Opinion : Dans le cadre de la nouvelle et redoutable doctrine de combat multiforme de Tsahal, l’armée israélienne a astucieusement convaincu les terroristes de Gaza et le monde entier qu’elle avait lancé une attaque terrestre sur l’enclave palestinienne, obligeant ses adversaires à dévoiler leurs positions pour leur infliger un coup sévère…

Les FDI ont agi vendredi soir comme on l’attendait d’elles : avec créativité, avec ruse et en montrant la meilleure combinaison de leurs forces aériennes et terrestres.

Dans une opération comme on n’en avait pas vu depuis longtemps, les FDI ont infligé un coup concentré à l’infrastructure de combat souterraine du Hamas et du Jihad islamique palestinien (JIP) et à leurs militants au sol.

L’opération a commencé jeudi en fin de soirée, vers 21 heures, lorsque deux brigades de chars et deux brigades d’infanterie Golani ont commencé à se déplacer vers la frontière autour du nord de la bande de Gaza.

Le rugissement des chars et des véhicules blindés a été entendu à l’intérieur de la bande. En outre, les chars se sont déplacés près des communautés frontalières israéliennes, dont les lumières les éclairaient alors qu’ils se dirigeaient vers la clôture frontalière.

Tout cela a probablement fait penser aux commandants du Hamas et du PIJ que c’était le début d’une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza. Cette estimation a été renforcée lorsqu’un porte-parole des FDI a annoncé que “les forces aériennes et terrestres des FDI attaquent maintenant la bande de Gaza”, trompant ainsi certains médias étrangers qui ont rapporté que les FDI étaient entrées dans l’enclave palestinienne.

En réponse, les organisations terroristes palestiniennes ont déployé sur la ligne de front des guetteurs et des combattants armés de missiles antichars et de mortiers pour arrêter ou, du moins, retarder, une invasion des forces de Tsahal.

Frappe de l'armee de l'air sur les puits à roquettes de Gaza visant le centre d'Israël
Frappe de l’armee de l’air sur les puits à roquettes de Gaza visant le centre d’Israël

Alors que les chars et les véhicules blindés de Tsahal avançaient vers la clôture frontalière extérieure et au-delà du système de barrière souterraine anti-tunnels d’Israël, environ 160 avions de chasse et drones de l’armée de l’air ont lancé une attaque massive à la périphérie de la ville de Gaza, visant à détruire ce que Tsahal appelle “le métro” – une chaîne massive de tunnels de combat construits par le Hamas et le PIJ dans la ville de Gaza et la ville voisine pour permettre à leurs militants de se déplacer secrètement sans être repérés depuis les airs.

Le Hamas a construit ces tunnels à la suite des combats de 2014 avec Israël, également connus sous le nom d'”opération Bordure protectrice”, afin de se préparer à l’éventualité d’une nouvelle entrée de l’armée israélienne dans le territoire côtier. Cependant, Tsahal, de son côté, a considérablement développé les capacités de son armée de l’air ces dernières années.

En fait, l’armée de l’air est la seule à opérer contre les activités souterraines palestiniennes à Gaza en utilisant des bombes anti-tunnel très précises et destructrices.

L’armée de l’air a touché plus de 150 cibles pendant la nuit. On ignore encore combien de militants du Hamas ont été blessés ou piégés à l’intérieur des tunnels, mais ceux qui ont fait surface au sol ont également été touchés par des tirs aériens et terrestres.

L'infanterie et les troupes du Corps blindé de Tsahal attaquant dans la bande de Gaza pendant les frappes de l'armée de l'air sur les tunnels terroristes souterrains dans la bande de Gaza (Photo : Unité du porte-parole de Tsahal)
L’infanterie et les troupes du Corps blindé de Tsahal attaquant dans la bande de Gaza pendant les frappes de l’armée de l’air sur les tunnels terroristes souterrains dans la bande de Gaza (Photo : Unité du porte-parole de Tsahal)

Les canons des chars de Tsahal les attendaient et des drones équipés de vision nocturne ont repéré leurs moindres mouvements et ont dirigé les tirs contre eux. Des unités de tireurs d’élite et de missiles les attendaient également au sol.

Presque aucun soldat israélien sur le terrain n’a eu à traverser la frontière. Derrière et près de cette ligne de démarcation se trouvent un énorme système de barrières souterraines, un mur, ainsi qu’un ensemble de positions de chars et de talus de terre préparés à l’avance, à partir desquels les forces peuvent tirer et atteindre leurs cibles avec une grande précision et avec un risque minimal de tirs de missiles antichars ou de mortiers palestiniens. Les FDI ont baptisé cette formation terrestre “le Safari”.

L’étendue exacte des dommages que les FDI ont réussi à infliger aux forces terrestres des groupes terroristes palestiniens n’apparaîtra clairement qu’en cours de route, mais elle semble colossale.

