Il y a une guerre en cours – mais ce n’est pas celle que vous pensez. Celle-ci est la véritable clé de la paix au Moyen-Orient.

(Jérusalem, Israël) – Le contexte est important. Nulle part ailleurs cela n’est plus pertinent qu’au Moyen-Orient.

Les récents échanges intensifs de tirs de roquettes entre Israël et Gaza ont été déclenchés par un différend concernant quatre maisons palestiniennes dans un quartier de Jérusalem appelé Sheikh Jarrah. Un peu de contexte : Des Juifs vivaient là depuis des générations, mais ils ont tous été tués ou exilés lors de l’invasion jordanienne de 1948. Les familles palestiniennes de Sheikh Jarrah, qui y résidaient elles-mêmes depuis des générations, ont toujours reconnu que les Juifs étaient les premiers, et les deux parties se sont efforcées de trouver une coexistence et un compromis, malgré les pertes et la douleur partagées.

Ce n’est pas un détail insignifiant. Pourtant, il s’est perdu dans la plupart des reportages sur le récent conflit meurtrier.

Cependant, alors qu’un compromis pacifique semblait possible – un compromis qui permettrait aux premiers résidents juifs de retrouver leur propriété tout en permettant aux résidents palestiniens actuels de rester – le gouvernement de l’Autorité palestinienne a menacé les familles palestiniennes si elles acceptaient un accord avec Israël, ce qui a conduit à une longue (mais pas encore complète) procédure d’expulsion.

Toujours à la recherche d’occasions pour semer la discorde, l’Autorité palestinienne s’est servie de cette histoire comme d’un catalyseur pour susciter de violentes protestations sur le lieu saint musulman, la mosquée “Al Aqsa”. Des centaines d’émeutiers ont lancé des engins explosifs et des pierres. La police israélienne a répondu par un contrôle de foule non létal afin de protéger les lieux saints et ces musulmans innocents qui voulaient simplement prier.

Nombre total de victimes : zéro.

À ce moment-là, le Hamas a commencé à tirer des roquettes sans discernement sur Jérusalem dans une tentative apparente de paraître pertinent. (Les faits sont importants : Le Hamas est une organisation terroriste internationalement reconnue qui règne sur les Palestiniens de la bande de Gaza, et l’Autorité palestinienne a récemment annulé des élections dans lesquelles le Hamas était censé faire des gains).

Dans un renversement ironique de la narration commune, ce sont en fait les FDI et leur bouclier antimissile Dôme de fer qui protégeaient Al Aqsa, tandis que le Hamas, financé par l’Iran, plaçait la mosquée dans la ligne de mire, ainsi que les lieux saints juifs et chrétiens, sans parler de la population diversifiée de la ville. Des missiles ont ensuite frappé d’autres villes d’Israël, dont Tel Aviv, le plus souvent dans des zones dépourvues de toute cible militaire. Le barrage a commencé lundi dernier, le 10 mai.

Fait : Le Hamas tue des Palestiniens

Voici une statistique qui donne à réfléchir et qui échappe en quelque sorte à l’écran radar du public obsédé par le Moyen-Orient : environ un tiers des roquettes et des missiles du Hamas tombent à court et atterrissent à Gaza. En effet, le premier jour du conflit, un tel impact a tué 17 personnes, dont trois enfants. Des centaines d’autres sont tombées par la suite, représentant ce qui semble être la plupart, sinon la totalité, du nombre de morts palestiniens.

Il s’agit d’un détail essentiel. La réponse d’Israël : des frappes de précision sur les installations militaires, précédées d’avertissements d’évacuation. Le Hamas n’a toujours pas apporté la preuve que des civils palestiniens ont été tués par des tirs israéliens et non par les propres roquettes du Hamas. Entre-temps, à l’heure où nous mettons sous presse, le Hamas a tiré quelque 3 400 roquettes sur Israël, tuant et mutilant Israéliens et Palestiniens. Pire encore, le Hamas tire ces roquettes depuis des zones civiles – un double crime de guerre : tirer sur des civils, depuis des civils.

La vérité compte. Nulle part ailleurs elle n’est plus pertinente qu’au Moyen-Orient. Si l’objectif est la paix, nous devons identifier les fauteurs de guerre.

Guerre et paix

Dans le milieu complexe du Moyen-Orient – avec ses récits contradictoires, ses pirouettes et la poussière des tempêtes des médias sociaux – il est difficile de comprendre ce qui se passe. Permettez-moi de suggérer que ce qui se déroule tragiquement aujourd’hui est l’histoire de gens ordinaires qui ont ressenti la douleur de l’autre et ont essayé de faire la paix, mais en ont été empêchés par le gouvernement de l’Autorité palestinienne.

Oui, c’est aussi une histoire de guerre, mais pas celle que vous pensez.

C’est une guerre de Palestiniens et d’Israéliens ordinaires contre une organisation terroriste et un gouvernement de l’Autorité palestinienne corrompu, chacun dépensant des ressources pour opprimer le peuple palestinien, attaquer les Israéliens et empêcher la paix à tout prix.

Le conflit dramatique et meurtrier en Israël et à Gaza a, à juste titre, attiré l’attention du monde entier. En Israël, nous avons l’habitude de perdre la bataille de la “hasbara” (relations publiques), mais à l’heure actuelle, rétablir la vérité est plus important que de sauver la réputation d’Israël sur la scène mondiale.

Dire la vérité sur les origines du désastre actuel – et la source de la dévastation mortelle – est essentiel si nous voulons croire à une résolution pacifique… et à un avenir.

Cela peut sembler radical à dire, mais la paix n’est pas si difficile : nous devons simplement cesser de l’empêcher. Plus précisément, nous devons identifier correctement et arrêter ceux qui l’empêchent. Lorsque le gouvernement palestinien verse de l’argent pour financer le terrorisme par le biais de son “Fonds des martyrs” de 400 millions de dollars par an, ou qu’il menace le peuple palestinien de coexister avec ses voisins juifs, c’est cela qui crée la guerre.

Notre rôle, en tant que communauté mondiale, est de pousser fortement les groupes terroristes à cesser d’interférer avec la paix, et de donner aux personnes qui la souhaitent si désespérément une chance d’y parvenir.

En tant que communauté internationale, nous avons bien compris ce phénomène en Syrie, où ISIS opprimait le peuple syrien, et en Afghanistan, où Al-Qaïda et les Talibans opprimaient le peuple afghan. Le Hamas et l’AP ne sont pas “les Palestiniens”, pas plus qu’ISIS ne peut être appelé “le peuple syrien”. Les Palestiniens et les Israéliens sont victimes de ces groupes. À long terme, nous le sommes tous.

Engageons-nous à faire preuve de vérité, de contexte et de clairvoyance alors que nous nous efforçons de ramener les Israéliens et les Palestiniens à un état même ténu de calme immédiat, et finalement à la paix et à la coexistence véritables qui sont absolument réalisables.

Source honestreporting.com: The War You Aren’t Seeing: A Clear-Sighted View

0 0 votes
Évaluation de l'article