trois ans. Il a permis d’établir l’Institut Weill pour les neurosciences sur le campus Mission Bay de l’université.

« À l’UCSF, ils font beaucoup d’essais cliniques, et à Berkeley, ils n’ont pas les gens pour faire cela, mais ils ont l’expertise en informatique, en ingénierie et en imagerie en big data », a déclaré Sandy Weill.

Les Weill ont ensuite estimé que l’expertise de l’université de Washington en matière de neurosciences et de troubles du cerveau – en particulier la maladie d’Alzheimer – irait de pair avec les travaux des deux autres universités.

En septembre dernier Les Weill ont fait un don de 5 millions de dollars par la Fondation de la famille Joan et Sanford Weill à la Gerald R. Ford School of Public Policy de l’Université du Michigan pour contribuer à renforcer l’éducation et à créer des possibilités d’emploi pour les jeunes défavorisés et sous-représentés à Detroit.

La moitié de l’argent servira à créer un fonds pour la jeunesse qui servira à soutenir des collaborations avec NAF, une organisation nationale à but non lucratif qui aide l’enseignement secondaire public à créer des opportunités pour les jeunes de Detroit et des communautés environnantes.

L’autre moitié mettra en place le Weill Scholars Fund, qui fournira un soutien pour les frais de scolarité et des bourses aux étudiants diplômés de la Ford School issus de milieux défavorisés sur le plan socio-économique et déterminés à promouvoir la diversité des politiques publiques.

Sandy Weill, financier et philanthrope est un banquier américain. Il a été dirigeant de la banque Citigroup jusqu’en 2006.En 2001, il est élu directeur de la Federal Reserve Bank of New York.

Sandy Weill est né à Brooklyn ; ses deux parents, Max Weill et Etta Kalika, sont des immigrants polonais juifs. Il s’est marié avec Joan Mosher en 1955 et a deux enfants. Il a fait ses études supérieures à l’Université Cornell.


Souhail Ftouh