Washington : la communauté juive américaine remercie le Roi Mohammed VI

 

La contribution de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à un projet de réhabilitation au Cap-Vert des cimetières des juifs originaires du Maroc a été hautement saluée lors d’une cérémonie organisée la semaine dernière à North Bethesda (État du Maryland), dans la proche banlieue de Washington DC.

La  communauté juive américaine, notamment celle d’origine marocaine, a rendu, le 11 mars 2018, un hommage sans commune mesure au Roi Mohammed VI pour sa sollicitude en faveur de la restauration et la préservation du patrimoine juif au Maroc, mais aussi à l’étranger.

Le Maroc est souvent cité un exemple de tolérance par la presse américaine.

Cette rencontre fut organisée par la synagogue séfarade de Magen David, avec le soutien des ambassades du Maroc et du Cap-Vert, en présence de nombreux diplomates et de membres de la communauté juive américaine pour mettre en exergue la contribution du Souverain marocain à un projet de réhabilitation au Cap-Vert des cimetières des juifs originaires du Maroc ayant émigré au Cap-Vert au XIXème siècle ; un geste du Roi Mohammed VI qui a été fortement salué par la nombreuse assistance.

C’est Carol Castiel, Présidente de l’ONG à but non lucratif « Cape Verde Jewish Heritage Project » (CVJFP) qui a été à l’origine du travail de mise en valeur de l’existence de juifs d’origine marocaine au Cap-Vert.

 

En effet, plusieurs centaines de juifs du Maroc, originaires de Tanger, Tétouan, Rabat et Mogador ont immigré au Cap-Vert, qui était une colonie portugaise. Beaucoup passèrent d’abord par Gibraltar.

Madame Carol Castiel a, d’ailleurs, déclaré que « Sans cette contribution en 2011, ce projet n’aurait jamais pu voir le jour », mettant en avant « le leadership de Sa Majesté le Roi et les actions mises en œuvre par le Souverain afin d’honorer le patrimoine juif marocain dans un pays catholique ».

Mme Castiel a, par ailleurs, rappelé qu’en juin 2015, une délégation de juifs du Cap-Vert avait effectué un voyage dans le pays de leurs ancêtres, le Maroc, à l’initiative du ministère des Marocains résidents à l’étranger et des affaires de la migration, exprimant son admiration de l’accueil chaleureux qui leur été réservé. Elle a également mis en avant la contribution des chercheurs marocains, notamment l’historien Mohamed Kenbib, au travail de recherche sur la mémoire des juifs du Cap-Vert.

M. Larbi Miki, l’ambassadeur marocain au Cap-Vert- à la Synagogue Magen David Congrégation Séfarade.

La cérémonie, tenue en présence de plusieurs diplomates de pays lusophones dont l’Ambassadeur du Cap-Vert, Carlos Wahnon Veiga, lui-même descendant de juifs marocains, a été agrémenté par des chants interprétés par Gardiena Benros, qui a emmené l’assistance dans son Cap-Vert natal, ponctuant les moments musicaux par des récits de son propre cheminement en tant qu’artiste dépositaire d’une grande tradition musicale transmise par sa grand-mère.

La soirée s’est conclue magnifiquement avec la célèbre chanteuse vocaliste cap-verdienne Gardenia Benros, accompagnée par Claude, un percussionniste d’origine casablancaise, qui s’est même essayée à des rythmes typiquement marocains, ce qui lui a valu une standing ovation de l’assistance.

 La chanteuse cap-verdienne Gardenia Benros, dans la Congrégation des Sépharades Magen David.

 

Souhail Ftouh