| More

 

Dans le monde, des millions de personnes vivent avec une déficience auditive, dont une vaste majorité dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où elles n’ont souvent pas accès à des services de soins appropriés pour l’oreille et l’audition. Plus de 360 millions de personnes sont concernées dans le monde, dont 32 millions d’enfants et près de 180 millions de personnes âgées.

La 70ème Assemblée mondiale de la santé de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui s’est tenue le 31 mai 2017 a consacré une résolution au thème « Prévention de la surdité et de la déficience auditive »

L’excellence de la recherche  israélienne dans le domaine

Des scientifiques de l’Université de Tel Aviv et l’Institut Weizmann e débloquent une partie vitale du puzzle sur les causes de la surdité. Ils ont fait un pas de plus lorsqu’ils ont cartographié un certain type d’ARN (une molécule essentielle au codage et à l’expression des gènes ) qui existe à proximité des gènes liés à l’audition.

Les molécules en question sont appelées “longs ARN non codants” (ARNnc en abrégé). Comme leur nom l’indique, les ARN non codants ne «codent» pas pour les protéines dans le corps, mais agissent comme des molécules régulatrices et peuvent avoir un impact important sur l’endroit où dans le corps et pendant le développement ou l’âge adulte les gènes sont exprimés. Autant que 98 pour cent du génome humain se compose de ces molécules non codantes.

Les ARNnc ont été liés à un large éventail de maladies et d’affections héréditaires telles que la maladie cœliaque et le cancer. La nouvelle étude, qui a été publiée dans des rapports scientifiques la semaine dernière, décrit comment les chercheurs ont effectué un «séquençage de nouvelle génération» sur un modèle de surdité humaine pour identifier les ARNnc qui fonctionnent dans l’oreille interne.

Les chercheurs ont catalogué plus de 3 000 ARNnc ayant des profils d’expression à travers le système auditif.

L’équipe a ensuite concentré son attention sur seulement trois ARNnc – ceux qui étaient les plus proches des gènes liés à l’audition et à la surdité. Parce que ces “ARNnc sont situés à côté des gènes de la surdité, [ils suggèrent] qu’ils dirigent et régulent ces gènes», a déclaré la professeure Karen Avraham, vice-doyenne de la faculté de médecine Sackler de l’Université de Tel Aviv.

La professeure Avraham  a dédié  sa carrière à la recherche dans l’audition depuis 35 ans.

L’étape suivante consistera à effectuer des expériences pour révéler les fonctions précises de ces ARNnc sur le tissu de l’oreille interne.

“Comment les changements dans ces parties héréditaires du génome contribuent-ils à la surdité?” demanda la professeure Avraham.

“Il y a un besoin de nouvelles approches et points d’entrée à la thérapie génique. En savoir plus sur la façon dont les gènes sont contrôlés peut aider à concevoir des stratégies et peut être un premier pas clé vers un remède potentiel. ”

Un endroit où la professeure Abraham veut se pencher est dans le voisinage.

“Les mutations récessives causant la maladie – et la surdité – continuent à prévaloir, en particulier dans les parties du monde où les mariages ont lieu entre des parents, comme au Moyen-Orient; c’est ce qu’on appelle la consanguinité», a déclaré la professeure Avraham dans un communiqué.

Bien que la science ait fait de grands progrès vers l’identification des causes de la surdité, “il y a encore un nombre considérable de cas de surdité héritée non résolus”, a  la professeure Avraham.

L’identification de parties du génome telles que les ARNnc peut aider à isoler des variants pathogènes ou des éléments régulateurs qui peuvent être à l’origine des troubles de l’audition et de l’équilibre chez l’humain”  a – telle ajouté.

Souhail Ftouh 

 

Leave a Reply

*