C’est un changement majeur que vient de connaître Ogen qui offre déjà des prêts qui changent la vie des gens, des acheteurs de maison, des petites entreprises et des ONG d’Israël. Depuis 1990, Ogen a accordé 330 millions de dollars de prêts sans intérêt à plus de 60 000 personnes, propriétaires, petites entreprises et organisations à but non lucratif.

Ogen travaille actuellement avec la Banque d’Israël pour établir la première banque sociale numérique à but non lucratif d’Israël. Ogen a commencé en 1990 en tant qu’Israel Free Loan Association (IFLA), établie par le professeur Eliezer Jaffe z ”l, devenant la plus grande association juive de prêt gratuit au monde.

Jusqu’ici simple une Ong  qui est créé à l’origine pour aider les nouveaux immigrants d’Éthiopie et de l’ancienne Union soviétique à s’adapter à leur nouvelle vie en Israël, le groupe Ogen, anciennement connu sous le nom de l’Association israélienne de prêt gratuit (IFLA), s’efforce de devenir la première “banque sociale” d’Israël.

Ogen fonctionne comme un fonds de prêts à but non lucratif qui fournit des crédits abordables à des segments défavorisés du public israélien, dans le but d’augmenter la mobilité économique vers le haut pour les familles à revenu faible et intermédiaire, ainsi que pour les propriétaires de petites entreprises. 

Fondée par le regretté professeur Eliezer Jaffe, Ogen a accordé plus de 60 000 prêts sans intérêt depuis 1990, pour un total de plus de 330 millions de dollars.

Son PDG Sagi Balasha- en photo dit qu’Ogen deviendra non seulement la première banque du genre en Israël mais aussi dans le monde. Avec l’investissement initial requis pour ouvrir une telle institution financière, Ogen a demandé une licence bancaire, en étroite collaboration avec la Banque d’Israël, et prévoit de recevoir la licence l’année prochaine.

Avec une expérience au ministère israélien des Finances, où il se souvenait avoir exécuté 30% à 40% du budget du pays, Balasha est passé à des organisations à but non lucratif, devenant le PDG du Conseil américano-israélien et en faisant une opération nationale.

Alors que les besoins de capitalisation d’Israël pour les banques ont diminué en 2015 et avec ses fonds propres importants levés par les donateurs, associés à des années de connaissances en tant que plateforme de prêt de premier plan, Balasha a la vision de conduire Ogen à devenir la première banque à but non lucratif d’Israël.

Une réforme qui va se conduire d’abord pour donner une nouvelle dimension sociale.

Nous avons des fonds propres de 55 millions de dollars levés auprès des donateurs et avons développé un système de prêt efficace et allégé, qui peut aider les personnes dans le besoin avec un taux de défaut relativement faible de 0,7% sur les prêts“, a-t-il déclaré.

Ogen vise à «ne pas dépendre uniquement des dons, mais au lieu de cela augmenter les dépôts et facturer des intérêts», ajoute-t-il, afin qu’il puisse absorber plus de capital et multiplier par dix l’impact de l’organisation.

En plus de faire un don au programme de prêt complémentaire d’Ogen, des particuliers internationaux et des fondations philanthropiques pourront verrouiller leur argent pendant plusieurs années avec Ogen, de la même manière que fonctionnent les certificats de dépôt (CD).

Pendant que l’argent est détenu (classé comme un don), les Israéliens dans le besoin recevront des prêts pour crédit avec un intérêt modeste pour couvrir les coûts et les éventuels défauts de paiement; plus tard, les «prêteurs» du CD recevront tout l’argent, plus un intérêt modeste. Cela permettra à Ogen d’accorder des prêts plus importants, ainsi que de doubler leur taille et de pourvoir à une partie de l’économie qui est parfois négligée.

Les aspirations d’Ogen représentent un changement de paradigme qui, selon Balasha, pourrait résoudre le problème majeur d’accès au crédit d’Israël. “C’est révolutionnaire en Israël”, soutient-il, “car cela pourrait fournir des services au public qui n’y a pas accès.”

En dehors de ceux qui ont accès au capital, au crédit et aux investisseurs, poursuit Balasha, “si vous voulez ouvrir un restaurant, un salon de coiffure ou une entreprise maman et pop, pour les banques commerciales, il est difficile d’accorder un prêt [à l’Israélien moyen], et cela peut être cher ” .

Il souligne que les petites et moyennes entreprises ne doivent pas être oubliées, car elles sont “le cœur battant de l’économie, représentant 96% des entreprises israéliennes“.

“C‘est là que nous intervenons”, dit-il. “Nous sommes ici pour aider les entreprises et les personnes qui ne font pas appel au système financier.

Nous considérons Ogen  comme une mission nationale“, explique Balasha. “Nous voulons changer la vie d’une partie de la population israélienne et le crédit est une bouée de sauvetage pour les personnes qui ont besoin de créer une entreprise, d’acquérir un commerce ou d’acheter un appartement “ajoute-il.

Ogen le fait en aidant les organisations à but non lucratif et en essayant de résoudre les trois plus grands défis d’Israël en matière de crédit, qui selon Balasha, sont la crise du logement, la crise de la dette et l’intégration de la communauté haredi dans l’économie israélienne.

Ogen offre aussi des prêts pour le secteur à but non lucratif .

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article