Une grande firme israélienne de robotique médicale vendue pour 1,3 milliard d’euros !

L’entreprise américano-irlandaise  Medtronic a acheté une firme israélienne, de renommé dans le monde médical, Mazor Robotics Ltd  qui est spécialisée dans la technologie robotique et qui assiste les chirurgiens pour des opérations très précises.

 

Mazor Robotics Ltd., une entreprise israélienne qui développe des systèmes robotiques médicaux, a annoncé qu’elle était rachetée par Medtronic, une entreprise américano-irlandaise spécialisée dans le matériel médical, pour la somme de 1,3 milliard d’euros, la plus grosse « sortie » de l’histoire pour une entreprise israélienne de la biotechnologie.

L’entreprise américano-irlandaise a promis de poursuivre le développement de la technologie robotique israélienne qui assiste les chirurgiens. Les actions de l’entreprise israélienne sont montées en flèches depuis cette annonce, selon les données du site bloomerg 

Mazor Robotics est une société israélienne de dispositifs médicaux et fabricant d’un système de guidage robotique pour la chirurgie du rachis. Les chirurgiens qui utilisent Mazor Robotics Renaissance se spécialisent généralement en chirurgie orthopédique ou en neurochirurgie. Les robots sont aussi utilisés aussi pour des interventions chirurgicales en urologie et en gynécologie, mais aussi pour des opérations au foie, aux reins ainsi qu’en chirurgie bariatrique.

Ofir Akunis, le ministre israélien de la Science s’est félicité de la nouvelle qualifiant la vente d’ “énorme réussite pour l’entreprise, et une source de fierté pour Israël”.

Medtronic a commencé à investir dans Mazor en 2016.

Medtronic possédait auparavant 11 % des actions de Mazor, qui propose notamment dans sa gamme de produits différents logiciels offrant des services d’analyse d’images et de reconnaissance anatomique assistée par ordinateur. La technologie permet de préparer à l’avance une opération et aide les chirurgiens à réaliser des interventions de la colonne vertébrale.

L’année dernière, Mazor, qui a été fondé en 2001, a reçu l’autorisation de l’Administration américaine de l’Alimentation et du Médicament (FDA) d’utiliser le programme informatique Mazor X Align pour assister des chirurgiens à rectifier des déformations de la colonne vertébrale. Medtronic était déjà l’unique distributeur du programme informatique en vertu d’un accord entre les deux entreprises.

« Nous pensons que les opérations assistées par ordinateur sont le futur de la chirurgie de la colonne vertébrale. Nous voulons fournir aux chirurgiens une capacité plus précise, plus fiable et mieux contrôlée pour réaliser ces opérations complexes », a déclaré Geoff Martha, vice-présidente exécutive de Medtronic et chef du Groupe des Thérapies Réparatrices de l’entreprise.

« Medtronic cherche à accélérer l’adoption de chirurgies assistées par des robots et à transformer les soins de la colonne vertébrale à travers des solutions pour des opérations qui intègrent des implants, la biologie et des technologies d’assistance aux personnes ».

Martha a déclaré à Bloomberg que la technologie de Mazor « améliore les résultats de la chirurgie de la colonne vertébrale et réduit les risques. Quand nous avons compris que c’était le futur, nous savions que nous devions l’intégrer toute cette technologie ».

Martha a expliqué que Medtronic cherchait à agrandir les opérations de Mazor en Israël.

« Avec l’acquisition de Mazor, nous ajoutons des systèmes d’assistance robotique à notre gamme de produits. Nous avons l’intention de continuer à améliorer la démarche innovative de Mazor dans le domaine des robots chirurgicaux avec le site et l’équipe en Israël comme base pour un développement futur ».

« Aujourd’hui est un jour historique pour la chirurgie de la colonne vertébrale et un événement important pour l’évolution du marché. Je veux remercier tous ceux dont la contribution et la foi ont été si importants pour notre succès », a déclaré Ori Hadomi, PDG de Mazor Robotics dans un communiqué.

« L’équipe de Mazor et l’intégration complète de la gamme de produits dans Medtronic va renforcer notre impact mondial grâce aux réseaux de Medtronic. Cela nous confortera dans notre position de leader dans le marché pour nos systèmes et constituera une étape importante dans la mise en place de notre vision : soigner grâce à l’innovation ».

Le domaine de la santé n’échappe pas à l’avènement de la robotique.

Les chirurgiens pourraient bientôt être assistés de machines plus agiles et précises que la main d’un chirurgien, croit Ori Hadomi, PDG de Mazor Robotics.

La compagnie  israélienne a facilité le mode du travail. Certaines chirurgies sont si compliquées qu’elles requièrent la présence de deux chirurgiens et trois infirmières. Les technologies  israéliennes  permettent aux chirurgiens de faire ce type d’intervention seuls. La robotique permettra également d’offrir de meilleurs soins aux patients en permettant des interventions non invasives. Des opérations qui nécessitent d’importantes incisions aujourd’hui seront réalisées en passant par les voies naturelles du corps humain.

La robotique permet aussi une précision inégalée. On a tous des mains et des poignets, mais nous avons des limites dans leurs mouvements. Peu importe les outils utilisés par les chirurgiens, ces outils sont limités par les propres limites corporelles des médecins. La robotique peut repousser ces limites.

Les avantages du robot chirurgien

  • Permet d’éviter plusieurs opérations ouvertes (le robot permet d’opérer de façon peu invasive des cas qui seraient sinon inopérables de cette façon)
  • Douleur moindre pour le patient
  • Pertes de sang moindres
  • Temps d’hospitalisation réduit
  • Le chirurgien voit mieux ce qu’il fait qu’avec la laparoscopie conventionnelle (insertion d’une caméra par une ouverture du corps)
  • Permet aux hôpitaux d’attirer et de retenir des chirurgiens de haut niveau

Selon une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) La robotique et toute nouvelle technologie ne sont pas abordables dans les premières années. Un problème frustrant que doivent résoudre les compagnies. L’implantation de ces nouvelles technologies n’est pas simple. Il y a une barrière psychologique. Les patients sont souvent réticents à accepter que le chirurgien soit assisté par un robot.

Souhail Ftouh