| More

A l’occasion des fêtes de Noël et de fin d’année, le président de l’Etat, Shimon Pérès, a reçu les représentants de la communauté chrétienne en Israël.

Le président a essentiellement évoqué la liberté de culte qui règne en Israël et les derniers développements du conflit israélo-palestinien.

“La paix avec les Palestiniens est possible. Israël est fier de ses relations avec la communauté chrétienne qui bénéficie d’une totale liberté de culte et de la liberté d’accès à tous les Lieux saints”, a déclaré le président Pérès.

Parmi les minorités non juives on compte les chrétiens en Israel, se trouvent, entre autres, des catholiques de rite latin, grec, maronite, chaldéen, des orthodoxes, grecs et russes, des Arméniens, des protestants.

Les communautés chrétiennes se divisent en quatre classes principales : orthodoxes-chalcédoniens, orthodoxes non-chalcédoniens (appelés parfois monophysites), catholiques romains (latins et uniates) et protestants. Ces communautés comptent une vingtaine d’anciennes Eglises autochtones et une trentaine d’autres, pour l’essentiel des groupes confessionnels protestants. Excepté les Eglises nationales, comme l’Eglise arménienne, les communautés autochtones sont surtout arabophones. La plupart d’entre elles descendent certainement des premières communautés chrétiennes de l’époque byzantine.

Seul État non arabe et non musulman du Proche-Orient, l’Etat juif est l’unique de la région dans lequel la population des fidèles du Christ augmente. Israël compte aujourd’hui cent cinquante cinq mille habitants chrétiens sur 7 millions, alors qu’il n’en recensait en 1951 que trente mille sur 1,5 million : en chiffres absolus, cette population a donc été multipliée plus de onze fois ; en chiffres relatifs, par rapport à une population en très forte croissance, elle est passée approximativement de 3 % à 6 %. Israël prouve encore une fois qu’il est le seul état du Proche-Orient ou la foi chrétienne n’est pas en danger.

Environ 80% des Chrétiens d’Israël sont des Arabes (125.000 âmes), les autres (30.000 individus) étant des conjoints de Juifs qui ont émigré en Israël des pays d’Europe centrale (1).

Israël possède de nombreux sites qui sont considérés comme saints par les trois religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam). La liberté d’accès et de culte est assurée à tous. Parmi les lieux saints d’Israël importants pour la chrétienté, on peut entre autre autres citer : la Via Dolorosa, le Cénacle et la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem ; la basilique de l’Annonciation à Nazareth ; le mont des Béatitudes, Tabgha et Capharnaüm près du lac de Tibériade (mer de Galilée) (2).

La plus forte concentration de Chrétiens se trouve à Nazareth (20.000), Haïfa (15.000), Jérusalem (14.000) et Shefaram (9.000).Relevons aussi qu’il existe en Israël deux villages dont tous les habitants sont des Chrétiens: Fassouta (3.000 habitants) et Myelia (2.000 habitants).

Le gouvernement israélien n’interfère pas dans la vie religieuse des communautés chrétiennes. Certaines confessions chrétiennes jouissent du statut de communauté religieuse ‘reconnue’.

Israël, seul État démocratique de toute la région, et seul pays qui respecte les autres croyances. Israël n’a jamais cherché à brimer les Chrétiens ni à les empêcher à pratiquer leur religion.

L’attitude fondamentale de l’Etat à l’égard du pluralisme religieux s’exprime dans la Déclaration d’indépendance de 1948 :

« L’Etat d’Israël … sera fondé sur la liberté, la justice et la paix, conformément aux prophètes d’Israël ; il assurera l’égalité totale des droits politiques et sociaux de tous ses habitants, sans distinction de religion, de race ou de sexe ; il garantira la liberté de religion, de conscience, de langue, d’éducation et de culture. »

Ce document exprime la conception et le credo de la nation ; le respect de ces principes est garanti par la loi. Chaque communauté religieuse est libre de pratiquer sa foi, d’observer ses fêtes et un jour de repos hebdomadaire, et de gérer ses propres affaires intérieures.

Ftouh Souhail

(1) La communauté chrétienne en Terre d’Israël compte aujourd’hui 155.000 personnes, soit 3 % de la population israélienne. Les chiffres officiels ne comprennent pas une forte communauté de Chrétiens parmi les travailleurs immigrés (réguliers ou clandestins) vivant en Israël. En effet, on compte aujourd’hui en Israël 30.000 travailleurs étrangers originaires des Philippines et 20.000 travailleurs immigrés d’Europe centrale, ce qui renforce la communauté chrétienne installée en Israël d’au moins 50.000 personnes supplémentaires.

(2) La majorité des Arabes chrétiens (70%) se concentre en Galilée et dans le Nord du pays; les autres résident dans la région de Haïfa (13%) et de Jérusalem (11%). Quant aux Chrétiens non arabes, ils sont répartis dans le Nord (37%), à Tel Aviv et dans le Centre (32%), dans le Sud (18%) et à Jérusalem (11%).

Leave a Reply

*