| More

Une petite société établie au Canada propose la tablette numérique la moins chère au monde destinée à brancher sur le net des millions de pauvres plutôt qu’à séduire les aficionados de l’iPad.

Datawind, une société dirigée par les frères canadiens d’origine indienne Suneet et Raja Singh Tuli, a fourni en octobre 100.000 tablettes “Aakash” (“ciel”, en hindi) au gouvernement indien dans le cadre d’un programme d’accès des étudiants aux technologies de l’information. Le coût de cette tablette est de 35 dollars! Elle a été conçue dans les locaux de l’entreprise à Montréal et produite en Inde.

Depuis ce premier contrat public, “Aakash” fait parler d’elle. Datawind lancera en mars une version améliorée, pour le grand public, de cette tablette, pour un peu plus de 50 dollars. “L’accueil est fantastique! Nous recevons environ 30’000 pré-commandes par jour. Nous avons déjà reçu trois millions de commandes individuelles”, affirme Suneet Singh Tuli.

La petite société enregistrée au Canada ne joue pas dans la cour des grands comme Apple (iPad), Samsung (Galaxy), voire Research in Motion, le fabricant du BlackBerry qui s’est cassé les dents avec sa PlayBook.

“Les gens qui achètent un iPad ont déjà un ordinateur portable, un ordinateur au bureau, un téléphone multifonctions et d’autres gadgets. Dans notre cas, les clients n’ont rien de tout ça et cherchent un premier appareil”, souligne M. Singh Tuli.

Alors, bien sûr, avec un prix pareil, il ne faut tout de même pas trop rêver .L’écran LCD, dont la diagonale atteint 7 pouces, offre une résolution de 800 par 480 et la mémoire interne ne dépasse pas 2GB mais, un lecteur de cartes SD permettra d’atteindre 32 GB au maximum

La tablette est clairement orientée vers du travail de petite bureautique : traitement de texte, surf léger sur le net (via Wifi et 3G), mail et prises de notes.

Les étudiants indiens bénéficieront même d’une réduction de 14 dollars grâce aux subventions de l’état. Enfin, l’état Indien va offrir gratuitement les 100 000 premiers modèles à sortir d’usine.

Après l’Inde, Datawind compte vendre ses tablettes en Thaïlande, en Egypte, au Brésil, et en Amérique latine, souligne M. Singh Tuli.

Ftouh souhail

Leave a Reply

*