| More

Facebook a soumis la semaine derniére aux autorités boursières américaines son très attendu projet d’introduction en Bourse représentant cinq milliards de dollars (3,8 milliards d’euros), ce qui s’annonce comme la plus importante opération de ce type pour une entreprise développée dans la Silicon Valley.

Après l’entrée certaine de Facebook à la Bourse américaine, les dirigeants de Facebook vont très certainement accelérer leurs stratégies d’achats de startups dans le monde.

Ainsi, en Israël, les startupistes s’attendent à voir une véritable razzia d’achats de jeunes “pousses” du hightech. Facebook est déjà très présent dans la culture du net locale. De très nombreux entrepreneurs de Tel-Aviv réalisent des applications dans l’univers Facebook.

Des jeunes investisseurs israéliens comptent à investir dans des actions Facebook en Bourse. Parmi les secteurs privilégiés par les israéliens les nouvelles techniques de communication interactives, type Facebook, Skype. Ces nouvelles méthodes de travail et ces nouveaux modes de consommation comme le e-commerce connaissent un développement spéctaculaire

L’entreprise, fondée par le jeune juif américain Mark Zuckerberg, est bien plus puissante aujourd’hui que ne l’était Google en 2004. Ce qui était essentiellement un moteur de recherche à l’époque ne cherchait à lever que 1,9 milliard de dollars. Aujourd’hui, Facebook pèse une dizaine de milliards dans l’économie mondiale. Facebook est beaucoup plus grand que le Google de 2004. La société emploie déjà plus de 3000 personnes et ses profits l’an dernier ont atteint un milliard de dollars(1).

La capitalisation de Google le jour de sa première cotation a été propulsée à 23 milliards de dollars. Facebook vise aujourd’hui entre 75 et 100 milliards de dollars. Cette valorisation hypothétique est équivalente à 27 fois le total du chiffre d’affaires de l’année dernière. Google, lui, était arrivé sur le Nasdaq avec une valorisation de 5 fois son chiffre d’affaires.

Des chiffres qui confortent Facebook, désormais deuxième source de trafic sur le Web, dans son idée que «les réseaux sociaux ne sont plus juste une partie de ce qui se passe dans nos vies, mais de ce qui se passe dans le monde», a assuré Sheryl Sandberg à Munich.

Ftouh Souhail

(1) Facebook a contribué à créer 232.000 emplois en Europe .La part de la France est de 12% en termes de valeur ajoutée et de 9% des emplois créés directement ou indirectement par Facebook en Europe.

Leave a Reply

*