| More

La semaine derniére le 97e anniversaire des massacres d’Arméniens sous l’Empire ottoman, a été célébré comme chaque année, le 24 avril, comme une date significative pour la mémoire du Génocide Arménien du 24 avril 1915 exécuté par les turcs.

Après l’extermination deux tiers des Arméniens (plus de 1,5 million de morts) qui constituent un génocide selon l’Arménie, un terme rejeté par la Turquie, La République de Mustafa Kemal a voulu se bâtir une nouvelle identité, turque et musulmane après le génocide perpétré par l’Empire ottoman. De fait, l’État turc a conçu un système de dénégation du génocide servi par une historiographie officielle. Le « tabou arménien » existe depuis l’avènement du nouvel État en 1922.

Ce massacre sans précédent dans son envergure, sa monstruosité et la gravité de ses conséquences était préparé et organisé depuis Constantinople, l’appellation ancienne et historique de l’actuelle ville d’Istanbul en Turquie

Sa reconnaissance politique à travers le monde fait encore l’objet de débats et de controverses, à cause de la négation de ce génocide, notamment en Turquie. Le génocide est reconnu par 21 pays.

Le gouvernement turc maintient une position ferme de refus de la reconnaissance du génocide et condamne vivement toute reconnaissance du génocide par des gouvernements ou parlements étrangers.

Malgré les fortes pressions de la Turquie, les députés français ont adopté le 22 décembre 2011 en première lecture, la proposition de loi UMP visant à pénaliser la négation des génocides et notamment le génocide arménien de 1915. Une majorité de sénateurs socialistes et communistes ont voté le 23 janvier 2012 cette proposition de loi.

En Allemagne, le Bundestag a émis une résolution condamnant les massacres sans utiliser le mot « génocide ». D’autres pays ont refusé de considérer les massacres arméniens comme un génocide : c’est le cas du Royaume-Uni (le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord ont reconnu le génocide arménien) et de l’État d’Israël, mais la plus haute autorité religieuse d’Israël, en la personne du grand rabbin, a reconnu le génocide arménien.

En Israel, les députés Zehava Gal-on (Meretz) et Arié Eldad (Union nationale) ont demandé à organiser un débat public à la Knesset sur le génocide arménien, au sein de la commission de l’Education, le 26 décembre 2011. Jusqu’à ce jour, il se déroulait à huis clos, à la commission des Affaires étrangères et de la Défense.

Des milliers d’Arméniens ont défilé ce mardi à Erevan en appelant le monde libre à parler publiquement de “génocide”. La foule a afflué vers un mémorial au sommet d’une colline de la capitale arménienne, Erevan, pour y déposer des fleurs et allumer des bougies en souvenir des victimes.

Des milliers d’Arméniens ont manifesté dans la banlieue nord de Beyrouth pour marquer le 97e anniversaire des massacres d’Arméniens.Quelque 140.000 Arméniens vivent au Liban, la plus importante communauté au Moyen-Orient. La majorité d’entre eux sont des descendants des survivants des massacres.

La Turquie, coupable de génocide!”, “Halte à la machine négationniste turque!”, ont scandé les manifestants qui brandissaient des drapeaux aux couleurs nationales arméniennes.

Le ministère turc des Affaires étrangères a exprimé ses “profonds regrets” concernant la déclaration du président américain Barack Obama appelant à une “reconnaissance totale” des massacres d’Arméniens en 1915, estimant qu’elle constituait une distorsion des faits historiques.

Dénonçant les massacres d’Arméniens sous l’Empire ottoman comme “une des pires atrocités du XXe siècle”, M. Obama n’a cependant pas employé le terme de génocide, mais appelé implicitement la Turquie à reconnaître son rôle.

“J’ai à de maintes reprises donné mon point de vue sur ce qui s’est passé en 1915. Mon point de vue sur ce fait historique n’a pas changé”, a déclaré M. Obama dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Aux États-Unis, l’adoption, le 4 mars 2010, de la résolution portant sur la reconnaissance du génocide des Arméniens, en commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants était une évolution remarquable. L’administration Obama fait un pas en avant en reconnaissant les crimes monstrueux commis par les turques contre les populations civiles arméniennes. En dénonçant ce génocide l’administration US a cédé à beaucoup de lobbies américains qui réclamaient enfin la reconnaissance du génocide. Il ne faut pas douter que les arméniens se sont fièrement battu pour la reconnaissance de ce génocide.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*