| More

Ben Gourion, le père fondateur d’Israël, souhaitait pour le désert du Néguev (au sud d’Israël) un avenir verdoyant et industriel. Tous les gouvernements en Israel ont cherché à peupler le Néguev.

Selon un sondage réalisé par le ministère du Développement du Néguev et de la Galilée, en vue de la prochaine conférence sur le Néguev qui se déroulera ce mardi 22 mai, 52% du public estime que cette région offre de grandes opportunités pour les jeunes.

Pour sa part, le ministre Sylvan Shalom a précisé que ces dernières années, de plus en plus de groupes de jeunes demandent à établir de nouvelles communautés dans le sud du pays.

Le Néguev constitue la plus grande région du pays. Représentant plus de 60% de sa surface, il s’étend sur 13.000 km2. Cependant, la zone n’abrite que 8% de la population israélienne, dont une forte communauté de Bédouins (25% de ses habitants). La région a connu l’évolution des grandes villes de la région comme Beer-Sheva et Arad.

Dès 1948, le nouvel Etat hébreu se fixe comme but de faire fleurir le désert du Néguev pour absorber les flux migratoires et rassembler la diaspora juive. En 1949, les Israéliens entament la construction d’un aqueduc alimenté par les eaux du Jourdain qui doit irriguer le désert.

Dans les années cinquante et soixante, garace au KKL qui accroît ses plantations d’arbres dans le sud. Le KKL s’attache à désenclaver le Néguev afin de stimuler le développement économique et humain du sud du pays. Infrastructures routières, agricoles et touristiques, constructions de réservoirs d’eau, plantations de forêts, recherche et développement en matière agricole, projets éducatifs et écologiques, tout est mis en œuvre pour faire reculer le désert et soutenir le peuplement et le dynamisme des régions les moins denses d’Israël.

Le village de Mitzpe Ramon est fondé en 1951 en tant que base d’hébergement pour les travailleurs est construisent la route vers Eilat. En 1956, il devient une véritable ville.

Ses premiers habitants, principalement des juifs expulsés d’Afrique du Nord, viennent s’y installer dans les années 1960, dans le cadre du programme de peuplement du Néguev (la devise de Ben Gourion). En 1979, le gouvernement israélien crée le groupe des villages « Pithat Shalom » dans le nord ouest pour y réinstaller rapidement les localités du Sinaï rendu à l’Egypte.

Par ailleurs, le KKL contribue au logement et à l’intégration économique, sociale et culturelle de centaines de milliers de nouveaux immigrants issus principalement de l’ancien bloc de l’Est et d’Éthiopie.

Entre 1987 et 1989, des sites récréatifs et archéologiques sont aménagés : Eshkol, Golda, Yérouham et Dimona. Une nouvelle méthode de retenue des eaux de pluie est développée pour faire « reverdir » la région. Un réseau de barrages et de réservoirs est construit sur la rivière Bessor.

L’année 2000 est consacrée au plan d’action pour le développement de l’agriculture et de l’industrie en vue d’attirer vers cette région de nouveaux résidents. Le village de Shoulamit,situé dans le Néguev, est prévu pour accueillir près de 500 familles.

Début 2004, une commission ministérielle dirigée par le ministre de la Construction et du Logement, Effie Eitam (Parti national religieux), décide de créer une nouvelle localité sur le Mont Avnon, Kfar Hamada, à proximité de Yerouham. Il estime que ce site contribuera au développement de sa ville voisine grâce aux usines que des industriels ont l’intention d’installer dans la région.

À l`inauguration d’un autre nouveau village, Givat Bat, Effie Eitam déclare : « Je suis fier de diriger le développement de la construction dans le Néguev et vois dans la création de ce village un accomplissement du rêve sioniste et une première étape dans le développement du Néguev ».

Début 2005, le gouvernement annonce la création d’une implantation supplémentaire, Halouzit, au nord ouest du Néguev, non loin de la Bande de Gaza, pour accueillir 7.500 futurs évacués du Goush Katif. Son activité serait principalement agricole. La même année, le gouvernement israélien décide de pourvoir les coopératives agricoles du Néguev de 30 millions de m3 d’eau supplémentaire sur 5 ans. Cette décision est prise dans le cadre du programme de développement des terres agricoles dans le sud.

Fin 2005, le KKL œuvre également en un temps record, à la réinstallation dans la région des familles évacuées du Goush Katif. Malgré l’urgence, l’organisation sioniste tente de donner à ces personnes déracinées les moyens de reconstruire leur vie : logements, voies d’accès, plantations, serres, bâtiments communautaires.

En 2006, un nouveau ministère est créé avec la mission exclusive de refleurir le désert du Néguev d’ici l’an 2015. C’est le tunisien Sylvan Shalom qui occupe aujourd’hui ce poste.

Le programme stratégique, lancé par le gouvernement d’Ariel Sharon en 2004, a prévu 1,2 milliars de shekels (230 millions d’euros),

Début 2009, Haim Blumenblat, de la Division du Budget pour le développement des régions périphériques déclare : « Le développement du Néguev est essentiel, tant pour le futur d’Israël que pour réaliser notre propre potentiel. Le futur développement du Néguev n’est un pas un luxe, mais une nécessité absolue. En principe, le Néguev possède les plus grandes réserves de terres du pays».

Aujourd’hui, la région du Néguev continue à se situer au centre de l’agenda israélien concernant le développement du pays grâce à de nombreux programmes de reforestation du désert, d’implantation de nouveaux immigrants et de croissance économique afin de désengorger le littoral de la région du Goush Dan. À cet égard, une nouvelle liaison ferroviaire a été inaugurée entre Tel Aviv et Beer-Sheva, la « capitale du désert », afin de faciliter le décloisonnement de cette portion du territoire.

Le Néguev, est devenu une nouvelle terre promise pour entrepreneurs. Une façon de remettre au goût du jour la vision de Ben Gourion, qui déclarait au moment de la naissance de l’Etat hébreu : ” C’est dans le Néguev que la créativité et l’élan pionnier d’Israël seront testés. ”

Ftouh Souhail

Une station d’energie Solaire dans le désert du Néguev

Leave a Reply

*