| More

A la lecture, comme chaque matin, de la dépêche d’information de l’agence de presse francophone d’Israël et du Moyen-Orien « Guysen International News » publicé ce lundi 30 avril 2012 ( vers 10:53) j’ai tombé sur une information pour le moins suprenante que nous apprends Guysen.

« La justice de Bahreïn a ordonné la tenue d’un nouveau procès pour 21 hommes condamnés pour leur rôle dans le soulèvement démocratique de l’an dernier, dont le militant Abdoulhadi al Khawadja, en grève de la faim. » dit l’information (1).

Guysen qualifie en plus ce qui se passe au Royaume de Bahreïn de ” soulèvement démocratique” et de ”printemps de Bahreïn ”.

Il est dommage que leader de la presse juive francophone, Guysen, qui lutte contre la désinformation tombe lui aussi dans piège des médias de la propagande iranienne qui décrivent aussi ces troubles, dont est victime le Royaume, comme un soulèvement démocratique.

Plus de 500 000 internautes par mois visitent Guysen.com, qui a plus de 70.000 abonnés au mail -info en français, et 60.000 en anglais. Pourquoi Guysen ne fait attention aux expressions utilisées sur les événements du Bahreïn. ? Pourquoi ne pas éviter cette fausse note involontaire pour ne pas induire le public, qui n’est pas forcement informé, en erreur ?

Beaucoup , ont été choqué qu’un site israélien réputé utilise les mêmes termes “‘printemps de Bahreïn” et “soulèvement démocratique Bahreïn ” Ce sont les expressions similaires qu’on trouve sur le site d”El MANAR du Hezbollah.

Le pseudo printemps arabe au Bahreïn nous montre l’infiltration du régime de Téhéran dans la région. Ce qui se passe actuellement au Bahreïn n’a aucune relation avec le « printemps arabe ». Ces évènements sont plutôt un complot visant à déstabiliser le pays.

Le Bahreïn qui est une monarchie sunnite, dirigée par le roi Hamad ben Issa el-Khalifa, fait l’objet d’une offensive iranienne. Le Bahreïn fait aujourd’hui face à une campagne visant à le délégitimer.

Téhéran, qui joue la carte de l’opposition shiite à Bahreïn, prédit la chute des dirigeants bahreïnis. Ces derniers, soutenus par les autres monarchies arabes du Golfe, accusent l’Iran d’ingérence pour avoir encouragé les manifestations. Les iraniens veulent la création d’un autre État islamique chiite, cette fois à Bahreïn.

Au lendemain de sa création en 1979, la République islamique d’Iran avait clairement affirmé que l’exportation de la révolution islamique était l’un des fondements de sa politique étrangère. Dans la décennie 1980, plusieurs régimes arabes ont été victimes de tentatives de déstabilisation menées par des réseaux islamistes chiites transnationaux basés à Téhéran, notamment l’Irak, l’Arabie Saoudite et le Bahreïn.

Le Bahreïn affronte actuellement d’une rébellion ethnique avec des communautés chiites manipulées par l’Iran et cherchant à profiter du « printemps arabe ». Ces réseaux veulent profiter des nouvelles transformations régionales pour renforcer le clergé chiite qui est susceptible de déstabiliser le monde musulman sunnite.

Les protagonistes chiites du soulèvement bahreïni ouvrent dans le cadre du ” croissant chiite “(Liban, Irak, Bahreïn).

Il y’ a quelques jours le site Rahil.ir, avait meme recruté sur Internet des “martyrs” ayant comme objectif de mission, de déstabiliser le petit royaume. Le site sert de base de recrutement à tous ceux, jeunes et moins jeunes, femmes et homme, fillettes et garçonnets, qui aimeraient aller crever pour la cause.

Bahreïn a condamné, il y’ a quelques mois, un Bahreïni et deux diplomates iraniens –par contumace- à dix ans de prison pour avoir animé un réseau d’espionnage au profit de Téhéran, après une affaire similaire à Koweït.

Manama a récemment démantelée une autre cellule de cinq Bahreïnis projetant des attentats dans le royaume appartenait à une “organisation terroriste” liée à l’Iran. (2).

Selon le parquet de Bahreïn, des membres du groupe devaient être envoyés en Iran pour recevoir une formation militaire et apprendre à organiser des attentats, en particulier dans les rangs des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, et des Bassidji, la milice islamiste.

Parler de « printemps arabe » ou de « soulèvement démocratique » dans l’archipel du Bahreïn (comme l’a fait malheureusement d’une façon involontaire l’agence de presse francophone d’Israël et du Moyen-Orient) est non seulement une erreur, mais aussi cela envoie à une implication indirecte dans le meme combat mené actuellement par la cyber-presse pro- iranienne.

Ftouh Souhail

(1) Voir http://www.guysen.com/contact.php?c=1&subject=R%E9action%20%E0%20un%20article

(2) Voir notre article : ” Un nouveau complot iranien déjoué à Bahreïn” sur Dreuz.fr

Leave a Reply

*