| More

Le cabinet israélien a approuvé ce dimanche, 29 janvier 2012, lors du conseil des ministres, le projet du Premier ministre Binyamin Netanyahu et du ministre des Transports Israël Katz, visant à construire une ligne ferroviaire qui reliera la ville de Eilat (désert du Néguev) au centre du pays.

Il s’agit d’un train à grande vitesse qui roulera à 300km/h et fera la liaison en deux heures. Il reste encore à examiner la question du financement qui devrait venir soit d’une collaboration avec la Chine, soit du secteur privé, soit du budget national de l’Etat. Estimation du coût : 10 milliards de shekels (2 milliards d’euros, environ) pour mettre la Mer rouge à deux heures et demi de la Méditerranée.

Le projet, défendu par le premier ministre Binyamin Netanyahu et son ministre des Transports Israël Katz, a été présenté à l’approbation du gouvernement. Le tracé retenu : Tel-Aviv-Beer-Sheva-Hatzeva-Eilat, tracé qui comporte l’édification de 63 ponts et 5 tunnels, pour une longueur total de 350 kilomètres.

La création de la ligne ferroviaire Tel-Aviv-Eilat est ”une très grande nouvelle qui aura une incidence sur l’Etat d’Israël les 50 prochaines années”, a déclaré le Premier ministre Binyamin Netanyahu au début du Conseil des ministres.

”On entame le débat aujourd’hui sur la création d’une ligne de train entre Tel-Aviv et Eilat. Cette ligne sera destinée aux voyageurs et le trajet sera de 2 heures. Il y aura par ailleurs une ligne destinée au transit de marchandises d’Asie vers l’Europe. Cela va créer un très grand intérêt des puissances montantes comme la Chine et l’Inde à l’égard d’Israël. Ce projet a de ce fait une importance stratégique, nationale et internationale”, a-t-il souligné.

Pour rappel, deux nouvelles lignes ferroviaires à deux voies sont en cours de construction. L’une de ces lignes est le train à grande vitesse de Modi’in à Tel-Aviv via l’aéroport Ben-Gurion. L’autre est la liaison ferroviaire rapide de Tel Aviv à Jérusalem, via l’aéroport Ben-Gurion, dont l’achèvement est prévu cette anneé.

Les deux-tiers du coût du projet 3,2 milliards de NIS de la voie ferrée légère sont fournis par City Pass, un consortium de sociétés françaises, italiennes et israélienne qui a obtenu une concession de 30 ans pour construire et exploiter le système. Le reste provient du gouvernement avec le soutien des investissements dans les Bonds de l’État d’Israël.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*