Le Hamas accuse Rami Aman, arrêté il y a cinq mois, du “crime” de parler de paix avec les Israéliens via Zoom.

Le militant palestinien pour la paix Rami Aman a disparu il y a cinq mois après avoir organisé une vidéoconférence Zoom avec des Israéliens pour parler de la paix.

Hind Khoudary, qui s’est identifiée comme une “consultante internationale de recherche” pour Amnesty International, a dénoncé Aman sur Facebook, s’assurant que le groupe terroriste du Hamas qui contrôle Gaza d’une main de fer obtienne l’information. Le Hamas a arrêté Aman, qui a disparu sans laisser de traces.

Il est maintenant confirmé qu’Aman a été incarcéré dans une prison du Hamas. La semaine dernière, lui et deux autres militants de la paix ont été accusés d'”affaiblissement de l’esprit d’évolution”, et ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Le chef de bureau du New York Times, David Halbfinger, était présent à la conférence Zoom et a écrit sur cette conférence et sur l’arrestation d’Aman, un militant pacifiste engagé qui a rencontré l’année dernière le Dalaï Lama, un prix Nobel de la paix.

“En avril dernier, j’ai regardé Rami Aman parler aux Israéliens, aux Américains et à d’autres personnes des difficultés de la vie à Gaza et de la façon dont il a essayé de garder espoir. Le Hamas l’a jeté en prison. Maintenant, il pourrait s’écouler des années avant qu’il n’en sorte”, a tweeté Halbfinger.

Dans une page d’un livre de George Orwell, un porte-parole du Hamas a déclaré que parler aux Israéliens est “un crime punissable par la loi et une trahison de notre peuple et de ses sacrifices”.

Lundi dernier, UN Watch a mené une coalition de 70 ONG au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (UNHRC) et a demandé que les Nations Unies prennent des mesures pour faire libérer Aman.

Le directeur exécutif de UN Watch, Hillel Neuer, a déclaré lors d’une session du UNHRC à Genève que sa coalition comprenait des groupes de défense des droits de l’homme du Japon, du Bangladesh, du Brésil, du Canada, de la France, du Ghana, de l’Inde, du Maroc, des Pays-Bas, du Nigeria, du Pakistan, de la Suisse et d’autres pays, qui soutiennent tous Aman.

Neuer a déclaré que l’arrestation d’Aman par le groupe terroriste Hamas était “en violation flagrante du droit international”.

L’arrestation et la détention arbitraire et illégale de M. Aman par le Hamas pour le crime de “normalisation” s’inscrit dans un schéma de répression et d’intimidation contre les dissidents qui osent s’exprimer contre le régime autoritaire”, a déclaré M. Neuer.

“Notre plainte vise à tenir le Hamas – et l’Autorité Palestinienne, qui revendique la juridiction à Gaza – responsables de l’emprisonnement illégal de M. Aman, une violation du droit international et des droits humains universels de M. Aman”.

Cependant, connu comme “le plus partial de tous les groupes de l’ONU” pour ses préjugés anti-israéliens et son incapacité à soutenir les droits de l’homme dans le monde, le Conseil des Droits de l’Homme ne devrait pas prendre de mesures au nom de M. Aman.

Source: https://unitedwithisrael.org/gaza-peace-activist-in-jail-for-the-crime-of-talking-with-israelis/

0 0 voter
Évaluation de l'article