| More

sy11

Observer et évaluer la menace et y faire face le moment choisi pour réagir , c’est l’attitude suivie actuellement par les experts militaires israéliens.

Pendant que tout le monde a les yeux tournés vers l’ Égypte Israël est bien plus inquiet des armes conventionnelles avancées qui sont en Syrie

Tsahal aurait détruit des missiles supersonique sophistiqués de fabrication russe (des missiles anti-navires) dans une base navale syrienne.

Qassem Saadeddine, porte-parole du Conseil militaire suprême de l’Armée syrienne libre (ASL, rebelle), a déclaré qu’une frappe avant l’aube, le 5 juillet 2013, a détruit une patrie de la caserne marine syrienne de Safira, près de Lattaquié.

Le réseau de renseignement aurait identifié des missiles Yakhonts, fournis en 2010 par la Russie. Les rebelles décrivent l’attaque comme d’énormes explosions.

Jérusalem n’a pas confirmé ou infirmé les informations ;  L’armée israélienne et le bureau du premier ministre n’ont fait aucun commentaire. Et le gouvernement syrien n’a pas pipé mot non plus.

Le chef d’état-major Benny Gantz n’a pas aussi commenté l’information.

Néanmoins interrogé sur les explosions Lattaquié, le nouveau ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon a déclaré: « Nous avons fixé des lignes rouges en ce qui concerne nos propres intérêts, et nous nous y maintenons. »

La caserne marine syrienne de Safira, est un site stratégique où sont stocké les missiles supersoniques russes de conception soviétique à l’origine : le Yakhont (encore nommé SS-N-26 ou 3M55 Oniks)

Le Yakhont fait parti d’un complexe mobile de défense anti-navires baptisé  «  Bastion-P  » qui comprend des transporteurs-lanceurs ( Transport Erector launcher ] des véhicules de ravitaillement, des véhicules de commandement et un radar.

La taille du Yakhont (deux fois le Harpoon ou l’Exocet) a une vitesse de deux fois la vitesse du son. Il a une portée de 300 km et pouvaient transporter une charge explosive de 200 kg,de quoi faire des dégâts considérables. Ces missiles devraient être déployés pour protéger la futur base navale Russe de Tartous.
 

Ces missiles étaient un danger sur les navires de la marine israélienne au cas où ils seraient transférés par la Syrie au Hezbollah. Ce missile anti-navires moyenne portée,avait coulé un bâtiment de guerre de gros tonnage lors d’un conflit : ”la corvette israélienne Eilat” pendant la guerre des 6 jours.

Les premières études de ce célèbre missile datent des années50, mais il aura connu  de nombreuses évolutions.
En septembre 2010, Israël avait dénoncé la vente par Moscou de missiles de croisière Yakhont P-800 à la Syrie dans le cadre d’un contrat qui avait été conclu en 2007.

Les fonctionnaires de sécurité israéliens craignent que si le Hezbollah mettent la main sur des Yakhont , cela changerait l’équilibre des forces dans la région et entraverait fortement la capacité d’Israël à mener des sorties aériennes au Liban.

Israël s’inquiète régulièrement des ventes d’armes russes à ses ennemis régionaux, en particulier l’Iran et la Syrie. Les ventes d’armes russes à la Syrie, qui entretient des liens étroits avec l’Iran, inquiètent aussi les États-Unis qui redoutent que celles-ci soient transférées au Hezbollah libanais. Le gouvernement israélien a aussi dénoncé à plusieurs reprises différents aspects de la coopération syro-iranienne notamment dans le domaine de l’armement conventionnel.

Les opposants syriens dévoilent régulièrement les lignes de la défense anti-aérienne du régime. Leur informations sont analysés de sorte à pouvoir viser les placements des défenses aériennes syriennes – spécifiquement de conception soviétique ; S-25, S-75, S-125 et des missiles S-200 ou encore 2K12. Des missiles sol-air qu’il faudrait absolument détruire avant d’envisager toute zone d’exclusion aérienne.

En janvier 2013,une frappe aérienne menée par l’aviation israélienne près de la frontière libano-syrienne mardi, a ciblé une cargaison de missiles anti-aériens à destination du Hezbollah. Israël avait fait des plans dans les jours qui ont précédé le raid aérien, afin de détruire les missiles russes SA-17 des missiles stratégiques qu’Israël n’est pas prêts à laisser au Hezbollah. Selon les évaluations israéliennes, Damas a obtenu une batterie de SA-17 en provenance de Russie après un raid aérien en 2007, qui aurait détruit un réacteur nucléaire syrien inachevé.

Le 4 mai 2013 Tsahal avait attaqué, à trois reprises, des stocks d’armes en Syrie prévu pour le Hezbollah. Une unité de F16, de  l’armée de l’air, a bombardé une seconde livraison de missiles  au Hezbollah  transportant des missiles dans la ville de Damas. L’attaque israélienne aurait visée un convoi de missiles SA 17.

L’État hébreu ne laisse rien échapper à son regard mais en revanche ne communique rien sur ses capacités à faire face à toutes les menaces, car il y’ en a des menaces de tous genres.

Le général Eyal Eisenberg a dit il y a quelques semaines encore que «L’armée israélienne suit les développements à la frontière nord. Nous serons prêts, et nous saurons réagir comme il le faut», a-t-il assuré.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*