Cette opération a également porté un énorme coup psychologique et a fondamentalement perturbé la capacité des commandants de terrain du Hamas et du PIJ à évaluer correctement les intentions des FDI et à agir en conséquence.

Frappe aérienne israelienne sur un batiment de communication du Hamas
Frappe aérienne israelienne sur un batiment de communication du Hamas

Les tirs de chars sur la périphérie nord et est de la ville de Gaza et sur le sud de la bande de Gaza ont probablement été particulièrement puissants, et ils ont eu lieu simultanément aux frappes aériennes meurtrières. Il est important de noter que l’attaque a été menée avec le plus grand soin afin de ne pas blesser les civils non impliqués.

Il est encore trop tôt pour savoir quels seront les effets à long terme de cette série de combats, mais il est tout à fait clair que les FDI ont exécuté pour la première fois leur nouvelle et redoutable doctrine de combat à facettes multiples.

À première vue, il semble que le Hamas ait été pris au dépourvu et, par conséquent, le nombre de tirs de roquettes a diminué par rapport aux nuits de combat précédentes, bien que de lourdes volées de roquettes aient été tirées sur la ville d’Ashkelon, au sud.
Il est cependant encore trop tôt pour se féliciter, car le Hamas et le Jihad Islamic Palestinien possèdent encore des milliers de roquettes et de missiles, dont certains peuvent couvrir une très longue distance et causer de gros dégâts. La tâche des FDI est loin d’être terminée.

Le Hamas presente son missile longue portee Ayash 250
Le Hamas presente son missile longue portee Ayash 250

Par exemple, le missile Ayash 250 que le Hamas a présenté jeudi peut couvrir beaucoup de terrain mais est terriblement imprécis, c’est pourquoi celui que le Hamas avait tiré en direction de l’aéroport international Ramon d’Eilat s’est écrasé dans un champ ouvert à des dizaines de kilomètres de là.

Cette opération a quatre objectifs principaux :

Ramener la dissuasion israélienne ; frapper et détruire autant que possible tout ce qui permet au Hamas et au Jihad Islamic Palestinien (PIJ) de combattre, de l’infrastructure aux combattants et aux commandants, y compris les commandants supérieurs du Hamas ; porter un coup sévère aux capacités de production de roquettes du Hamas et du PIJ et les empêcher de constituer une menace pour les années à venir ; et maintenir la légitimité des FDI à agir en légitime défense et créer un soutien à Israël, en particulier parmi les pays occidentaux démocratiques.

Israël a fait des progrès encourageants sur la scène internationale. Il semble que l’État juif ait réussi à convaincre l’administration Biden de soutenir l’opération militaire pendant plusieurs jours supplémentaires, c’est pourquoi la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU a été reportée à dimanche.

La capacité d’Israël à convaincre l’administration Biden et d’autres États membres de l’Union européenne de soutenir son droit d’attaquer la bande de Gaza s’explique en grande partie par la provocation flagrante du Hamas, qui a tiré des roquettes sur Jérusalem et de grands centres de population dans le centre d’Israël, et par la manière prudente et sélective dont l’armée de l’air exerce sa force.

Tirs de roquettes palestiniennes lancés depuis la bande de Gaza sur Jérusalem
Tirs de roquettes palestiniennes lancés depuis la bande de Gaza sur Jérusalem

Israël parvient à réaliser ce dernier objectif de plusieurs manières :

L’agence de sécurité intérieure Shin Bet avertit les civils de Gaza par téléphone et leur demande d’évacuer avant les frappes aériennes ; l’armée de l’air utilise des drones pour larguer des bombes tactiques à faible rendement sur les toits et dans les rues afin d’avertir les civils avant une frappe plus importante ; et l’armée de l’air utilise des munitions de haute précision pour détruire les bâtiments et les tunnels du Hamas avec un minimum de dommages collatéraux.

La plupart des victimes civiles à l’intérieur de la bande de Gaza, dont des femmes et des enfants, sont causées par des tirs ratés du Hamas. Environ un tiers des tirs de roquettes ne franchissent même pas la frontière israélienne, ce que la communauté internationale sait bien.

Les dommages massifs causés à la qualité de vie dans la bande de Gaza sont dus en grande partie à ces mêmes tirs ratés qui touchent des fils électriques et d’autres infrastructures civiles essentielles dans tout le territoire contrôlé par le Hamas. On peut supposer que le Hamas sera confronté à une crise civile de grande ampleur une fois les combats terminés, peut-être même plus grave que celle qui a suivi l’opération “Bordure protectrice”.

C’est pourquoi le Hamas fait actuellement savoir, par l’intermédiaire des médiateurs égyptiens, qu’il souhaite un cessez-le-feu, mais Israël n’a aucun intérêt à s’arrêter et les États-Unis le soutiennent. On peut donc supposer que l’opération se poursuivra au moins jusqu’au milieu de la semaine prochaine.

Source ynetnews: The land incursion that never came

0 0 votes
Évaluation de l'article