| More

La cour de Téhéran a confirmé la condamnation à mort pour Youcef Nadarkhani. Ce pasteur iranien peut être exécuté à tout moment.

A quatre reprises, les juges lui ont demandé de renier sa foi et de revenir à l’islam. A chaque fois, il a refusé. La Cour Suprême iranienne, devant laquelle Youcef Nadarkhani comparaissait en appel, a donc maintenu le verdict de condamnation à mort.

Aujourd’hui, les audiences sont terminées et tous les recours sont épuisés. Youcef peut être exécuté à tout moment.

Youcef Nadarkhani est pasteur d’un mouvement d’églises de maisons, qui s’appelle l’Eglise d’Iran. Ce mouvement regroupe près de 400 chrétiens, presque tous sont d’origine musulmane.

En septembre 2010, selon la charia (loi islamique) il avait été condamné à mort par le tribunal de Rasht (nord de l’Iran) pour s’être converti au christianisme. Son avocat avait fait appel.

La communauté internationale s’est alors mobilisé pour obtenir son acquittement. Le 30 septembre 2011, la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton avait exprimé sa préoccupation quant au sort de Youcef.

Les Etats-Unis ont estimé que l’Iran ferait preuve «d’un mépris total» pour la liberté religieuse si les autorités exécutaient un pasteur iranien qui refuse de renier sa foi chrétienne pour l’islam. Ce dernier a été arrêté en 2009.

La France a aussi interpellé l’Etat iranien : « La condamnation de Youcef Nadarkhani constituerait une violation du Pacte international sur les droits civils et politiques auquel l’Iran a librement souscrit ainsi que de la Constitution iranienne qui garantit la liberté de religion et de croyance » a déclaré Bernard Valéro, porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Ces pressions diplomatiques embarrassent le régime iranien et le chef d’accusation a soudain été changé : Youcef n’est plus condamné à mort pour avoir quitté l’islam mais pour viol et extorsion.

Le régime mène une répression silencieuse contre les Chrétiens car le christianisme est devenu une religion refuge. De nombreux croyants iraniens changent de religion, déçus pour l’islam très intégriste des mollahs. La conversion est devenu la preuve de l’échec au régime auprès de la base croyante.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*