| More

Depuis la glorieuse révolution du jasmin, l’antisémitisme a le vent en poupe en Tunisie. Après l’affaire du drapeau israélien, qui sert de paillasson dans les toilettes de l’aéroport de Carthage, aujourd’hui la rhétorique antisémite imprègne même le monde des affaires.

Tunisia Holding, le groupe de l’homme d’affaires Slim Riahi a été contraint de reculer sur le projet de la signature d’un accord de franchise avec la chaîne américaine de cafés ”Starbucks”. En cause, la marque de Seattle censé représenter dans son logo une illustration de la reine Esther, personnalité centrale dans la tradition juive (photo1)

Du coup, c’est avec la chaîne de cafés canadienne ”Second Cup” que l’homme d’affaires tunisien pourra signer un contrat ( photo2)

————————————————————————-
1
La Premiere information rapportait le projet de la signature d’un accord de franchise avec la chaîne américaine de cafés Starbucks

2
La Seconde information rapportait que la chaîne de cafés canadienne ”Second Cup” qui pourra signer un contrat en Tunisie
———————————————————–

Silim Riahi, né en 1972, a fait fortune dans la production pétrolière, l’énergie, l’aviation et l’immobilier. Titulaire aussi de la nationalité britannique, il est actionnaire du groupe de presse locale ” Dar Assab”. Il est également président du plus grand club de football en Tunisie (Club africain).

Cet homme d’affaire, qui est souvent décrit comme le Saad Hariri de Tunisie, fait l’objet de pressions venant du gouvernement islamiste depuis qu’il a décidé de se lancer en politique. Il est en effet le fondateur et président de l’Union patriotique libre (UPL).

On ne peut que supposer qu’il s’est vu contraint, malgré son important réseau de connaissances, de modifier son projet de signature d’un accord de franchise avec la chaîne américaine de cafés ”Starbuck”.

Déjà dans le monde musulman Starbucks n’a pas toujours bonne presse. En effet, dans plusieurs pays arabes ou elle est implantée la chaîne multinationale de ”Starbucks” fait l’objet d’une campagne antisémite odieuse à cause du logo de l’entreprise qui porterait une illustration de la reine Esther.

Cette orpheline juive qui devint reine en se mariant avec le roi de Perse, empêcha le massacre des Juifs de l’empire perse.

D’après le Livre d’Esther ( le vingt-et-unième Livre de la Bible hébraïque) cette femme originaire de Judée s’appelle Hadassah, qui signifie myrte en hébreu.

Esther apparaît dans la Bible comme une femme juive d’une grande piété, caractérisée par sa foi, son courage, son patriotisme, sa prudence et sa résolution. Cette image déplaît fortement aux islamistes tunisiens, pour qui la femme est réduite à un simple objet de plaisir tel-que cela est voulu dans le Coran.

Des prêcheurs musulmans, comme l’égyptien Safwat Higazi, ont même lancé une fatwa sur Al-Nas TV contre la firme :

« Vous êtes-vous jamais demandé qui est cette femme avec une couronne sur la tête ? Pourquoi nous boycottons Starbucks? Je vais vous le dire, et vous saurez pourquoi vous devez boycotter cette entreprise, et ce que ce logo représente » a t-il dit.

« La jeune fille dans le logo Starbucks est la Reine Esther. Connaissez-vous la reine Esther, qui elle était et ce que la couronne sur sa tête signifie ? Cette reine est la reine des Juifs. Elle est mentionnée dans la Torah ( …)Pouvez-vous croire qu’à la Mecque, à Médine, au Caire, à Damas, au Koweït, et dans le monde islamique, ils accrochent l’image de la belle reine Esther, avec une couronne sur la tête, et que nous achetons leurs produits ? ».

En Arabie Saoudite, en 2000, quand Starbucks a ouvert son premier magasin dans le Royaume conserveur la police religieuse (la mutawa) a considéré que le logo représentait une femme trop sexy ! Puis ils sont revenus sur leur décision de faire cacher le logo.

Starbucks est présente dans plusieurs pays arabes, c’est même la plus grande multinationale de cafés au monde ; ce qui explique qu’elle soit présente aussi en Arabie saoudite .

En plus, la marque de Starbucks est décrite comme un café “sioniste” dans ces pays à cause d’un soi-disant soutien « imaginaire » à l’État Hébreu. Alors que son siège est situé à Seattle, dans l’État de Washington, son acquisition par l’homme d’affaire juif américain Howard Schultz, était suffisant pour alimenter la propagande antisioniste.Howard Schultz, né à New York aux États-Unis, est un chef d’entreprise américain.Le magazine économique Fortune le consacre « homme d’affaires de l’année en 2011.

Durant la crise de Gaza en 2009, une vaste campagne de boycott a été lancée contre plusieurs multinationales, notamment Starbucks qui a des magasins dans 49 pays. Pourtant l’entreprise a publié une note dans laquelle elle démentait les rumeurs, qui datent de plusieurs années, selon lesquelles elle soutien l’armée israélienne, en insistant qu’elle est une organisation apolitique. Une part importante des bénéfices de la chaîne provient des pays arabes, où elle compte plus de 1 000 magasins.

Les rumeurs et les appels au boycott de Starbucks ne sont pas nouveaux. Sur Internet, des dizaines de sites et de groupes sur Facebook ont été montés sur ce thème. Ils accusent Howard Shultz, le président de Starbucks, d’être un “propagandiste pour Israël”, ”un sioniste convaincu”, et d’avoir activement soutenu la politique de George W. Bush au Moyen-Orient. Ce type de campagne existe également contre d’autres géants américains, notamment McDonalds. Ces rumeurs sont des classiques dans les milieux antisémites et antisionistes arabes.

starbucks liban

En 2009, au Liban les manifestations violentes qui ont eu lieu contre un café Starbucks dans un quartier sunnite de Beyrouth (Hamra) et celui du magasin Verdun (quartier du lycée franco-libanais de la capitale) avaient entraîné la fermeture du café pour quelques jours . La firme américaine était accusée de démontrer son allégeance à « Israël », par des campagnes de collecte de fonds.

-starbucks-cafe-sioniste-liban
Quant aux intégristes musulmans ils reprochent à Starbucks de soutenir la guerre dite contre le terrorisme en ouvrant des succursales dans les bases américaines en Afghanistan.

Bref, cette campagne contre la chaîne américaine de cafés fait partie de cette maladie très ancienne qu’on n’a jamais voulu reconnaître : l’Israelophobie ! Comme toujours et depuis des lustres, la haine et la jalousie des Juifs hantent les esprits. Aujourd’hui les antisionistes arabes sont devenus les dépositaires de la haine la plus virulente contre tout ce qui est juif.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*